Accueil / Blog Pagepage 30

Blog Page

Le Brent rechute à moins de 45 dollars

Les prix du pétrole repartaient à la baisse hier en cours d'échanges européens, affectés par une révision à la hausse des prévisions de production américaine d'ici la fin de l'année ainsi que par les estimations sur les stocks américains de brut. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre valait 44,73 dollars mercredi en milieu de journée sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en repli de 25 cents par rapport à la clôture de mardi. Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de Light Sweet Crude (WTI) pour livraison en septembre lâchait 39 cents à 42,38 dollars. “La reprise des cours sur le marché pétrolier fléchit : le prix du Brent a perdu un bon dollar (...), repassant sous les 45 dollars le baril. Le vent contraire soufflant outre-Atlantique a, en effet, été considérable, les informations publiées aux États-Unis hier ayant suscité des inquiétudes latentes concernant une offre excédentaire de nouveau importante sur le marché pétrolier”, expliquaient les analystes de Commerzbank. Le premier coup est venu de l'Energy Information Administration (EIA), une antenne du département américain de l'Énergie (DoE), qui a publié “un lot de prévisions actualisées sur l'offre et la demande pessimistes”, notait Stephen Brennock, analyste chez PVM. “Des indices récents d'une reprise de l'activité de forage aux États-Unis ont entraîné des craintes que la baisse de la production américaine de pétrole brut puisse disparaître dans les prochains mois. Cela a été, en quelque sorte, confirmé par l'EIA” qui a revu à la baisse ses prévisions de déclin de la production américaine pour cette année, à 700 000 barils par jour contre 830 000 barils par jour précédemment projeté, précisait-il. Ainsi, selon les experts de Commerzbank, même si la production des États-Unis devrait décliner davantage à court terme, elle va rebondir à compter d'octobre, sans doute en partie à cause de la hausse additionnelle de la production envisagée dans le Golfe du Mexique. Par ailleurs, les cours du brut ont accru leurs pertes dans le sillage des chiffres de la fédération professionnelle American Petroleum Institute (API), qui, contrairement aux attentes des analystes, a fait état d'une hausse de 2,1 millions de barils des stocks de brut américains la semaine dernière. “Jusqu'à présent, le marché s'attendait à ce que les données officielles de mercredi montrent un déclin” des réserves de brut aux États-Unis, ajoutait-on chez Commerzbank. Mais d'autres éléments paraissaient plus engageants dans les données publiées hier par l'API, notamment une nouvelle baisse significative et plus importante que prévu des stocks d'essence, de 3,9 millions de barils, ainsi qu'un recul des réserves de produits distillés de 1,6 million de barils, soulignait M. Brennock.

Lire la suite...

Mégots de cigarettes et sachets en plastique

Des sachets en plastique volent en l’air et retombent dans l’eau pour faire “roulez-boulez” sur les vagues. Du coup, et d’un coup de cœur et de… sang, la mer vire au noir du désespoir et de temps à autre au rouge de l’ire que soulève l’image de ces sachets qui virevoltent à longueur d’une journée de plage. Ç’aurait été un moindre mal, s’ils ne prenaient pas le large, ces sachets tueurs de poissons. Pour convaincre nos ami(e)s les Verts qu’il y a péril au… large de Palm-Beach, Sidi Fredj et Zéralda, le mieux est qu’ils soient là, le jour où souffle l’ami Eole, Dieu des vents. Pour cela, la météo des plages est tout indiquée pour ne rien rater d’un spectacle, qui, hélas, n’a rien d’un décor de cerfs-volants. C’est dire qu’il n’y a pas que les champs pastoraux qui s’enlaidissent de ces sachets, mais la mer également. Pauvre bleue ! Et dire que ça ira mieux et tout irait pour le meilleur des mondes, si tous les pollueurs se donnaient la peine de déposer le sachet, là où il doit l’être ! À sa place, dans la poubelle qui est juste sur le sable ! Pardi ! L. N.

Lire la suite...

