Accueil / Une (page 10)

Une

La Une

La pose de prothèses de hanche et de genou au menu

Une équipe de chirurgiens orthopédistes de l'hôpital de Ben Aknoun s'est rendue dernièrement à Oran, à l'EPH de Aïn Turk pour être plus précis. Selon le professeur Benbouzid, chef de service, cette mission s'inscrit dans le cadre des opérations de jumelage initiées par le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière. D'autres missions similaires ont précédé celle-ci dans le même cadre. Au cours du séjour à l'EPH de Aïn Turk, l'équipe médicale composée du chef de service Abderrahmane Benbouzid, de ses assistants, du chef du bloc opératoire et du kinésithérapeute, a effectué plusieurs interventions chirurgicales. Ces interventions consistaient principalement en la pose de prothèses totales de hanche et de genou. Les malades souffrant de détérioration de la hanche et du genou ont été ainsi soulagés. D'autres auront la chance d'être opérés après les grandes chaleurs de l'été puisqu'une convention a été établie entre les deux hôpitaux en vue de renouveler ces missions bénévoles. Z. N.

Lire la suite...

Deux nouvelles offres pour Slimani

Le Sporting Lisbonne a annoncé hier que le président Bruno de Carvalho a refusé deux offres de 20 millions d’euros émanant de deux clubs de la Premier League en l’occurrence Swansea et West Bromwich pour céder son attaquant vedette, Islam Slimani. Une information qui a été confirmée par le journal Record dans son édition de mercredi. Une nouvelle qui intervient en effet au lendemain de la grosse polémique provoquée par l’absence de l’attaquant algérien à la reprise des entraînements de son équipe et qui a semé un certain doute concernant l’avenir du joueur formé à Chéraga lequel aurait décidé de sécher cette séance pour montrer son mécontentement envers ses dirigeants de na pas lui accorder un bon de sortie pour aller monnayer son talent sous d’autres cieux. Auteur d’une saison 2015-2016 exceptionnelle avec 31 buts et six passes décisives toutes compétitions confondues, l’international algérien a attiré les convoitises de nombreux clubs et non des moindres notamment d’Angleterre et en Italie. En attendant, l’ex-joueur du CRB a repris le travail sous la direction de son coach, Jorge Jesus, pour préparer le premier match de la nouvelle saison de la Liga Sagres samedi face à Maritimo au stade José-Alvalade. Pour rappel, le président du Sporting avait maintes fois déclaré qu’il attendait une offre de 30 millions, le montant de la clause libératoire pour céder son joueur. Farès Rouibah

Lire la suite...

Mégots de cigarettes et sachets en plastique

Des sachets en plastique volent en l’air et retombent dans l’eau pour faire “roulez-boulez” sur les vagues. Du coup, et d’un coup de cœur et de… sang, la mer vire au noir du désespoir et de temps à autre au rouge de l’ire que soulève l’image de ces sachets qui virevoltent à longueur d’une journée de plage. Ç’aurait été un moindre mal, s’ils ne prenaient pas le large, ces sachets tueurs de poissons. Pour convaincre nos ami(e)s les Verts qu’il y a péril au… large de Palm-Beach, Sidi Fredj et Zéralda, le mieux est qu’ils soient là, le jour où souffle l’ami Eole, Dieu des vents. Pour cela, la météo des plages est tout indiquée pour ne rien rater d’un spectacle, qui, hélas, n’a rien d’un décor de cerfs-volants. C’est dire qu’il n’y a pas que les champs pastoraux qui s’enlaidissent de ces sachets, mais la mer également. Pauvre bleue ! Et dire que ça ira mieux et tout irait pour le meilleur des mondes, si tous les pollueurs se donnaient la peine de déposer le sachet, là où il doit l’être ! À sa place, dans la poubelle qui est juste sur le sable ! Pardi ! L. N.

Lire la suite...

JSK-MCA reprogrammé pour le samedi 20 août à 19h

Initialement programmé par la LFP pour le vendredi 19 août au stade du 1er-Novembre de Tizi Ouzou, le “Classico” tant attendu JSK-MCA aura finalement lieu le samedi 20 août à 19h à Tizi Ouzou et c’est le match USMA-MOB qui a été avancé par la LFP au vendredi 19 août à 19h15. Il est à noter que ces deux belles affiches de début de saison seront télévisées en direct par l’ENTV.

