Accueil / Une / Bijotat ne se sent pas menacé
Avec la peu reluisante place de la JSK en championnat et la grosse désillusion engendrée par cette élimination prématurée en Coupe d’Algérie face au Rapid de Relizane(...)

Bijotat ne se sent pas menacé

Avec la peu reluisante place de la JSK en championnat et la grosse désillusion engendrée par cette élimination prématurée en Coupe d’Algérie face au Rapid de Relizane, certaines personnes malintentionnées n’ont pas hésité à désigner du doigt l’entraîneur français Dominique Bijotat.
Et pourtant, l’ex-Monégasque n’a certainement rien à se reprocher quant à la trajectoire en dents de scie d’une formation kabyle à l’effectif restreint et limité tout à la fois. Pour enfoncer quelque peu le coach français, voilà qu’on grince des dents pour le fait de ne pas avoir aligné tel ou tel joueur que l’on taxe de titulaire ou de pion essentiel. Or, depuis son arrivée à la barre technique du club kabyle, Bijotat a insisté sur la rigueur disciplinaire au sein du groupe et, sur ce point, il a certainement raison de faire de la discipline son cheval de bataille.
En tant qu’ancien joueur professionnel de haut niveau, mais aussi en tant qu’entraîneur expérimenté, Bijotat sait, par-dessus tout, qu’il faut être intransigeant pour lutter contre la nonchalance et l’anarchie.
Que de fois, il a flanqué sur le banc de touche des joueurs confirmés comme Malo, Diawara, Rahal et autres Ziti qui ont failli à leur devoir au moment où leur équipe avait besoin de leurs services dans les moments difficiles, tout cela pour instaurer, vaille que vaille, l’ordre et la discipline pour aspirer à des jours meilleurs. “Dites-vous bien que j’ai la conscience tranquille et que je ne suis guère inquiet pour mon avenir”, avoue, sans aucun détour ni hésitation, Dominique Bijotat qui continue de trimer à l’entraînement avec le sérieux et l’abnégation qu’on lui connaît depuis son arrivée en terre kabyle, surtout que la direction de la JSK a tenu à lui renouveler sa confiance en cette période de disette et d’incertitude.
“C’est moi qui travaille toute la semaine sur le terrain avec les joueurs et c’est à moi de décider, en toute conscience, sur la forme et la titularisation de tel ou tel joueur pour aborder tel ou tel match”, tient à préciser le coach kabyle qui, en tout cas, ne donne pas l’impression d’un entraîneur démoralisé au point de craindre pour son avenir en tant qu’entraîneur de la JSK.
“C’est vrai que cette élimination précoce en Coupe d’Algérie nous a fait mal mais il va falloir retrousser ses manches pour nous concentrer au maximum sur le championnat tout en espérant que notre effectif sera sérieusement renforcé durant ce mercato”, dira encore Bijotat qui se fait encore bien des soucis du fait que son équipe sera encore handicapée, ce samedi, à Oran face au Mouloudia local du fait que le buteur Boulaouidat et le défenseur burkinabé Malo sont suspendus pour cumul de cartons alors que le jeune Aïboud s’est blessé samedi passé à Relizane. “Déjà que nous avons un effectif restreint et voilà que Malo et Boulaouidat prennent des cartons stupides alors qu’ils auraient dû éviter une telle situation pour ne pas pénaliser davantage l’équipe”, regrette Bijotat qui espère, tout au moins, récupérer son habituel pivot défensif et capitaine d’équipe Ali Rial encore convalescent.
Toujours est-il qu’il n’a accordé qu’une seule journée de repos à ses joueurs à leur retour de Relizane, avant de reprendre le chemin de l’entraînement, depuis hier soir au stade du 1er-Novembre, pour préparer au mieux un autre déplacement périlleux prévu ce samedi dans la capitale de l’ouest du pays.

M. H.

l’article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

Une

Bijotat ne se sent pas menacé

Par philhadj Temps de lecture: 3 min
0