Accueil / Une

Une

La Une

Italie : les gardes-côtes sauvent 400 personnes

Au moins 400 migrants ont été sauvés hier par les gardes-côtes italiens, alors que leurs barques de fortune faisaient naufrage dans une Méditerranée agitée, a rapporté l’agence de presse Aki sur son site internet. “Le sauvetage des migrants a été effectué lors de deux opérations qui ont été coordonnées par le centre d'opérations de nos forces à Rome”, a indiqué le communiqué des garde-côtes, soulignant que cela a été fait aussi “en collaboration avec le ministère des Infrastructures et des Transports”, et que “les deux opérations ont réussi malgré les conditions météorologiques difficiles”, a repris encore AKI. “Les migrants qui ont été sauvés étaient à bord d’une petite barque et d’un autre bateau en bois”, a précisé le communiqué, ajoutant que ces derniers ont “été sauvés par un navire (Sim pilote) norvégien, qui navigue sous le drapeau et la bannière de Frontex, ainsi que par un remorqueur italien”. L. M.

Lire la suite...

Mali : un Casque bleu tué et deux autres grièvement blessés

Un Casque bleu a été tué et deux autres grièvement blessés, lors d’une nouvelle attaque au mortier qui a visé lundi un camp de la Mission de maintien de la paix de l’ONU au Mali (Minusma) à Aguelhok, dans la région de Kidal, lit-on dans un communiqué publié hier par cette mission. “Hier (lundi), en fin d’après-midi, plusieurs tirs de mortier ont visé le camp de la Minusma à Aguelhok, dans la région de Kidal”, a indiqué le communiqué, précisant que “cette attaque a coûté la vie à un Casque bleu et en a grièvement blessé deux autres”. Réagissant à cette attaque, le chef de la Minusma par intérim, Koen Davidse, a déclaré que “cette attaque marque une période noire et violente au Mali. Les attaques criminelles et sanglantes des derniers jours démontrent que le terrorisme cible, sans discrimination, le camp de la paix”. L. M.

Lire la suite...

Limogeages en série

La direction de l'USM Alger a annoncé, hier, la démission de trois membres de son staff technique senior, à savoir le manager général, Boudjemaâ Mohammedi, le préparateur physique, Laïd Benseghir, et l'entraîneur adjoint du Belge Paul Put, Karim Masmoudi. “Mohammedi, Benseghir et Masmoudi ont eu une entrevue avec le président Rabah Haddad qui a accepté à l'amiable leurs démissions”, a indiqué la direction des Rouge et Noir sur son site officiel, sans donner plus de détails sur les motifs qui ont motivé ces départs en masse. “L'USMA est heureuse d'avoir collaboré avec Mohammedi, Benseghir et Masmoudi, et leur souhaite une bonne continuation dans leurs carrières respectives”, s'est contenté d'ajouter la direction algéroise dans un communiqué. Pour l'heure, aucune information n'a filtré concernant les potentiels successeurs de ces trois techniciens à la barre technique du club champion d'Algérie en titre.

Lire la suite...

Le MOB honoré par le COA

Les Vert et Noir, joueurs et dirigeants, sont invités par le Comité olympique algérien (COA) à une réception qui aura lieu demain à 18h à Alger. Le président des Crabes, Farid Hassissene, qui nous a affirmé l’information, nous a précisé que c’est Mustapha Berraf, en sa qualité de président de ce comité, qui l’a appelé pour l’informer que le MOB sera honoré à l’occasion de cette cérémonie suite à son exceptionnel parcours en Coupe de la CAF. Les Béjaouis, pour rappel, ont atteint la finale de cette compétition continentale. Les Vert et Noir, qui effectuent un stage de préparation à Aïn Témouchent, ont repoussé, en conséquence, la fin du stage de 24 heures. Prévu initialement pour hier, le stage prendra fin aujourd’hui pour permettre à l’équipe de faire une escale à Alger, pour se rendre à cette cérémonie à laquelle d’autres équipes, dans d’autres disciplines, et d’autres athlètes sont également conviés. Z. T.

Lire la suite...