Recevez des appels en Arabie saoudite au même tarif qu’en Algérie pour seulement 10 DA la minute

Ooredoo rapproche les pèlerins de leurs familles et leur donne la possibilité de rester joignables en Arabie saoudite durant le hadj, à des tarifs très avantageux. En effet, Ooredoo baisse ses tarifs roaming en mode réception au profit de ses clients voyageant aux Lieux saints de l’islam du 15 août au 30 septembre 2016. Les clients d’Ooredoo en pèlerinage pourront recevoir des appels au même tarif qu’en Algérie, soit à 10 DA TTC/minute seulement. Cette baisse des tarifs en roaming est valable pour tous les clients d’Ooredoo qui peuvent bénéficier de cette tarification avantageuse, en toute simplicité, via tous les réseaux mobiles en Arabie saoudite. Les pèlerins détenteurs d’une puce Ooredoo resteront ainsi en contact avec leurs familles et leurs proches durant le hadj et partageront avec eux les moments de piété de ce voyage spirituel. En accompagnant les Algériens durant le hadj, Ooredoo honore son statut d’entreprise citoyenne toujours proche de la société algérienne.

Lire la suite...

JSK-MCA reprogrammé pour le samedi 20 août à 19h

Initialement programmé par la LFP pour le vendredi 19 août au stade du 1er-Novembre de Tizi Ouzou, le “Classico” tant attendu JSK-MCA aura finalement lieu le samedi 20 août à 19h à Tizi Ouzou et c’est le match USMA-MOB qui a été avancé par la LFP au vendredi 19 août à 19h15. Il est à noter que ces deux belles affiches de début de saison seront télévisées en direct par l’ENTV.

Lire la suite...

Entre paillettes et hommages

L’ouverture de la 9e édition du Fiofa a eu lieu vendredi, au TRO. À cette occasion, une pléiade d’artistes du monde arabe était présente pour célébrer le 7e art, jusqu’au 27 juillet prochain. Un total de 34 œuvres a été retenu en compétition officielle dans les catégories court et long métrage et documentaire. Le coup d’envoi de la 9e édition du festival international d'Oran du film arabe (Fiofa), a été donné dans la soirée du vendredi, au théâtre régional Abdelkader-Alloula. Avant le lancement des festivités, les grands noms du cinéma arabe, réalisateurs et artistes de différentes disciplines ont monté les marches du TRO, sous les flashs des photographes. Ainsi les spectateurs et les curieux, très nombreux réunis devant le TRO, ont pu voir défiler les vedettes de la soirée, notamment l'actrice égyptienne Safia El-Omari accompagnée de Farouk El-Fichaoui, l’actrice et chanteuse Nicole Saba, et du comédien Samy Naceri, pour ne citer que ceux-là. Après le défilé sur le tapis rouge, les invités se sont retrouvés dans la salle du TRO, richement décoré à cette occasion. Le “coup de starter” a été donné par Azzedine Mihoubi. Dans son intervention, le ministre de la Culture, a rappelé son attachement pour que “le cinéma algérien retrouve sa place dans le monde des arts, et puisse à nouveau se développer y compris grâce à des partenariats et des actions de coopération”. Faisant référence à la situation de violence et de terrorisme qui touche le monde arabe, le ministre a indiqué que “de partout l'on dit de nous que nous ne sommes capables que de produire du terrorisme, nous avons une réponse forte à apporter, un message fort par le biais de la culture et de la création”. Et d’ajouter : “Aujourd'hui c'est l'image qui domine qui a le plus d'impact, nous avons failli politiquement. C'est sur le plan culturel que nous devons réussir.” Après le discours officiel, place aux festivités ! La soirée d’ouverture de cette 9e édition qui se tient jusqu’au 27 juillet, a été marquée par de nombreux hommages. Le premier était dédié au moudjahid Yacef Saâdi, dans le cadre de la célébration du 50e anniversaire du film culte La bataille d'Alger de Gillo Pontecorvo. Pour lui rendre un bel hommage, Yacef Saâdi a été appelé sur scène pour être honoré en tant que figure historique. Une distinction lui a d’ailleurs été décernée. Enchaînant les moments de commémoration, le Fiofa, a rendu également hommage au film Omar Gatlato de Merzak Allouache. Sortie il y a 40 ans, cette œuvre a marqué des générations, à cet effet, le comédien principal, Boualem Benani, présent ce vendredi à la cérémonie, s’est vu honoré pour son rôle d’Omar. Dans une brève intervention, l'acteur a souligné que depuis 40 ans il n'a pas eu l'occasion de se distinguer et de ne pas avoir eu l’occasion de jouer dans un nouveau film. Il a, entre autres, plaidé pour la réouverture des salles de cinéma en Algérie. Pour cette édition 2016, un total de 34 œuvres de 14 pays (Syrie, Irak, Liban, Algérie…) a été sélectionné en compétition officielle, dans les catégories long et court métrages et documentaire. Ces films abordent tous les tourments, les violences et les déchirures qui s'abattent sur les pays et les sociétés arabes. Enfin, la soirée d’ouverture s’est poursuivie en musique au théâtre de verdure avec un concert de l’artiste Khadem Saher. D. LOUKIL

Lire la suite...

