Accueil / actualite (page 10)

actualite

actualite

27 familles à Oued Smar exclues de la liste

Vingt-sept familles d’Oued Smar (El-Harrach) ont été exclues de l'opération de relogement lancée récemment par la wilaya d'Alger après que l'opération de vérification du fichier national du logement a révélé qu'elles avaient déjà bénéficié de logements AADL, a indiqué un communiqué du ministère de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville. Cette décision intervient suite à l'opération de vérification du fichier national du logement qui a révélé que 27 familles concernées par le relogement avaient bénéficié de logements AADL, précise la même source. Les concernés étaient inscrits sur une liste de 665 familles vivant dans le bidonville El-Hofra dans la commune dOued Smar et ayant bénéficié d’un relogement. APS

Lire la suite...

Fermeture de deux laiteries à Médéa

Deux laiteries ont été fermées à Médéa suite à des infractions à la législation en vigueur, relevées par les services de la qualité et de la répression des fraudes de la direction du commerce, selon la directrice de cette structure. Selon Yasmina Mestfaoui, la décision de fermeture d’une durée allant d’un à deux mois, intervient après un constat de “carence”, notamment en matière de respect des normes de fabrication, des conditions d’hygiène et de tricherie sur la qualité du lait pasteurisé partiellement écrémé, produit par ces deux laiteries, a-t-elle expliqué lors d’un point de presse organisé au siège de la direction. L’analyse d’échantillons de lait prélevés dans une laiterie localisée dans la commune de Bouskène, à l’est de Médéa, et une autre au sud du pays, a décelé une insuffisance dans le taux de matière grasse (4 g au lieu de 15 g), et la présence de bactéries (staphylocoque), dans le lait sorti d’une de ces deux laiteries. Pour la seconde, une analyse physico-chimique et microbiologique effectuée par les laboratoires régionaux de contrôle de la qualité d’Alger et de Sétif a démontré, d’après la même responsable, un déficit dans la contenance, une faible densité du produit, un taux de matière grasse insuffisant, ainsi que la présence de germes nocifs pour la santé, de type “coliformes fécaux”. Un délai, respectivement de trente et soixante jours, a été accordé à ces deux laiteries pour se conformer à la réglementation, a souligné cette responsable.

Lire la suite...

Trois individus arrêtés à Tiaret

Lors d’un barrage routinier, les gendarmes relevant de la brigade de Rechaïga, à Tiaret, ont intercepté, au début de cette semaine, à bord d’un camion, trois individus en possession de fusils de chasse sans papiers. Ces derniers, âgés entre 30 et 40 ans, ont été arrêtés avant d’être présentés devant la justice. R. SALEM

Lire la suite...

