Accueil / Une / Béjaïa demeure sans DJS
La direction de la jeunesse et des sports de la wilaya de Béjaïa se retrouve désormais sans directeur. En effet, depuis la démission, il y a environ une dizaine de jours, du DJS par intérim, M. Bensadoune, point de nomination pour ce poste à Béjaïa par les services du ministère de la Jeunesse et des Sports. À vrai dire, la wilaya de Béjaïa est restée sans directeur “confirmé”, et ce, depuis le mois de juin de l’année 2015, période où le directeur de la jeunesse et des sports de la wilaya de Béjaïa, M. Abdelhamid Daâmache, est décédé dans un hôpital de la wilaya de Mila. Le défunt a été hospitalisé pour des problèmes cardiaques. Abdelahamid Daâmache était âgé de 60 ans. Pour rappel, il avait remplacé Benathmane, décédé, lui aussi des suites d’une longue maladie. La nomination d’un DJS est, de ce fait, plus que nécessaire, sachant que la wilaya de Béjaïa est connue pour être un centre de rayonnement pour toutes les disciplines sportives, et les résultats obtenus le prouvent. Néanmoins, les clubs évoluent dans des conditions très difficiles, à l’image, notamment, de l’état où se trouve le stade Opow de Béjaïa. En effet, cette enceinte est dans un état lamentable. Les lieux et les alentours de ce stade, qui, faute de moyens humains et matériels, offrent une image de désolation. Ces défaillances et ces discordances diverses existent dans la majorité des Opow, d’où la nécessité pour les pouvoirs publics de redéfinir une stratégie porteuse pour le sport roi avec comme toile de fond une infrastructure qui sera à la mesure des aspirations. L’Opow de Béjaïa est devenu, par la force des choses, le lieu privilégié de nombreux délinquants et fait peur même aux sportifs qui s’y entaînent. Le manque de sécurité est décrié également, à maintes reprises, par de nombreux éducateurs et autres entraîneurs, et dire que rien que la clôture du stade a coûté les yeux de la tête au Trésor. Pour rappel, l’Opow de Béjaïa a été inauguré en 1988, il est doté de plusieurs installations, en tout, 12 unités, un stade de football de 17 000 places qui devient aujourd’hui exigu pour la ville de Béjaïa avec, notamment, les deux clubs de football (JSMB, MOB) qui ont pris de l’importance. A. HAMMOUCHE

Béjaïa demeure sans DJS

La direction de la jeunesse et des sports de la wilaya de Béjaïa se retrouve désormais sans directeur. En effet, depuis la démission, il y a environ une dizaine de jours, du DJS par intérim, M. Bensadoune, point de nomination pour ce poste à Béjaïa par les services du ministère de la Jeunesse et des Sports.
À vrai dire, la wilaya de Béjaïa est restée sans directeur “confirmé”, et ce, depuis le mois de juin de l’année 2015, période où le directeur de la jeunesse et des sports de la wilaya de Béjaïa, M. Abdelhamid Daâmache, est décédé dans un hôpital de la wilaya de Mila.
Le défunt a été hospitalisé pour des problèmes cardiaques. Abdelahamid Daâmache était âgé de 60 ans. Pour rappel, il avait remplacé Benathmane, décédé, lui aussi des suites d’une longue maladie. La nomination d’un DJS est, de ce fait, plus que nécessaire, sachant que la wilaya de Béjaïa est connue pour être un centre de rayonnement pour toutes les disciplines sportives, et les résultats obtenus le prouvent.
Néanmoins, les clubs évoluent dans des conditions très difficiles, à l’image, notamment, de l’état où se trouve le stade Opow de Béjaïa.
En effet, cette enceinte est dans un état lamentable. Les lieux et les alentours de ce stade, qui, faute de moyens humains et matériels, offrent une image de désolation.
Ces défaillances et ces discordances diverses existent dans la majorité des Opow, d’où la nécessité pour les pouvoirs publics de redéfinir une stratégie porteuse pour le sport roi avec comme toile de fond une infrastructure qui sera à la mesure des aspirations. L’Opow de Béjaïa est devenu, par la force des choses, le lieu privilégié de nombreux délinquants et fait peur même aux sportifs qui s’y entaînent.
Le manque de sécurité est décrié également, à maintes reprises, par de nombreux éducateurs et autres entraîneurs, et dire que rien que la clôture du stade a coûté les yeux de la tête au Trésor. Pour rappel, l’Opow de Béjaïa a été inauguré en 1988, il est doté de plusieurs installations, en tout, 12 unités, un stade de football de 17 000 places qui devient aujourd’hui exigu pour la ville de Béjaïa avec, notamment, les deux clubs de football (JSMB, MOB) qui ont pris de l’importance.

A. HAMMOUCHE

l’article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

Une

Béjaïa demeure sans DJS

Par philhadj Temps de lecture: 2 min
0