Accueil / Une / Belmokhtar frappe à Ouaga : 27 morts
Cette fois-ci, c’est à Ouagadougou qu’un hôtel fréquenté par les étrangers, plus particulièrement des Occidentaux, a été la cible de l’attaque terroriste du groupe Al-Mourabitoune, qui s’est achevée hier en milieu de matinée après un assaut sanglant

Belmokhtar frappe à Ouaga : 27 morts

Cette fois-ci, c’est à Ouagadougou qu’un hôtel fréquenté par les étrangers, plus particulièrement des Occidentaux, a été la cible de l’attaque terroriste du groupe Al-Mourabitoune, qui s’est achevée hier en milieu de matinée après un assaut sanglant des forces spéciales burkinabé.

Donné plusieurs fois pour mort, Mokhtar Belmokhtar, le chef du groupe terroriste Al-Mourabitoune, affilié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), continue à sévir au Sahel. Après avoir attaqué le 20 novembre 2015 l’hôtel Radisson BLU de Bamako, où 21 personnes avaient été tuées, ses terroristes ont mené vendredi soir une opération quasi similaire contre l’hôtel Splendid et le café-restaurant Capuccino d’Ouagadougou, qu’il a revendiquée alors qu’elle était encore en cours.
En effet, l’attaque a été revendiquée dans la nuit par le groupe jihadiste Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui l’a attribuée au groupe Al-Mourabitoune du chef jihadiste Mokhtar Belmokhtar, selon SITE, une organisation américaine qui surveille les sites internet islamistes. Al-Mourabitoune a assumé le premier attentat visant des Occidentaux à Bamako, le 7 mars 2015, contre le bar-restaurant la Terrasse, qui avait fait cinq morts. À Ouagadougou, l’assaut donné par les forces de sécurité burkinabé s’est terminé hier en milieu de journée, alors que se poursuivaient les opérations de ratissage aux alentours de l'hôtel et du restaurant ainsi que des établissements voisins. Le bilan fait état de la mort de 27 personnes de 18 nationalités. À signaler qu’un des assaillants, parlant en arabe dans la revendication d’Aqmi, a affirmé que “trente” personnes avaient été tuées dans cette attaque terroriste. Le ministre de l'Intérieur Simon Compaoré avait indiqué à l’agence AFP que trois terroristes, “un Arabe et deux Négro-Africains”, avaient été tués. La même source a affirmé qu’un total de 126 personnes, dont 33 blessées, avaient également été libérées. Ceci étant, l’attaque a débuté vendredi à 19h45, lorsqu’un nombre indéterminé d'assaillants ont fait irruption dans l’hôtel Splendid, un établissement de luxe de 147 chambres situé au cœur d’Ouagadougou et fréquenté par des Occidentaux et des employés des agences des Nations unies. Un journaliste de l’agence AFP a indiqué avoir réussi à distinguer au début de l’attaque trois hommes armés et enturbannés, alors qu’un témoin a affirmé de son côté avoir vu quatre assaillants “enturbannés et de type arabe ou blanc”. Un premier assaut a été donné par les forces burkinabé, soutenues par des militaires français, vers 2h, qui a vu les environs de l'hôtel se transformer en champ de bataille, avec de nombreux véhicules en flammes et la façade de l’hôtel en feu. L’assaut s’est poursuivi à l’aube, en face de l'hôtel dans le café-restaurant. Cette attaque terroriste constitue un défi pour le pouvoir du président Roch Marc Christian Kaboré, récemment élu après une transition souvent chaotique à la tête de ce pays à la population majoritairement musulmane (60%). Le président français François Hollande a dénoncé une “odieuse et lâche attaque” et assuré que “les forces françaises apportent leur soutien aux forces burkinabé”. À signaler que des forces spéciales françaises sont stationnées dans la banlieue d’Ouagadougou dans le cadre de la lutte anti-terroriste dans le Sahel. Washington dispose également de 75 militaires dans le pays, et a indiqué apporter un soutien aux forces françaises dans l'opération.

Merzak Tigrine

l’article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

Une

Belmokhtar frappe à Ouaga : 27 morts

Par philhadj Temps de lecture: 2 min
0