Lire la suite...

Sale temps pour les vacanciers à Béjaïa

Sur les côtes de la ville des Hammadites, c’est le branle-bas de combat pour la location d’un appartement ou d’un bungalow par les estivants qui envahissent le littoral béjaoui pour y passer des vacances. En effet, c’est le grand rush comme chaque été. Les infrastructures touristiques implantées sur les côtes est et ouest de la ville restent inaccessibles pour la majorité des jeunes qui, eux, se tournent vers le tourisme de masse. Située au cœur de l’espace méditerranéen, Béjaïa est une cité millénaire qui brille par ses sites naturels. On citera, entre autres, le mont Gouraya, le pic des Singes, les grottes d’Aokas, la forêt d’Akfadou, les gorges de Chabet à Kherrata... Béjaïa témoigne également d’une prodigieuse mémoire plusieurs fois millénaire, les sites historiques confirmant l’importance de la région à travers les temps. À côté du littoral béjaoui, connu principalement pour ses plages au sable fin, la vallée de la Soummam, bien qu’elle renferme des atouts indéniables, demeure délaissée et inconnue pour la majorité des visiteurs de la wilaya. En effet, trois sources thermales à caractéristiques thérapeutiques avérées à Tifra, Adekar et Bouhamza sont peu exploitées. Malgré les équipements rudimentaires dont elles disposent, elles reçoivent en moyenne 20 000 curistes par an. Néanmoins, si le tourisme dans la vallée de la Soummam est frappé de sinistrose, sur les côtes de Béjaïa, les infrastructures hôtelières poussent comme des champignons. “Leurs tarifs ne nous permettent même pas de penser à passer un week-end, ils sont plutôt destinés à des gens qui ont de l’argent, pas aux enfants du peuple”, avoue un jeune de Toudja, en précisant : “Vous savez, nous n’avons même pas les moyens d’aller voir ce qu’il y a comme sites dans notre propre wilaya. Le transport et les hôtels sont chers. Nous nous contentons de rester dans nos coins.” À la lecture du rapport de l’Apw pour l’année 2016, il ressort que le secteur compte 62 hôtels en exploitation, avec une capacité de 4 447 lits et 2 auberges. Les infrastructures hôtelières sont insuffisantes et la qualité du service, accueil, restauration, hébergement est médiocre et les prix sont excessifs. “Le secteur du tourisme se porte mal malgré les atouts dont dispose la wilaya”, nous dira Salim, un technicien supérieur en hôtellerie. Côté investissements, la wilaya dispose de 14 zones d’expansion touristiques (ZET), d’une superficie de 956,50 ha : 9 ZET se situent sur la côte ouest et 5 autres sur la côte est ; 2 ont été approuvées par décret, 10 autres sont dans la deuxième phase d’étude. Pour l’investissement public, le secteur a bénéficié de l’inscription de 17 opérations d’études d’aménagements touristiques susceptibles d’accroître l’attractivité de la région, d’améliorer les conditions d’accueil par la création d’espaces touristiques et d’activités commerciales. L’investissement privé enregistre 37 projets pour une capacité d’accueil de 291 lits, en cours de réalisation. Par ailleurs, 67 projets sont validés par le Calpiref pour une capacité d’accueil de 22 384 lits et un montant de 56 millions de dinars. Néanmoins, les professionnels du secteur se plaignent de l’incivisme des estivants avec la prolifération des déchets et ordures sur les plages, l’exploitation irrationnelle des plages avec la mise en place forcée des parasols, la prolifération des commerces anarchiques, le squat des aires de stationnement et l’instauration d’une tarification abusive des parkings illicites. “Dès qu’on aperçoit votre véhicule pointer du nez pour se garer dans une rue ou ruelle, un adolescent sorti comme du néant vous accoste pour vous aider dans vos manœuvres de stationnement. La contrepartie à débourser est certes symbolique, c’est selon, mais quand on vous oblige à mettre plusieurs fois la main à la poche dans la même journée, cela devient lassant, harassant, voire révoltant”, dira un automobiliste venu de Batna. Pratiquement, ils ont accaparé la moindre parcelle pour la transformer en parking “illégal” mais payant. Ils ne ratent rien, y compris les espaces destinés aux enfants. Souvent, ces “gardiens de parking” forment des équipes de trois fois huit pour assurer la permanence, comme dans une usine. Ils demeurent toute la journée postés aux angles des rues, guettant les arrivées et départs des automobilistes, sans être inquiétés. Avec le temps, ces jeunes ont fait de cette pratique un métier. “Je pense que c’est mieux que de voler et puis c’est lucratif, notamment en cette période estivale”, a avoué Madjid, 30 ans, rencontré à Tichy. Et il n’y a pas que ce phénomène ; à Tichy ou Aokas, par exemple, des commerçants étalent leur marchandise sur le trottoir. On y trouve même des grilloirs. Quant aux locations chez les particuliers, elles atteignent les 12 000 DA la nuitée. A. H.