La baisse des importations de véhicules a impacté le secteur

L’assurance automobile, qui constitue la principale branche du marché des assurances de dommages, a enregistré une diminution de 6,7%. Les réalisations du marché des assurances (y compris les acceptations internationales et sans les données de la Maatec et de la Trust), au 30 juin 2016, s’élèvent à 69,9 milliards de dinars, enregistrant ainsi une hausse de 3,2% comparativement au premier semestre 2015, annonce le Conseil national des assurances (CNA) qui vient de publier la note de conjoncture du marché national des assurances. Le chiffre d’affaires réalisé par les assurances de dommages, au premier semestre de l’année en cours, est estimé à 62,2 milliards de dinars, soit une croissance de 2,5% comparativement à la même période de l’année passée et une part de marché de 89%. Avec près de 56% de parts de marché, l’assurance automobile a réalisé un montant de 34,8 milliards de dinars, en baisse de 1,8% comparativement à la même période 2015. Les garanties facultatives ont régressé de 7,8%. Quant à la garantie “responsabilité civile”, elle a progressé de 27,5% et occupe 22,4% du portefeuille de la branche. La branche incendie et risques divers (IRD) a réalisé un chiffre d’affaires de 22,1 milliards de dinars au premier semestre de cette année, soit une hausse de 8,4% par rapport à la même période de l’année précédente. Les assurances contre les effets des catastrophes naturelles (Cat-Nat) ont enregistré une hausse de près de 31% par rapport à la même période de 2015, contrairement aux risques de construction qui reculent de 12,7%. La branche transport a crû de 19%. Cette croissance est tirée principalement par la sous-branche “transport aérien” qui a augmenté de 290,5%. La branche agricole a baissé de 4,5%. L’assurance “crédit” a enregistré une croissance de 9,4% par rapport à la même période de 2015. Selon la note de conjoncture du CNA, le chiffre d’affaires des assurances de personnes au 30 juin 2016 est estimé à 6,4 milliards de dinars, contre 6,1 milliards de dinars à la même période en 2015, soit une évolution de 5,6%. L’assurance automobile a enregistré une baisse de 6,7% au 2e trimestre de 2016 Durant le deuxième trimestre de l’année en cours, la production du marché des assurances, estimé à 31,6 milliards de dinars (y compris les acceptations internationales), a régressé de 2,1% par rapport au deuxième trimestre 2015. Le chiffre d’affaires réalisé par les assurances de dommages est de près de 28 milliards de dinars, soit une baisse de 0,8% et une part de marché de 87,8%. L’assurance automobile, qui constitue la principale branche du marché des assurances de dommages, a enregistré un montant de 14,4 milliards de dinars, soit une diminution de 6,7%. Les garanties facultatives ont baissé de 21,1% par rapport au même trimestre 2015. Alors que les garanties “responsabilité civile”, qui détiennent 30,8% du portefeuille automobile, ont progressé de 57,5%. Les assurances de personnes, également, ont connu une baisse au second trimestre de l’année en cours par rapport à la même période de l’année passée. En effet, le chiffre d’affaires des assurances de personnes relatif au deuxième trimestre 2016 est estimé à 3,1 milliards de dinars, contre 3,3 milliards de dinars à la même période en 2015, soit une régression de 6,1%. “À titre comparatif, la production des assurances de personnes relative au deuxième trimestre 2016 accuse une régression de 4,4% par rapport au premier trimestre 2016”, relève le CNA. Régression de la cadence de règlement des sinistres Le total des sinistres réglés par l’ensemble des sociétés d’assurance s’établit, au 30 juin 2016, à 29,6 milliards de dinars, marquant ainsi un repli de 3,3%, indique la note de conjoncture du marché des assurances. Les indemnisations restent dominées par les assurances de dommages avec 95,7% contre 4,3% pour les assurances de personnes. Le stock des sinistres à payer s’élève à 73,4 milliards de dinars, en hausse de 2,9% comparativement au premier semestre 2015. Le CNA relève une régression de 55,6% de la cadence de règlement des sinistres. Les indemnisations au titre des assurances de dommages atteignent, au titre du 1er semestre 2016, 28,3 milliards de dinars, soit une régression de 3,7% par rapport au semestre 2015. La part de l’assurance automobile demeure prépondérante (73,2%), soit un total de sinistres réglés estimé à plus de 20,7 milliards de dinars. Le montant du stock de sinistres est de 70,5 milliards de dinars, dont 35,8 milliards au titre de la branche automobile, soit une part de 50,7% du total restant à payer. M. R.

Lire la suite...

