Accueil / actualite (page 20)

actualite

actualite

Daech a tué plus de 33 000 personnes dans le monde

Une étude américaine publiée, hier, a relevé que le groupe terroriste autoproclamé État islamique (EI/Daech), les organisations qui l'ont précédé, qui y sont affiliées ou les individus qu'il a inspirés ont mené plus de 4 900 attaques dans le monde entre 2002 et 2015, faisant plus de 33 000 morts. Selon ce décompte, publié hier par le Consortium for the Study of Terrorism and Responses to Terrorism (Start), de l'université du Maryland, cela représente 13% des actions terroristes menées dans le monde sur cette période, et 26% des tués. En plus des 33 000 tués, “cette nébuleuse et les individus isolés qui s'en réclament ont fait environ 41 000 blessés et ont été impliqués dans l'enlèvement de plus de 11 000 personnes”, révèle l'étude. L'attaque la plus meurtrière, selon cette étude, a été menée en juin 2014 en Irak, quand les 1 600 recrues de l'armée irakienne ont été enlevées à Tikrit, puis toutes ou presque assassinées. APS

Lire la suite...

Bac : Benghabrit décidée à appliquer la réforme dès 2017

La ministre a déclaré qu’il était temps de “sortir du bac généraliste” et d'aller vers un bac spécialisé, en annonçant qu’à l’avenir, “l’identité de la spécialité” sera prise en compte. La ministre de l’Éducation nationale, Nouria Benghabrit, soumettra, le 24 août prochain, le projet portant sur la réorganisation de l’examen du baccalauréat au Premier ministre, Abdelmalek Sellal. Les propositions contenues dans le document, devant assurer le “renouveau” de l’école algérienne, seront d’abord examinées en Conseil de gouvernement, avant d’être validées, par la suite, en Conseil des ministres, en vue de leur entrée en vigueur à la rentrée scolaire 2016/2017. Rappelons-nous, le 27 juillet dernier, lors d'une visite de travail effectuée à Tizi Ouzou, la ministre avait livré les grands axes de la réforme de l’examen du bac, dont l’application sera “progressive”, puisqu’elle s’étalera sur une période de 5 ans. Non sans ajouter que les propositions qui seront présentées devant le Conseil de gouvernement sont au nombre de six. Nouria Benghabrit a indiqué que le consensus est établi sur la réduction de la durée de l’examen du bac de 5 à 3 jours seulement. La ministre a, en outre, déclaré qu’il était temps de “sortir du bac généraliste” et d'aller vers un bac spécialisé, en annonçant qu’à l’avenir, “l’identité de la spécialité” sera prise en compte. Selon elle, un consensus a été établi “pour que l’évaluation continue” et donc pour que “l’effort fourni par l’élève tout au long de l’année soit pris en compte”. La ministre a également précisé que les principes de base qui font déjà consensus s’articulent, en plus de la non-suppression de matières, autour des modalités d’évaluation (écrite et continue), de la différenciation entre les matières de spécialité et les matières secondaires. Par ailleurs, Nouria Benghabrit a affirmé que l’enseignement en langue arabe “sera maintenu, mais que la terminologie scientifique, qui est fondamentale, sera désormais introduite en langue française et anglaise, dans les manuels scolaires et les glossaires”. Hier, le site TSA est revenu sur le sujet, rapportant avoir pris connaissance du contenu des propositions relatives à la réforme en question. Dans ce cadre, il a confirmé la réduction de la durée de l’examen de 5 à 3 jours seulement. Il a également informé de l’obligation faite à tous les candidats au baccalauréat, quelle que soit leur filière, d’inclure les deux matières que sont l’arabe et la philosophie. Les autres confirmations portent sur la volonté d’aller vers un bac spécialisé et la prise en considération de l’identité des filières, ainsi que le contrôle continu qui, désormais, “comptera dans la note finale”, afin de “revaloriser l’évaluation pédagogique de l’enseignant et lui redonner du sens”. Concernant les questions du baccalauréat qui seront posées aux candidats, le site d’information a dévoilé que “le contenu des épreuves (…) devrait progressivement porter sur des questions qui exigent beaucoup plus l’analyse que la mémorisation”, et ce, notamment pour “diminuer le bachotage et les cours privés”, et afin de “contrer les tentatives de fraude”. Autre information rapportée : le projet de réforme de l’examen du baccalauréat “ne propose pas de réintroduire le système de rattrapage”, autrement dit, la moyenne 10/20 pour l’obtention sera maintenue. Comme il n’aborde pas “la réorganisation technique” de l’examen, qui fait l’objet d’étude par une commission mixte (ministère de l’Éducation/ministère de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication). Hafida Ameyar