Une statue de Mouloud Mammeri inaugurée à Beni Yenni

Vingt-sept ans après sa disparition tragique dans un “accident”, l’illustre écrivain, chercheur et penseur, Mouloud Mammeri, a, enfin, eu droit à sa statue. Une statue grandeur nature en bronze qui trône désormais en gardien du temple à Beni Yenni, sa région natale, où elle a été inaugurée, hier, en présence d’une grande foule. Ce sont plusieurs centaines de personnes qui ont bravé la chaleur suffocante de juillet pour prendre part à cette cérémonie d’inauguration qui a débuté au cimetière de Taourirt-Mimoun, avec un recueillement sur la tombe de celui qui a passé sa vie durant à déterrer cette culture berbère jusqu’alors profondément ensevelie par l’arabo-baathisme qui s’était emparé de la personnalité algérienne, et qui s’est poursuivie, à quelques dizaines de mètres de là, sur la placette nouvellement aménagée pour recevoir cette statue de 1,85 m qui représente Mouloud Mammeri en position assise, face au majestueux Djurdjura. Rassembleur, celui que tout le monde appelait Dda Lmouloud, l’a été encore une fois hier. Rien d’étonnant, à vrai dire. Il s’agit d’un symbole partagé reconnu par tous, en Kabylie comme ailleurs, indépendamment des divergences politiques ou autres. Parmi l’assistance, étaient présentes des figures connues du monde culturel, politique et administratif. Parmi elles, Lounis Aït Menguelet, Ali Sayad, Massa Bouchafa, Slimane Hachi, Abderrazak Larbi Cherif, une délégation du FFS conduite par l’ex-premier secrétaire national du parti, Ali Laskri, le maire de Tizi Ouzou, Ouahab Aït Menguelet, et aussi des représentants du ministère de la Culture et des représentants des autorités locales. Lors d’une prise de parole, chacun y est allé de ses mots, mais tous ont rendu un vibrant hommage à ce géant de la littérature en général et, plus particulièrement, de l’anthropologie et de la culture berbère dont il était le premier à mettre en place la grammaire, à la replacer au centre du débat sur la personnalité algérienne et surtout à jeter les premiers jalons, sinon les ingrédients, de ce qui allait devenir par la suite un combat pour l’identité berbère. Sur place, les représentants de l’association Talwit qui a pris à bras le corps ce projet, ont rappelé que la réalisation de cette statue est un projet initié depuis 2013 et financé entièrement par l’APW de Tizi Ouzou qui a dégagé un milliard de centimes pour sa concrétisation. Elle a été réalisée par un sculpteur de Beni Yenni vivant en Allemagne, Graine Abdeslam, dit Olivier. Initialement, ont-ils indiqué, cette statue devait être inaugurée le 20 avril dernier mais l’aménagement de la placette a pris plus de temps que prévu. Samir LESLOUS

Lire la suite...

