Accueil / actualite / Boudiaf exige de la rigueur dans la gestion
Au deuxième jour de sa visite de travail et d’inspection à Oran, le ministre de la Santé, de la Population et la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf, s’est rendu à l’hôpital d’Aïn El-Turck où il a inspecté les différents services tout en instruisant le personnel de faire preuve de plus de rigueur. Au complexe les andalouses, où il a rencontré les cadres de la santé, le ministre a axé son intervention sur la nouvelle loi sur la santé qui sera débattue au Conseil des ministres : “Désormais, la rigueur dans la gestion s’impose”, dira le ministre aux cadres présents. Au niveau de l’EHU de Canastel, Boudiaf a exprimé sa désapprobation à propos du retard constaté dans le projet des urgences, point névralgique de toute prise en charge des malades, surtout pour les premiers soins. Au CHU d’Oran, le ministre a assisté à une vidéo conférence sur le suivi du dossier d’un malade cancéreux, surtout après le projet du dossier électronique exigé par les professionnels, et visité le service de la radiothérapie ainsi que les travaux de rénovation de trois services. Boudiaf a insisté sur les nouvelles technologies pour une bonne prise en charge des malades sans oublier la gestion et la rentabilité du personnel. Il n’a pas été avare en instructions pour éradiquer le laisser-aller de certains gestionnaires et personnels médicaux : “Il n’y a pas d’austérité pour la santé, mais il faut gérer convenablement”, a-t-il affirmé. La veille, le ministre a visité l’Institut national du cancer et l’hôpital des grands brûlés où les chantiers accusent du retard : “Il faut respecter les délais”, a-t-il souligné, à chaque halte de sa visite. D’autre part, 15 professeurs du CHU d’Oran viennent de recevoir leur décision d’admission à la retraite : “De nouveaux chefs de services seront nommés. Fini les intérims”, a martelé le ministre de la Santé. NOUREDDINE BENABBOU

Boudiaf exige de la rigueur dans la gestion

Au deuxième jour de sa visite de travail et d’inspection à Oran, le ministre de la Santé, de la Population et la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf, s’est rendu à l’hôpital d’Aïn El-Turck où il a inspecté les différents services tout en instruisant le personnel de faire preuve de plus de rigueur. Au complexe les andalouses, où il a rencontré les cadres de la santé, le ministre a axé son intervention sur la nouvelle loi sur la santé qui sera débattue au Conseil des ministres : “Désormais, la rigueur dans la gestion s’impose”, dira le ministre aux cadres présents.
Au niveau de l’EHU de Canastel, Boudiaf a exprimé sa désapprobation à propos du retard constaté dans le projet des urgences, point névralgique de toute prise en charge des malades, surtout pour les premiers soins.
Au CHU d’Oran, le ministre a assisté à une vidéo conférence sur le suivi du dossier d’un malade cancéreux, surtout après le projet du dossier électronique exigé par les professionnels, et visité le service de la radiothérapie ainsi que les travaux de rénovation de trois services. Boudiaf a insisté sur les nouvelles technologies pour une bonne prise en charge des malades sans oublier la gestion et la rentabilité du personnel.
Il n’a pas été avare en instructions pour éradiquer le laisser-aller de certains gestionnaires et personnels médicaux : “Il n’y a pas d’austérité pour la santé, mais il faut gérer convenablement”, a-t-il affirmé. La veille, le ministre a visité l’Institut national du cancer et l’hôpital des grands brûlés où les chantiers accusent du retard : “Il faut respecter les délais”, a-t-il souligné, à chaque halte de sa visite. D’autre part, 15 professeurs du CHU d’Oran viennent de recevoir leur décision d’admission à la retraite : “De nouveaux chefs de services seront nommés. Fini les intérims”, a martelé le ministre de la Santé.

NOUREDDINE BENABBOU

Article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

Boudiaf exige de la rigueur dans la gestion

Par philhadj Temps de lecture: 1 min
0