Déclarations fracassantes sur les œuvres sociales de l’éducation

“Les sommes d’argent dépensées dans les voyages à l’étranger sont supérieures à celles allouées aux soins des travailleurs de l’éducation.” Le secrétaire général du Syndicat autonome des travailleurs de l’éducation et de la formation (Satef) Boualem Amoura, le chargé de la pédagogie au bureau national M’hand Hand Ouali ainsi que le coordinateur de wilaya, Merzouk Hebib ont animé hier une conférence de presse à Tizi Ouzou où ils sont revenus sur la nouvelle rentrée scolaire et la situation générale du secteur de l’éducation au niveau national et local. D’emblée, Boualem Amoura a évoqué les départs massifs à la retraite qui ont atteint la barre incroyable de 30 000 enseignants, alors que 40 000 autres dossiers ont été, entre-temps, déposés. Un chiffre qui atteindra d’ici à la fin du mois en cours, les 70 000 demandes, ce qui est excessif, a-t-il indiqué. “Ces départs ont engendré un déficit dans l’encadrement et chez le corps enseignant dans le secteur de l’éducation qui ne s’était malheureusement pas préparé à une telle saignée. Nous allons perdre des enseignants qui ont une longue expérience, ce qui risque de se répercuter sur le niveau scolaire de nos enfants”, a-t-il mis en garde. L’autre point évoqué par Amoura et le non-achèvement des établissements en chantier qui accumulent un retard important. En effet, “sur les 138 lycées et les 107 CEM programmés à l’échelle nationale, seuls 49 lycées et 38 CEM ont été réalisés alors que sur les 1 263 salles de classes primaires prévues, 355 seulement ont été ouvertes”, déplore le conférencier. Quant au dossier des œuvres sociales de l’éducation, Boualem Amoura n’y est pas allé avec le dos de la cuillère pour crier au scandale et à la mascarade en affirmant : “Nous avons toujours dit que l’argent des œuvres sociales est le bien de tous les travailleurs de l’éducation. L’ancien bureau de la commission nationale des œuvres sociales, entre 2012 et 2015, a promis de présenter annuellement son bilan, mais malheureusement, c’est en 2015 qu’elle a donné les comptes sous la menace de la ministre de l’Éducation. Dans ce bilan, on retrouve, curieusement, des gens étrangers au secteur de l’éducation qui bénéficient des avantages des œuvres sociales de l’éducation.” Amoura ira jusqu’à affirmer énergiquement que “ce bilan fait ressortir que l’argent dépensé dans les voyages à l’étranger est supérieur à celui alloué aux soins des travailleurs de l’éducation !” tout en ajoutant que “cette commission, composée de 15 à 20 personnes, ont consommé 30% du budget total des œuvres sociales. Après le gel de ces œuvres en 2010, cette même commission s’est retrouvée, en 2012, avec un cumul de 4 000 milliards de dinars ! Une somme colossale qui dépasse le budget de huit pays africains ! Où est donc passé cet argent ? Et ce que je dis est très grave, mais je l’assume.” Le SG du Satef annoncera, par ailleurs, une grève cyclique à l’appel de l’alliance syndicale, composée de 17 syndicats, les 17 et 18 octobre puis les 24 et 25 octobre prochains, par rapport à la suppression de la retraite anticipée. “Nous n’avons pas été consultés à ce sujet et tous les partenaires sociaux ont été écartés du dialogue. Nous avons des propositions à faire dans ce sens”, a-t-il indiqué. Par ailleurs, M’hand Hand Ouali et Merzouk Hebib ont dressé, de leur côté, un tableau peu reluisant de la gestion du secteur de l’éducation à Tizi Ouzou où “même les déclarations du Satef sont désormais interdites d’affichage à la direction locale de l’éducation”, ont-ils dénoncé. K. Tighilt

Lire la suite...

Plus de 240 millions de dinars de produits non facturés durant le mois de septembre

Un montant de plus de 240 millions de dinars de produits non facturés a été enregistré, durant le mois de septembre écoulé, par les brigades de contrôle de la direction du commerce de la wilaya d’Aïn Témouchent, apprend-on, hier, de son premier responsable. Ce montant a été totalisé suite à quelque 1 285 interventions de contrôle effectuées par ces brigades à travers le territoire de la wilaya, tout au long du mois écoulé, a précisé Abderrahmane Guidji. Ce même responsable a ajouté que 107 infractions en matière de pratiques commerciales et 87 autres concernant le contrôle de la qualité et la répression des fraudes ont été relevées. La plupart de ces infractions ont été signalées au niveau de commerçants n’attachant aucune importance à l’hygiène et à la qualité des produits exposés au niveau de leurs locaux. 179 dossiers ont été transmis à la justice à l’encontre des commerçants ayant enfreint la loi et les règlements du secteur, a ajouté le directeur du commerce de la wilaya. APS

Lire la suite...

Une commission d’enquête ministérielle au CHU de Sidi Bel-Abbès

Depuis hier, une commission d'enquête du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, composée de deux inspecteurs généraux, est à pied d’œuvre au CHU Abdelkader-Hassani pour éclaircir l’affaire de détournement d’une boîte de 9 flacons sérum salé qui a été saisie par les agents de sécurité du CHU et du prétendu manque de respect de la part du secrétaire général du CHU dont étaient victimes des praticiennes, apprend-on de sources hospitalières. À ce propos, la directrice de wilaya de la santé, Mme Ilhem Ghalem, contactée par nos soins, a déclaré que la commission d’enquête ministérielle est chargée d'écouter toutes les parties concernées par cette affaire, notamment les deux praticiennes, le médecin syndicaliste et le secrétaire général du CHU. Notre interlocutrice a également annoncé que l’enquête diligentée par deux inspecteurs médecins de la DSP a abouti à la conclusion que “le produit saisi provient bel et bien de l’établissement hospitalier”. Cette affaire dans laquelle est impliquée une praticienne avait, rappelons-le, suscité une vive réaction de ses confrères et consœurs du CHU qui, en guise de solidarité, ont organisé mercredi dernier un sit-in dans l’enceinte du centre hospitalier ainsi que la diffusion d’un communiqué anonyme. A. BOUSMAHA

Lire la suite...