L’histoire occultée de la tyrannie du régime turc en Algérie

Ghezali Lounès est un auteur natif de Tigzirt dans la wilaya de Tizi Ouzou. Il vient de publier un roman intitulé Le rocher de l’hécatombe aux éditions La Pensée. Il s’agit d’un ouvrage qui évoque une expédition punitive menée par l’armée turque en 1825 contre la tribu des Aït Ouagnoune pour ses multiples actes de désobéissance. L’auteur expliquera qu’en 1825, la régence d’Alger avait résolu de punir la tribu des Aït Ouagnoune en Kabylie maritime pour ses multiples actes de désobéissance. “En cette circonstance, une expédition punitive d’une grande ampleur, commandée alors par un certain Yahia Agha, un proche du Dey Hussein, avait été menée contre le village Aït Saïd, le village le plus loin au nord de cette tribu, c'est-à-dire le plus isolé. Ils tuèrent et massacrèrent un grand nombre d’hommes, de femmes et d’enfants. Certains historiens évoquent même le nombre de 300 morts”, écrit Lounès Ghezali. Pour l’auteur du livre, la présence tuque en Algérie a été émaillée de beaucoup de violences estimant que “les trois siècles de leur présence ont été émaillés de beaucoup de violences dues notamment à la réaction des tribus autochtones face à un véritable et systématique régime colonial”. “Le rocher de l’hécatombe est une histoire qui s’est déroulée dans un village et illustre la nature tyrannique du régime turc que l’histoire officielle nie malheureusement”, soulignera l’auteur, tout en relevant le silence frappant observé par les rescapés. “En effet, ceux qui avait survécu à cette époque, à cette horrible tragédie, avaient adopté, sans doute à cause de l’humiliation subie, une sorte d’accord tacite pour ne jamais relater ce drame. L’histoire avait d’ailleurs quasiment disparu. Pourtant, paradoxalement, l’un des endroits où eut lieu ce drame s’appelle toujours ‘’le rocher de l’hécatombe’’. L’endroit où fut dressé le campement du corps expéditionnaire s’appelle, lui, le rocher du caïd”, est-il expliqué dans le livre. “À travers ces personnages qui avaient une existence réelle, et les autres que j’ai imaginés avec toute la liberté que permet la fiction, j’ai tenté de reconstruire cette histoire qui serait le reflet de plusieurs versions racontées par les gens de cette région et qui va au-delà même du jour du massacre mais jusqu’à la reconstruction du village.” Né en 1965 à Tigzirt en Kabylie, Lounès Ghezali est un représentant commercial. Autodidacte, passionné de lecture, il passe aujourd’hui à l’écriture. K. Tighilt Roman Le rocher de l’hécatombe de Ghezali Lounès. Éditions “La Pensée”, 2017.

Lire la suite...

Irak : les civils confrontés à un “risque extrême”

L'ONU a averti hier que quelque 750 000 civils habitant dans l'ouest de Mossoul étaient confrontés à “un risque extrême”, alors que se prépare l'offensive des forces irakiennes pour reprendre au groupe autoproclamé État islamique (EI/Daech) cette partie de la deuxième ville du pays. “Nous espérons que tout sera fait pour protéger les centaines de milliers de personnes de la rive ouest du Tigre. Nous savons qu'elles font face à un risque extrême et nous craignons pour leur vie”, a déclaré Lise Grande, la coordinatrice humanitaire de l'ONU pour l'Irak, dans un communiqué. Le groupe terroriste contrôle toujours l'ouest de la métropole du nord, qui était habitée par environ deux millions de personnes avant l'arrivée de l'EI en 2014. R. I./Agences

Lire la suite...

Entres expositions, concerts, projections et rencontres

Des expositions, récitals musicaux, projections et rencontres thématiques proposés par des instituts culturels européens d'Alger, sont au programme de la “La nuit des idées” prévue aujourd’hui 25 et demain 26 janvier à Alger. La manifestation devrait s'ouvrir aujourd’hui par un concert de Amel Brahim Djelloul à l'Opéra d'Alger et le vernissage de l'exposition “Ça va waka” du photographe Nassim Rouchiche, accueillie à l'espace culturel La Baignoire. L'institut Cervantès accueillera, pour sa part, une rencontre avec l'écrivain et journaliste italien Bruno Arapia organisée par l'Institut culturel italien, et un concert de flamenco. L'espace Les ateliers sauvages propose la présentation du dernier numéro de Naqd, à l'occasion du 25e anniversaire de la revue, et la projection du film Héros sans visage de la réalisatrice péruvienne Mary Jimenez. Le café littéraire Le sous-marin, autre partenaire de “La nuit des idées”, prévoit une programmation musicale variée et des rencontres-débats animées par l'islamologue Saïd Djabelkheir et le philosophe Smaïl Mehnana, entre autres. Plusieurs rencontres-débats sur des thèmes comme la citoyenneté, la civilité et la civilisation aux frontières de la justice se tiendront à la Cinémathèque algérienne, au Centre diocésain et à l'Institut français d'Alger. Organisée sous le thème “Un monde commun”, “La nuit des idées” -coordonnée à travers le monde par le réseau des instituts français- se tiendra cette année simultanément dans une quarantaine de villes pour proposer au public de venir à la rencontre des artistes, chercheurs, philosophes et créateurs. Outre l'Algérie, la France, l'Espagne, le Soudan, l'Afrique du Sud, le Maroc, l'Argentine, le Brésil, les États-Unis, la Corée du Sud, l'Inde ou encore l'Australie, organisent au même moment “La nuit des idées” dans sa 2e édition. Cette manifestation vise, selon ses promoteurs, à favoriser l'échange, le débat et la libre circulation des idées à travers des débats ouverts, et à impliquer différents acteurs culturels et associatifs. Pour les intéressés, le programme complet est disponible sur le site de l’Institut français d’Algérie : www.if-algerie.com APS

Lire la suite...

L’ONU réclame 4,6 milliards de dollars supplémentaires

L'ONU a appelé hier les pays donateurs à engager 4,6 milliards de dollars supplémentaires pour venir en aide aux millions de Syriens réfugiés dans les pays voisins.