Lire la suite...

Recevez des appels en Arabie saoudite au même tarif qu’en Algérie pour seulement 10 DA la minute

Ooredoo rapproche les pèlerins de leurs familles et leur donne la possibilité de rester joignables en Arabie saoudite durant le hadj, à des tarifs très avantageux. En effet, Ooredoo baisse ses tarifs roaming en mode réception au profit de ses clients voyageant aux Lieux saints de l’islam du 15 août au 30 septembre 2016. Les clients d’Ooredoo en pèlerinage pourront recevoir des appels au même tarif qu’en Algérie, soit à 10 DA TTC/minute seulement. Cette baisse des tarifs en roaming est valable pour tous les clients d’Ooredoo qui peuvent bénéficier de cette tarification avantageuse, en toute simplicité, via tous les réseaux mobiles en Arabie saoudite. Les pèlerins détenteurs d’une puce Ooredoo resteront ainsi en contact avec leurs familles et leurs proches durant le hadj et partageront avec eux les moments de piété de ce voyage spirituel. En accompagnant les Algériens durant le hadj, Ooredoo honore son statut d’entreprise citoyenne toujours proche de la société algérienne.

Lire la suite...

Une bande de malfaiteurs arrêtée

Les éléments de la Gendarmerie nationale ont réussi à mettre hors d'état de nuire une bande de malfaiteurs qui dressait de faux barrages sur l'axe routier menant de Draâ Ben Khedda à Boghni. Composé de quatre hommes et d'une femme, le gang arrêtait, de nuit ou tôt le matin, des automobilistes pour les délester de leur argent et de divers objets de valeur. C'est ainsi que les malfaiteurs ont été arrêtés en flagrant délit et en état d'ivresse par les gendarmes, samedi dernier vers 4h du matin, au moment où ils venaient de braquer cinq véhicules à la fois pour les détrousser. Les cinq mis en cause ont été présentés au procureur près le tribunal de Tizi Ouzou qui les a placés en détention préventive. M. H.

Lire la suite...

Un texte réglementaire en cours de validation

Un nouvel arrêté interministériel fixant les conditions d'apposition de l’indication halal sur les produits alimentaires exportables est en cours de validation au gouvernement, a rapporté l'APS, citant un responsable au ministère du Commerce. “Il s'agit d'une mesure qui concernera surtout les produits exportables tel qu'exigé par les clients étrangers. Nous nous doterons ainsi d'un certificat officiel reconnu à l'international”, explique la même source. Ainsi, ce texte prévoit notamment la mise en place d'un organisme public chargé de la certification des produits halal et l'installation d'un comité national pour le suivi du processus de certification et de l'apposition de l’indication halal sur des produits qui seront définis par ce comité. L'arrêté a été élaboré par cinq départements ministériels. Il s'agit des ministères chargés respectivement du Commerce, de l'Agriculture, de l'Industrie, des Affaires religieuses et de la Santé. “Ce texte va organiser, sur les plans réglementaire, organisationnel et logistique, la certification des produits alimentaires concernés par les dispositions du règlement technique algérien sur les produits halal”, poursuit le même responsable. C'est l'Institut algérien de normalisation (Ianor) qui sera chargé d'encadrer l'opération de certification de cette mention rendue obligatoire par les dispositions du décret 13/378 relatif à l'information du consommateur. Une fois cet arrêté interministériel validé et publié au Journal officiel, l'Algérie disposera officiellement d'un organisme chargé de la certification des produits halal, avance-t-il, tout en affirmant que l'Algérie exigera une reconnaissance mutuelle par les organismes similaires étrangers. “Nous allons exiger qu'il y ait une reconnaissance mutuelle de ces organismes. C'est-à-dire que si nous reconnaissons un organisme de certification d'un pays, ce dernier doit également reconnaître son homologue algérien”, insiste-t-il. L'arrêté prévoit également la mise en place d'un comité national chargé du suivi du processus de certification et surtout de l'apposition de l’indication halal sur les produits qui seront définis par une liste. Il s'agira de mettre une marque collective unique avec un design et une charte graphique développée, déposée et protégée à l'Institut national de la propriété intellectuelle.