L’équipe type se dessine

Après un premier match amical face au Club Africain mardi dernier (2-2), l’Entente de Sétif a livré, avant-hier, son second test amical depuis le début de la préparation d’intersaison, cette fois en affrontant le Stade Gabésien. La partie, qui a eu pour cadre le stade du complexe sportif de Hammam Bourguiba, s’est soldée par un succès par la plus petite des marges des partenaires de Sofiane Bouchar. But de l’œuvre de l’avant-centre Hamza Boulemdaïs peu de temps avant l’heure de jeu. Reconduisant pratiquement le même onze qui avait débuté contre le club de Bab Jedid, mis à part Khedaïria et Amada, les nouveautés de l’équipe type face au Stade Gabsien, les Sétifiens ont mis beaucoup de temps avant de concrétiser leur domination durant la majeure partie de cette rencontre. Il a fallu, en effet, attendre la seconde mi-temps et l’entrée en jeu de l’ancien attaquant du CSC en remplacement de Nadji pour voir les Ententistes trouver le chemin des filets et prendre l’avantage. Cela dit, au delà de la physionomie et le résultat technique, ce second test fut une occasion pour le coach Abdelkader Amrani de faire tourner son effectif en alignant durant cette joute 18 joueurs, soit deux de plus par rapport au premier match, tout en tirant beaucoup d’enseignement. En effet, on a noté qu’à l’occasion de ce match, le technicien du club champion d’Afrique 2014 a déjà ou presque formé le onze qui débutera peut-être la compétition officielle le 20 août prochain, jour du lever de rideau du championnat de l’exercice 2016-2017 avec un déplacement au stade Hamlaoui de Constantine pour affronter le CSC. “Sincèrement, on a constaté un progrès dans le rendement de l’équipe par rapport au premier match que nous avons livré face au Club Africain. Les joueurs se sont, cette fois, mieux exprimés. C’est de bon augure. Nous avons également retenu une bonne réaction de notre défense. De toutes les manières, l’équipe va encore progresser au fil des matchs amicaux que nous allons jouer avant le début de la compétition officielle”, a déclaré à l’issue du match le coach Amrani qui venait à l’occasion réussir sa première victoire depuis qu’il dirige le onze sétifien, c'est-à-dire après trois matches. Concernant la composante de l’équipe qu’il avait alignée au cours de ce match, on retiendra que 9 joueurs ont été maintenus à leur poste par rapport au premier match face aux Clubistes, à savoir Ziti, Hachi, Bouchar, Bedrane, Aït Ouameur, Djahnit, Djabou, Bakir et Nadji. Seuls Khaïri et Lamri ont cédé leur place à Khedaïria et Amada qui n’a pas participé au premier match. Une ossature sur laquelle va sûrement compter l’ancien driver du MOB lors des prochaines joutes amicales programmées avant le coup d’envoi des choses sérieuses, et ce, afin d’améliorer un peu plus la cohésion entre ses joueurs. Farès Rouibah

Lire la suite...

Aïcha Tagabou au chevet des artisans

La ministre déléguée chargée de l’Artisanat, Mme Aïcha Tagabou, a indiqué, hier, depuis Bouira, où elle était en visite de travail, que son département est “aux côtés des artisans”. “Notre vocation première est celle d'aider nos artisans à développer leurs produits et, par conséquent, participer à l’essor économique du pays”, dira Mme Tagabou, lors de l'inauguration d'un centre de l'artisanat à Lakhdaria. Ainsi, pour l'hôte de Bouira, les artisans sont “un élément-clef” de l'économie nationale, laquelle, selon la ministre, doit s'appuyer sur “une prise en charge effective” du volet artisanat et valorisation des produits du terroir. Interpellée par certains artisans, notamment à propos de la légalisation ainsi que la réglementation de l’industrie des produits d’artisanat et l’exonération d’impôts des fabricants et aussi l’octroi de locaux commerciaux, qui sont, faut-il le rappeler dans un état d'abandon total, la ministre s'est montrée rassurante à ce sujet. “L'État a déployé et continue à faire d'énormes efforts, afin de faire bénéficier nos artisans de ces locaux en vue de faire fructifier et valoriser leurs produits.” Elle précisera que ces locaux devront être récupérés par les autorités puis redistribués afin d’être exploités à bon escient. En outre, Mme Tagabou soulignera le fait que l’Algérie se trouve dans l’impossibilité de contrôler les prix de la matière première utilisée par les artisans bijoutiers, à savoir l’or et l’argent, puisqu’elle est importée et dépendante de la Bourse. Mme Aïcha Tagabou a exhorté, dans un point de presse organisé au terme de sa visite, les patrons d'entreprise “à intégrer les artisans dans l’exécution de leurs différents projets”. La ministre indiquera, dans ce sens, que cette démarche est susceptible de créer de la richesse, de générer des emplois aux jeunes de la région et de contribuer à l’effort de développement local. Il est utile de mentionner que lors de sa visite, Mme Tagabou a procédé à l'inauguration de la Maison de l'artisanat de Bouira et l'inspection d'une unité de fabrication de terre glaise, dans la commune d'El-Hachimia. RAMDANE B.

Lire la suite...

Gafaïti : “Ne vous inquiétez pas, je m’imposerai !”