Lire la suite...

Exposition des œuvres de jeunes artistes locaux

Le rideau à peine tombé sur la 9e édition du Festival du théâtre arabe (9-19 janvier), que les regards sont déjà tournés vers le prochain grand événement culturel de l’année, à savoir la cinquantième édition du Festival du théâtre amateur prévu l’été prochain, à la maison de la culture Ould Abderrahmane-Kaki de Mostaganem. À ce propos, une réunion de coordination entre le commissariat du Festival national du théâtre amateur et les plasticiens de l'école des Beaux-arts de Mostaganem a eu lieu dernièrement pour la préparation de cette édition, sous la présidence du directeur Hachemi Ameur. L’ordre du jour était exclusivement consacré à l’aspect artistique de la manifestation, afin de faire appel aux talents locaux dans l’optique d’exposer des œuvres d’arts plastiques lors de ce cinquantième festival. Ces artistes de l’école des Beaux-arts de Mostaganem présenteront des tableaux, ainsi que des croquis sur les troupes participantes. À noter que les dates de cet événement culturel dédié au 4e art, ne sont pas encore connues officiellement, et elles seront dévoilées seulement dans les prochains mois par le commissaire du festival. M. Salah

Lire la suite...

La JSK redoute l’accumulation de rencontres à partir de février

Alors que le championnat professionnel de Ligue 1 a repris du service depuis le week-end dernier qui a vu donc le “clasico” MCA-JSK reporté à une date ultérieure, à cause des internationaux réquisitionnés par les deux équipes nationales A et militaire en déplacement à l’étranger, voilà que la formation kabyle a encore vu sa rencontre du week-end prochain face au NAHD décalée de nouveau pour les mêmes motifs, ce qui fait que la JSK devra attendre le… 3 février prochain pour reprendre le chemin de la compétition, en déplacement au stade du 1er-Novembre de Mohamadia pour rencontrer l’USM El-Harrach. Et s’il faut rappeler que la JSK a disputé son dernier match de championnat le 24 décembre dernier au stade du 1er-Novembre de Tizi Ouzou face au Chabab de Belouizdad, il faut bien convenir que les Canaris auront été soumis à une véritable période d’hibernation de cinq semaines, d’où les craintes d’un grave manque de compétition qui pourrait bien avoir des conséquences néfastes pour le club kabyle alors que bien des clubs de Ligue 1 auront disputé, entre-temps, deux journées de championnat pour se remettre en jambes. L’autre souci des dirigeants, des joueurs et du staff technique kabyles réside dans le fait que le club sera ensuite soumis à une programmation démentielle à partir de la mi-février alors que les premiers tours éliminatoires de la Coupe de la CAF pointent déjà à l’horizon puisque les camarades d’Ali Rial se préparent d’ores et déjà à effectuer un long périple, par vol régulier, au Liberia, pour y affronter, en tour préliminaire, le Monrovia CB… le 11 février prochain. Cela suppose donc que son match de la 19e journée contre l’Entente de Sétif sera encore renvoyé tout comme le match CAB-JSK de la 20e journée puisque la formation kabyle est appelée à disputer le match retour contre Monrovia, une semaine après le match aller en terre libérienne, autrement dit, le 18 février à Tizi Ouzou. C’est ce qui fait que le coach tunisien de la JSK, Sofiene Hidoussi, appréhende énormément le marathon démentiel qui attend son équipe à compter de la mi-février, ce qui peut mettre la JSK dans une situation fort embarrassante surtout que sa situation actuelle n’est guère reluisante en championnat avec une position peu confortable au classement général. “C’est vrai que la grosse accumulation de matches à venir ne nous arrangera pas dans les semaines qui suivent du fait que nous serons soumis à un rythme infernal qui pourra nous poser bien des problèmes pour la suite de la saison”, dira Hidoussi qui estime, cependant, que “la JSK se prépare du mieux qu’elle peut pour faire face à cette situation complexe même si elle souffre énormément de l’absence de ses quatre joueurs internationaux qui n’ont pu prendre part à cette période de préparation hivernale”. Cela dit, la JSK n’a pas effectué de préparation hivernale à Alger, comme cela était prévu initialement, et la bande à Hidoussi s’est contentée de travailler sereinement dans son jardin habituel du 1er-Novembre tout en ayant disputé deux matches amicaux en déplacement contre l’Olympique de Médéa puis le NARB Réghaïa tout en envisageant éventuellement un troisième match test ce week-end à Tizi Ouzou ne serait-ce que pour huiler davantage la machine kabyle et accentuer la période de rodage des cinq nouvelles recrues du mercato hivernal en l’occurrence Khelili (ex-CRB), les deux ex-Usmistes, Benaldjia et Baïtèche, l’avant-centre blidéen Zerguine et le Franco-Algérien Thomas Izerghouf qui ont encore besoin de quelques jours d’adaptation pour assurer leur insertion progressive dans la camp kabyle. Mohamed HAOUCHINE

Lire la suite...