Lire la suite...

9 morts et 9 blessés sur les routes en 24h

Neuf personnes ont trouvé la mort et 9 autres ont été blessées dans 8 accidents de la circulation survenus au cours des dernières 24 heures, au niveau national, selon un bilan de la Protection civile rendu public hier. Le bilan le plus lourd a été enregistré dans la wilaya de Mascara où 3 personnes sont décédées à la suite d’une collision entre trois véhicules légers et un camion, survenue sur la RN6, dans la commune de Bouhenni, daïra de Sig. Par ailleurs, la même source déplore 4 cas de noyade : 3 en mer enregistrés à Oran, El-Tarf, Skikda et un dans un barrage à El-Ourissia (Sétif).

Lire la suite...

Djezzy pense au confort de ses abonnés !

Lorsque pour une raison ou une autre, le client découvre qu’il ne dispose pas d’un crédit suffisant pour effectuer un appel et qu’il ne peut pas se déplacer pour recharger son compte, Djezzy vient à son secours avec le lancement d’un nouveau service exclusif pour répondre à ce besoin particulier. Ainsi, le Flexy+ permet d’obtenir un crédit de trois différents paliers sans se rendre à un point de vente. Pour cela, il suffit de composer le code *440# pour recevoir 50, 100 ou 200 dinars, laquelle somme sera déduite lors du prochain rechargement majorée de 10% de frais de service. Pour en bénéficier, l’utilisateur doit avoir au moins six mois d’ancienneté sur le réseau. Le client peut utiliser ce service autant de fois qu’il le souhaite à condition que le crédit offert précédemment ait été récupéré. Le lancement de ce nouveau service illustre, une fois de plus, la volonté de Djezzy de satisfaire, comme il se doit, les demandes de ses abonnés et d’être à l’écoute de leurs attentes. Djezzy, pionnier de la téléphonie mobile, dont l’ambition est de devenir l’opérateur numérique de référence en Algérie, invite ses abonnés et ses futurs abonnés à profiter de ses offres d’été et à naviguer dans le monde digital.

Lire la suite...

Deux personnes meurent de soif dans le désert d’In Guezzam

Deux personnes ont péri dans le désert d’In Guezzam, à 400 km à l’extrême sud de Tamanrasset, a-t-on appris d'une source locale. Selon notre source, les corps des deux victimes, Amghi Agari et Ben Moussa Aggi, ont été retrouvés en état de décomposition avancée. Les deux jeunes, âgés de 25 et 35 ans, tentaient de remonter vers Tamanrasset à bord d’un 4x4 de marque Toyota Station. Cependant, leur expédition n’a pas abouti en raison d’une panne qui serait survenue sur le moteur du véhicule. En attendant l’aide qui tardait à venir, Amghi et Aggi ont décidé de reprendre la route à pied. Malheureusement, les démons du désert ont eu raison d’eux. Après plusieurs heures d’errance sous une chaleur intenable, ils se sont déshydratés avant de mourir de soif. Les corps sans vie des deux jeunes ont, faut-il le signaler, été retrouvés au bout de cinq jours par des proches. RABAH KARECHE

Lire la suite...