Cible de quelques critiques et qualifié hâtivement, de “recrue pas à la hauteur des attentes” par certaines voix qui se sont élevées tout récemment, le défenseur Adel Gafaïti ne semble pas pour autant perturbé par ce qui se passe autour de lui. Forcément confiant en son aptitude à briguer une place dans le onze, celui qui est passé par les Glasgow Rangers et Norwich City estime, en revanche, “monter en puissance après un nécessaire temps d’adaptation”. “Je ne vais pas mentir, ce que je vis ici diffère de ce que j’ai peut-être connu en Ecosse ou en Angleterre. Mais je venais à Oran chaque année depuis que je suis tout petit. Je connais la ville, les gens, leur mentalité. Au début, durant les deux ou trois premiers jours, c’est vrai, je ne me suis pas tout de suite immiscé dans le groupe. Mais je suis allé vers les joueurs et eux, sont venus vers moi. On a commencé à échanger. Je me suis alors fondu dans le collectif et maintenant, tout va pour le mieux”, soulignera le longiligne défenseur pour lequel “tout arrivera par le travail, rien que le travail”. “Ma priorité actuelle est de travailler, de progresser, de démontrer à l’entraîneur ce que je vaux et ce que je veux, autrement dit, être dans le onze et devenir un élément important de l’équipe. Dimanche, on part à Sétif pour le stage, on travaillera deux fois plus, mais ce sera doublement bénéfique”, dira encore un Adel Gafaïti qui n’accorde pas trop d’importance à ce qui se dit à propos de son niveau ou de ses capacités. “Les gens ont le droit d’avoir un avis comme moi j’ai le mien ! Dès lors, à moi de travailler et de montrer aux gens ce que je vaux sur le terrain. Et croyez-moi, à ce sujet, je ne m’inquiète pas du tout !”, affirmera, avec l’insouciance de ses vingt-deux ans et sa confiance d’ancien pensionnaire de la Championship anglaise, cet Oranais formé à Nancy. 10 buts en 12 matches avec les Redhawks Dans un autre registre, l’entraîneur des Rouge et Blanc d’El-Hamri Omar Belatoui a testé, avec plus ou moins de réussite, les deux attaquants issus de la diaspora algérienne à l’étranger vendredi après-midi à l’occasion du premier test amical de l’intersaison, remporté (2-1) face au Ghali de Mascara de Abderrahmane Mehdaoui. Mais si Mehdi Kerrouche n’a, sans surprise, convaincu personne, Hamza Haddadi a, de son côté, marqué beaucoup de points, grâce, en partie à son sens du placement, sa belle détente verticale et ses appels en profondeur dont un lui a permis de donner la victoire aux siens en marquant le deuxième but, sur un joli service de Moussi. Ayant fait ses débuts à Emerald City, avant d’intégrer la Crossfire Academy, puis de jouer deux ans au lycée pour les Thunderbits Shorewood, cet Américain natif d’Alger en 1994 est arrivé à El-Bahia tard dans la nuit de jeudi à vendredi pour subir des tests au MCO. “J’ai joué quatre ans aux Seattle Red Hawks dans le championnat universitaire américain, l’antichambre de la Major Soccer League. La saison dernière j’ai marqué 10 buts en 12 matches”, précisera-t-il d’ailleurs dans un arabe approximatif. Pour avoir tapé dans l’œil du staff technique, il devrait accompagner le groupe à Sétif pour le stage avant que son cas ne soit définitivement tranché. Tout comme Mourad Delhoum qui a paraphé hier son contrat de deux saisons en marge de la cérémonie de sa présentation aux médias, à 19h30 au Sheraton Hôtel. Rachid BELARBI

Lire la suite...

Les réservations des chambres d’hôtel lancées aujourd’hui via Internet

Les futurs hadjis algériens pourront commencer à réserver leurs chambres d'hôtel dès aujourd’hui dimanche à travers Internet, a indiqué hier l'Office national du hadj et de la omra (Onho). Cette opération lancée par l'Onho sur son site (onho.dz) s'inscrit dans le cadre des nouvelles mesures visant à améliorer le séjour des hadjis algériens dans les deux Lieux saints de l'islam. Cette mesure permettra aux hadjis algériens au nombre de 29 000 cette année, de réserver à l'hôtel de leur choix à La Mecque et de réserver leurs colocataires. L'Onho tend à généraliser cette opération aux hôtels d'El-Madina El-Mounaouara (Médine) après avoir concerné uniquement les hôtels situés à Mekka (La Mecque). Pour garantir le succès de cette opération, l'Office qui avait organisé des sessions de formation au profit des membres de la mission algérienne chargés de l'opération d'hébergement, a réparti ces derniers à travers les points de vente des billets du hadj relevant de la compagnie Air Algérie. L'Onho a, par ailleurs, lancé un nouveau service électronique qui permet aux futurs hadjis algériens d’obtenir les numéros de leurs vols à destination des deux Lieux saints de l'islam ainsi que les numéros de leurs chambres d'hôtel.

Lire la suite...
Votre Publicité ici