Deux terroristes interceptés

Deux terroristes ont été interceptés samedi à Bordj Badji-Mokhtar par un détachement de l'Armée nationale populaire (ANP) qui a saisi un pistolet-mitrailleur de type kalachnikov et une quantité de munitions, a indiqué, hier, le ministère de la Défense nationale dans un communiqué. De même, un autre détachement et en coordination avec des éléments de la Gendarmerie nationale “a appréhendé, à Boumerdès (première Région militaire), 6 éléments de soutien aux groupes terroristes”, souligne le communiqué. APS

Lire la suite...

L’entrée de l’école fondamentale Ameyoud-Smaïl saccagée

Hier matin à Tizi Ouzou, la manifestation des lycéens et des collégiens a failli tourner à l’émeute lorsque des élèves-manifestants se sont rapprochés de leurs camarades du CEM-Sud, dit école fondamentale Ameyoud-Smaïl, pour les contraindre à quitter l’établissement et à rejoindre leur mouvement de grève. Une fois devant l’établissement, est-il affirmé par des parents d’élèves, les manifestants ont procédé à des jets de pierres et au saccage du portail principal de l’établissement tout en mettant le feu aux poubelles. Il a fallu, selon la même source, l’intervention de la police pour disperser les élèves. De leur côté, des parents d’élèves ont dénoncé ces agissements et ont affirmé que l’appel à manifestation a été lancé par un groupe inconnu sur Facebook, portant un nom hostile à Mme Benghabrit, tout en se demandant pourquoi ce mouvement de protestation est spécifique à la wilaya de Tizi Ouzou, connue pour être la première au classement au niveau national dans les résultats aux différents examens de fin d’année ? De leur côté, des syndicalistes ont dénoncé la démission de certains parents et associations de parents d’élèves de la gestion de cette grève. K. T.

Lire la suite...

“Non à l’exclusion des demandeurs d’emploi des régions du Sud”

“Non à la hogra, non à la marginalisation des représentants du CDDC et ses adhérents”, c'était le slogan qu’on pouvait lire sur une banderole et scandé par une cinquantaine de chômeurs qui se sont rassemblés, ce matin, devant le siège de l'ENTP, sise à la zone industrielle de la ville de Hassi-Messaoud. À rappeler que ces chômeurs venus depuis les premières heures de la matinée ont répondu favorablement à l'appel lancé vendredi dernier par le CDDC. Un dispositif important des services de sécurité était présent à l'entrée de l'ENTP. “C'est toujours la politique du business et du favoritisme qui caractérise le marché de l'emploi. Les postes d'emploi au sein des grandes entreprises pétrolières sont soumis à l'aspect régional. Elwasit, un logiciel qui traite les demandes d’emploi, a exclu environ 80% des demandeurs d'emploi des régions du Sud et, réellement, ce n'est qu'un instrument servant de prétexte protecteur aux responsables du secteur de l'emploi et leur fait gagner du temps. Ce programme, par son caractère national, a réduit la chance des chômeurs du Sud de décrocher un emploi”, nous dira un des leaders du mouvement de protestation. Tahar Belabes nous révélera : “Les responsables au niveau local essayent de nous marginaliser. Après nous avoir été traités de tous les noms, de destructeurs, d'agents au service de l'Occident et de perturbateurs, ces mêmes responsables viennent de prévenir et d'avertir les entreprises établies à Hassi-Messaoud qu’il faut éviter tout recrutement d'un des membres du CDDC et ses adhérents, dans le cas échéant, elles assumeront leur responsabilité”. À propos de l'initiative prise, dernièrement, par l'Anem d’Ouargla de rouvrir ses portes pour écouter les doléances des chômeurs, les membres du CDDC jugent ladite initiative de non louable du fait que celle-ci s'est déroulée sous une grande pression et en présence accrue des services de sécurité. Enfin, les chômeurs ont promis de durcir leur mouvement de protestation dans les prochains jours. A. D.

Lire la suite...