Des élus et des cadres au cœur d’enquêtes judiciaires

La commune de Sour El-Ghozlane, à 45 kilomètres au sud de Bouira, a acquis, ces dernières années, une réputation peu reluisante. Elle est passée d’une ville au patrimoine historique et cultuel non négligeable, à un “pôle” pour les escrocs et autres truands. Désormais la mémoire collective retient que Sour El-Ghozlane est avant tout associée à la Sarl d’El waad-sadek et à son fondateur, le non moins célèbre Salah Moulay, un enseignant de mathématiques reconverti dans “l’escroquerie” de masse. Cependant, il semble que les services de sécurité et la justice ont décidé de donner un “coup de pied dans la fourmilière”, en s’intéressant d’un peu plus près à certaines affaires touchant, notamment, le dossier sensible des logements sociaux. Ainsi, selon des sources sûres, les enquêteurs de la Brigade de recherche et d’investigation (BRI) de Bouira viennent d’ouvrir une enquête sur l’attribution de pas moins de 300 logements sociaux entre 2013 et 2015, à travers l’ensemble des trois communes que compte la daïra de Sour El-Ghozlane. En effet, selon nos informations, des agents de la BRI ont saisi près de 450 dossiers entre demandeurs et bénéficiaires de logements sociaux dans les différentes communes de la daïra. Il s’agit, pour les enquêteurs, de passer à la loupe les conditions et modalités d’attribution de ces logements, lesquelles ont été, pour rappel, fortement contestées par la population. Cette enquête, qui vient tout juste d’être ouverte, devrait toucher d’anciens et actuels cadres des APC concernées et même ceux de la daïra de Sour El-Ghozlane. Les mêmes sources indiquent que l’enquête fait suite à plusieurs lettres anonymes parvenues à la sûreté de daïra, dans lesquelles les auteurs dénoncent de présumés “irrégularités et dépassements” dans l’octroi de logements sociaux. Actuellement, d’après nos informations, l’enquête est au stade des investigations et du recoupement des données et aucun responsable n’a fait l’objet de citation ou d’audition. Néanmoins, selon des sources fiables et au rythme où vont les choses, plusieurs responsables seront amenés à s’expliquer sur certaines “incohérences” déjà enregistrées. Par ailleurs, le P/APC de Sour El-Ghozlane, son premier adjoint et le secrétaire général de l’APC sont toujours placés sous contrôle judiciaire dans une sombre affaire d’attribution de plusieurs marchés publics dans des conditions “douteuses”. Parmi ces marchés, l’on citera le transport scolaire, les box du nouveau marché couvert ainsi que l’équipement de la piscine municipale. En outre, une autre enquête ayant trait à la supposée implication de l’actuel maire de Sour El-Ghozlane ainsi que des cadres du fisc de la même ville, dans une présumée affaire d’attribution de locaux commerciaux au marché couvert de la ville, a récemment été ouverte par les services concernés. RAMDANE BOURAHLA

Lire la suite...

