Accueil / actualite / 100 000 ménages ne sont pas dotés de compteur d’eau
Le directeur de l’ADE de la wilaya de Tizi Ouzou, Amar Berzoug, a indiqué jeudi, lors d’une session APW consacrée à l’hydraulique et au vote du budget supplémentaire, que 100 000 ménages ne sont pas dotés de compteur d’eau dans toute la wilaya. Selon M. Berzoug : “Il y a même l’absence d’un véritable fichier clients de l’ADE qui fait ressortir un écart de 100 000 ménages en comparaison avec le fichier de Sonelgaz. L’estimation rapide d’un tel constat nous amène à dire que plus d’un tiers de la population de la wilaya est desservie gratuitement en eau potable et sans aucune économie, ce qui affecte énormément notre unité en matière de retombées financières”, et de regretter qu’“à cette situation, s’ajoute le problème épineux des créances qui avoisinent le 1,6 milliard de dinars avec plus de 1 500 affaires encore pendantes en justice et qui relèvent d’un lourd contentieux”. Par ailleurs, et dans un rapport lu à l’assistance par Ramdane Ladaouri, président de la commission hydraulique de l’APW de Tizi Ouzou, il a été relevé que “les services hydrauliques ont fermé plus de quarante forages réalisés à coût de milliards et mis hors service par le phénomène de l’extraction illicite de sable”. Selon l’orateur, “il s’agit d’un phénomène insurmontable pour notre wilaya, car tous les walis qui se sont succédé à la tête de la wilaya n’ont pas réussi à éradiquer ce phénomène, malgré les différents rapports transmis par les assemblées successives de l’APW”. L’élu de l’APW soulignera qu’“avec une potentialité hydrique estimée à plus d’un milliard de m3, la wilaya de Tizi Ouzou arrive à peine à mobiliser 224 millions de m3 d’eau, soit à peine 20%, ce qui est un constat alarmant”. L’APW incombe ce déficit, notamment, à la situation financière difficile que traverse l’ADE, qui manque cruellement de moyens humains et techniques et qui est confrontée au problème de créances. À titre d’exemple, à Tizi Ouzou, les créances non recouvertes dans des communes s’élèvent à 38 milliards de centimes. Une telle situation a amené l’APW à établir un ensemble de recommandations dont le renforcement en moyens humains et matériels de l’ADE, la mise en service de toutes les stations de refoulement en instance de démarrage, l’élaboration d’un diagnostic précis pour la réfection de tous les réseaux de la wilaya, l’exigence pour toutes les communes à concevoir des études de distribution d’eau potable afin d’améliorer la gestion de tous les réseaux qui doit être totalement confiée à l’ADE. Enfin, concernant le conflit d’eau qui prévaut actuellement dans la commune d’Illiltène, le wali de Tizi Ouzou, Brahim Merrad, a informé l’assistance que toutes les dispositions sont prises pour régler ce litige alors qu’un bureau d’études se rendra sur place après l’Aïd pour entamer son travail. “Nous devons régler le problème à long terme. On n’a jamais été jusqu’au fond du problème et il y a eu aussi de la manipulation. Pour le bureau d’études, il sera chargé de définir les possibilités de capter toutes les sources de la commune pour les réunir dans des ouvrages de stockage de manière à les distribuer équitablement”, a rassuré le wali. Le budget supplémentaire voté dans un climat houleux Le vote du budget supplémentaire (BS) à l’APW, qui s’est déroulé jeudi, a été marqué par un climat houleux et dans une confusion totale. En effet, le groupe d’élus RCD a reproché au P/APW de “piétiner” la réglementation en confiant la lecture du BS au président de la commission économique de l’APW, alors que cela devait être assuré par le représentant du wali et adopté en assemblée. Scène insolite lors de la lecture du BS, les élus contestataires se sont mis à lire en chœur le contenu du budget pour exprimer leur désapprobation face à un tel procédé, ce qui a donné lieu à une terrible cacophonie. Le groupe RCD a également dénoncé l’adoption de ce budget par une minorité d’élus en estimant que le quorum n’avait pas été atteint. Pour le RCD, seuls 14 élus ont voté sur les 37 présents dans la salle, soulignant que même l’ordre du jour de la session n’a pas été voté conformément à la loi. Lors de son intervention, et tout en reconnaissant la faille, le wali a souligné qu’il n’avait fait que suivre une tradition préalablement établie à l’APW, qui avait pour habitude de présenter le BS et qu’il est dorénavant préférable que cette tâche soit confiée à l’administration (la wilaya) pour éviter toute confusion. K. Tighilt

