Accueil / Une / Bamako accepte la mise en place des autorités intérimaires
Après deux jours de discussions houleuses, lors de la 9e session du Comité de suivi de l’Accord d’Alger à Bamako, le gouvernement malien, la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA, ex-rebelles) et la Plateforme d’Alger (pro-Bamako) se sont finalement entendus sur la mise en place des autorités intérimaires dans le nord du Mali. Dans son communiqué, la Mission onusienne Minusma a indique que les parties maliennes ont adopté le principe de “l’ENTENTE sur les modalités pratiques de mise en place des autorités intérimaires, des chefs de circonscriptions administratives, le redéploiement des services déconcentrés de l’État et sur le mécanisme opérationnel de coordination”. Ainsi, cinq régions dans le nord du Mali sont concernées par cette décision, selon le document final de cette neuvième session, reportée à deux reprises, après la suspension par la CMA et la Plateforme de leur participation. Sur le terrain, l’application de cette décision passera par la désignation par chaque partie de ses représentants “de manière consensuelle”, a rapporté RFI. “Le document adopté insiste également sur la gestion concertée des affaires, que ce soit au niveau de la région, des conseils du cercle ou encore des communes, a rapporté encore Radio France International. Un calendrier a été établi pour la mise en place des autorités intérimaires, dont la loi avait été votée au début du printemps par les députés à Bamako, afin de pouvoir passer à la cruciale étape de démobilisation-désarmement-réinsertion (DDR) que le gouvernement malien voulait organiser en premier. Pour rappel, la mise en place des autorités intérimaires fait aussi partie du processus de décentralisation que le gouvernement malien doit engager, pour assurer plus d’équité en matière de développement économique et éviter une nouvelle rébellion dans la région du nord, synonyme d’un risque d’éclatement du pays. Lyès Menacer

Bamako accepte la mise en place des autorités intérimaires

Après deux jours de discussions houleuses, lors de la 9e session du Comité de suivi de l’Accord d’Alger à Bamako, le gouvernement malien, la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA, ex-rebelles) et la Plateforme d’Alger (pro-Bamako) se sont finalement entendus sur la mise en place des autorités intérimaires dans le nord du Mali. Dans son communiqué, la Mission onusienne Minusma a indique que les parties maliennes ont adopté le principe de “l’ENTENTE sur les modalités pratiques de mise en place des autorités intérimaires, des chefs de circonscriptions administratives, le redéploiement des services déconcentrés de l’État et sur le mécanisme opérationnel de coordination”. Ainsi, cinq régions dans le nord du Mali sont concernées par cette décision, selon le document final de cette neuvième session, reportée à deux reprises, après la suspension par la CMA et la Plateforme de leur participation. Sur le terrain, l’application de cette décision passera par la désignation par chaque partie de ses représentants “de manière consensuelle”, a rapporté RFI. “Le document adopté insiste également sur la gestion concertée des affaires, que ce soit au niveau de la région, des conseils du cercle ou encore des communes, a rapporté encore Radio France International. Un calendrier a été établi pour la mise en place des autorités intérimaires, dont la loi avait été votée au début du printemps par les députés à Bamako, afin de pouvoir passer à la cruciale étape de démobilisation-désarmement-réinsertion (DDR) que le gouvernement malien voulait organiser en premier. Pour rappel, la mise en place des autorités intérimaires fait aussi partie du processus de décentralisation que le gouvernement malien doit engager, pour assurer plus d’équité en matière de développement économique et éviter une nouvelle rébellion dans la région du nord, synonyme d’un risque d’éclatement du pays.

Lyès Menacer

l’article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

Une

Bamako accepte la mise en place des autorités intérimaires

Par philhadj Temps de lecture: 1 min
0