Compression de 40% des travailleurs étrangers

Les 400 employés étrangers que compte la société In Salah Gas, parmi un effectif global de 1 800 travailleurs, seront remplacés par la main-d'œuvre nationale. Le président-directeur général de la société In Salah Gas, Maazou Slimane, a affirmé que le groupe Sonatrach, principal propriétaire et ses partenaires, British Petroleum (BP) et Statoil, ont décidé la compression de 40% des travailleurs étrangers d'ici à la fin 2016. Lors de sa visite au site gazier de Krechba (Ghardaïa), M. Maazou a précisé que cette décision “a été prise d’un commun accord entre les trois actionnaires dans la société suite au recul des prix du pétrole en vue de réduire les coûts élevés en matière de salaires, de transport, d'hébergement et de protection”. Les 400 travailleurs étrangers que compte cette société parmi un effectif global de 1 800 employés, seront remplacés par la main-d'œuvre nationale aussi bien pour les cadres que les ingénieurs et les techniciens d'exploitation et de maintenance. Le nombre des travailleurs étrangers sera réduit “autant que possible”, a indiqué M. Maazou qui a affirmé que le recours à la main-d'œuvre étrangère ne se fera que dans des cas d’“extrême urgence”. Il a indiqué que le nombre des travailleurs étrangers au sein de la société connaît une régression continue après l'entrée en exploitation de plusieurs projets. Car, a-t-il précisé, la majorité des travailleurs étrangers est recrutée à l'étape de réalisation du projet avant le transfert des missions aux cadres nationaux avec le début de l'exploitation. Par ailleurs, le train n°3 du site gazier de Tiguentourine, situé à In Amenas dans la wilaya d'Illizi, sera remis en service dans les tout prochains jours. C’est, du moins, ce qu’a affirmé hier le directeur général de ce complexe gazier, Kamel Aouaes. “La remise en service du train n°3 devrait se faire dans quelques jours. Les opérations de réparation sont achevées et, actuellement, nous sommes en phase finale des essais avant d'introduire le gaz dans le train”, a-t-il relevé. Site de Tiguentourine : remise en service prochaine du train n°3 Sur un autre registre, cible d'une attaque terroriste en janvier 2013 qui a causé la mort de 40 employés de dix nationalités ainsi que 29 assaillants, le site de Tiguentourine a été fermé et ses activités ont cessé pendant longtemps. L’attentat avait endommagé le train n°3 de cette installation qui produisait, en moyenne, 16 millions de mfi par jour. Il y a lieu de préciser que le complexe gazier a pu redémarrer grâce aux ingénieurs, aux techniciens et aux travailleurs algériens, quelques semaines après l’acte terroriste alors que tous les étrangers (responsables, cadres et travailleurs) ont quitté le pays. Les premiers employés étrangers n’ont réintégré la plateforme gazière que 18 mois après l’attaque meurtrière. De son côté, le directeur des opérations du site, Saïd Oumeddour, a indiqué que les travaux de réparation de ce train avaient coûté 80 millions de dollars. Or, trois ans après l’attentat, plus précisément, au mois de mars dernier, une nouvelle attaque terroriste, revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), a ciblé le complexe gazier de Khrechba d'In Salah. Trois jours après cet acte terroriste, BP et Statoil ont annoncé le retrait temporaire de leurs personnels respectifs des sites gaziers d'In Salah et d'In Amenas, par mesure de précaution. Seul le personnel de Sonatrach est resté sur le complexe, considéré comme l'un des plus prometteurs pour la production gazière algérienne. Les deux partenaires de Sonatrach ont retiré provisoirement leur personnel de ces deux sites mais la compagnie BP poursuivait le travail à distance. L’Algérie a décidé de maintenir sa production sur tous les sites connus et dont les gains avoisinent, uniquement pour Tiguentourine et In Salah, les 18 milliards de dollars. Le P-DG d'In Salah Gas a assuré que la production de la société était passée de 14 millions de m3/j avant mars 2016 à 25 millions de m3 actuellement après la mise en exploitation du gisement de Hassi Moumen en avril dernier, un investissement d'une valeur de 1,3 milliard USD, soulignant que la société tablait sur une production de 27 millions de m3/j en septembre prochain. Révélant la découverte de 25 nouveaux puits dont 11 font l'objet de forage en attendant le reste selon les besoins de la société liée par un contrat de production annuelle de 9 milliards de m3/j, le même responsable a fait savoir que la production annuelle avait reculé à 8,3 milliards de m3 ces dernières années avant de rebondir à nouveau. B. K.

Lire la suite...