100 000 ménages ne sont pas dotés de compteur d’eau

Le directeur de l’ADE de la wilaya de Tizi Ouzou, Amar Berzoug, a indiqué jeudi, lors d’une session APW consacrée à l’hydraulique et au vote du budget supplémentaire, que 100 000 ménages ne sont pas dotés de compteur d’eau dans toute la wilaya.
Selon M. Berzoug : “Il y a même l’absence d’un véritable fichier clients de l’ADE qui fait ressortir un écart de 100 000 ménages en comparaison avec le fichier de Sonelgaz. L’estimation rapide d’un tel constat nous amène à dire que plus d’un tiers de la population de la wilaya est desservie gratuitement en eau potable et sans aucune économie, ce qui affecte énormément notre unité en matière de retombées financières”, et de regretter qu’“à cette situation, s’ajoute le problème épineux des créances qui avoisinent le 1,6 milliard de dinars avec plus de 1 500 affaires encore pendantes en justice et qui relèvent d’un lourd contentieux”.
Par ailleurs, et dans un rapport lu à l’assistance par Ramdane Ladaouri, président de la commission hydraulique de l’APW de Tizi Ouzou, il a été relevé que “les services hydrauliques ont fermé plus de quarante forages réalisés à coût de milliards et mis hors service par le phénomène de l’extraction illicite de sable”. Selon l’orateur, “il s’agit d’un phénomène insurmontable pour notre wilaya, car tous les walis qui se sont succédé à la tête de la wilaya n’ont pas réussi à éradiquer ce phénomène, malgré les différents rapports transmis par les assemblées successives de l’APW”. L’élu de l’APW soulignera qu’“avec une potentialité hydrique estimée à plus d’un milliard de m3, la wilaya de Tizi Ouzou arrive à peine à mobiliser 224 millions de m3 d’eau, soit à peine 20%, ce qui est un constat alarmant”.
L’APW incombe ce déficit, notamment, à la situation financière difficile que traverse l’ADE, qui manque cruellement de moyens humains et techniques et qui est confrontée au problème de créances.
À titre d’exemple, à Tizi Ouzou, les créances non recouvertes dans des communes s’élèvent à 38 milliards de centimes. Une telle situation a amené l’APW à établir un ensemble de recommandations dont le renforcement en moyens humains et matériels de l’ADE, la mise en service de toutes les stations de refoulement en instance de démarrage, l’élaboration d’un diagnostic précis pour la réfection de tous les réseaux de la wilaya, l’exigence pour toutes les communes à concevoir des études de distribution d’eau potable afin d’améliorer la gestion de tous les réseaux qui doit être totalement confiée à l’ADE. Enfin, concernant le conflit d’eau qui prévaut actuellement dans la commune d’Illiltène, le wali de Tizi Ouzou, Brahim Merrad, a informé l’assistance que toutes les dispositions sont prises pour régler ce litige alors qu’un bureau d’études se rendra sur place après l’Aïd pour entamer son travail. “Nous devons régler le problème à long terme. On n’a jamais été jusqu’au fond du problème et il y a eu aussi de la manipulation. Pour le bureau d’études, il sera chargé de définir les possibilités de capter toutes les sources de la commune pour les réunir dans des ouvrages de stockage de manière à les distribuer équitablement”, a rassuré le wali.

Le budget supplémentaire voté dans un climat houleux
Le vote du budget supplémentaire (BS) à l’APW, qui s’est déroulé jeudi, a été marqué par un climat houleux et dans une confusion totale. En effet, le groupe d’élus RCD a reproché au P/APW de “piétiner” la réglementation en confiant la lecture du BS au président de la commission économique de l’APW, alors que cela devait être assuré par le représentant du wali et adopté en assemblée.
Scène insolite lors de la lecture du BS, les élus contestataires se sont mis à lire en chœur le contenu du budget pour exprimer leur désapprobation face à un tel procédé, ce qui a donné lieu à une terrible cacophonie.
Le groupe RCD a également dénoncé l’adoption de ce budget par une minorité d’élus en estimant que le quorum n’avait pas été atteint. Pour le RCD, seuls 14 élus ont voté sur les 37 présents dans la salle, soulignant que même l’ordre du jour de la session n’a pas été voté conformément à la loi.
Lors de son intervention, et tout en reconnaissant la faille, le wali a souligné qu’il n’avait fait que suivre une tradition préalablement établie à l’APW, qui avait pour habitude de présenter le BS et qu’il est dorénavant préférable que cette tâche soit confiée à l’administration (la wilaya) pour éviter toute confusion.

K. Tighilt

Article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

100 000 ménages ne sont pas dotés de compteur d’eau

Par philhadj Temps de lecture: 3 min
0