Lire la suite...

Des milices appellent à l’expulsion des forces françaises

Une importante coalition de milices basées à Benghazi, dans l'est de la Libye, a appelé les Libyens à se mobiliser pour chasser les militaires étrangers, notamment français, présents dans le pays. À Tripoli, une nouvelle manifestation a rassemblé, vendredi soir, des dizaines de personnes devant la base navale, où elles ont appelé les autorités à boycotter les entreprises françaises. Paris a reconnu, mercredi, que trois militaires français avaient été tués au cours d'un accident d'hélicoptère en Libye, où ils menaient une mission de renseignement dans l'est du pays auprès des forces conduites par le général controversé Khalifa Haftar. Cette présence a été dénoncée comme une violation du territoire par le gouvernement d'union nationale (GNA), reconnu par la communauté internationale et auquel s'opposent le général Haftar et les autorités de l'Est.

Lire la suite...

Dix arrestations après de nouvelles violences au nord de Paris

Dix personnes ont été interpellées, dans la nuit de vendredi à samedi, dans une banlieue nord de Paris agitée par des violences depuis la mort mardi d'un jeune lors de son interpellation, selon les autorités locales. Il s'agit de la quatrième nuit consécutive d'échauffourées sur place. Quatre gendarmes ont été blessés très légèrement, a indiqué la préfecture, qui a aussi fait état d'un incendie dans une entreprise de palettes, ainsi que de 10 véhicules et des poubelles brûlés. Les échauffourées ont été concentrées sur les communes de Beaumont-sur-Oise, d'où était originaire Adama Traoré, le jeune homme décédé mardi, et celles voisines de Persan et Bruyères-sur-Oise. R. I./Agences

Lire la suite...

Gafaïti : “Ne vous inquiétez pas, je m’imposerai !”

Cible de quelques critiques et qualifié hâtivement, de “recrue pas à la hauteur des attentes” par certaines voix qui se sont élevées tout récemment, le défenseur Adel Gafaïti ne semble pas pour autant perturbé par ce qui se passe autour de lui. Forcément confiant en son aptitude à briguer une place dans le onze, celui qui est passé par les Glasgow Rangers et Norwich City estime, en revanche, “monter en puissance après un nécessaire temps d’adaptation”. “Je ne vais pas mentir, ce que je vis ici diffère de ce que j’ai peut-être connu en Ecosse ou en Angleterre. Mais je venais à Oran chaque année depuis que je suis tout petit. Je connais la ville, les gens, leur mentalité. Au début, durant les deux ou trois premiers jours, c’est vrai, je ne me suis pas tout de suite immiscé dans le groupe. Mais je suis allé vers les joueurs et eux, sont venus vers moi. On a commencé à échanger. Je me suis alors fondu dans le collectif et maintenant, tout va pour le mieux”, soulignera le longiligne défenseur pour lequel “tout arrivera par le travail, rien que le travail”. “Ma priorité actuelle est de travailler, de progresser, de démontrer à l’entraîneur ce que je vaux et ce que je veux, autrement dit, être dans le onze et devenir un élément important de l’équipe. Dimanche, on part à Sétif pour le stage, on travaillera deux fois plus, mais ce sera doublement bénéfique”, dira encore un Adel Gafaïti qui n’accorde pas trop d’importance à ce qui se dit à propos de son niveau ou de ses capacités. “Les gens ont le droit d’avoir un avis comme moi j’ai le mien ! Dès lors, à moi de travailler et de montrer aux gens ce que je vaux sur le terrain. Et croyez-moi, à ce sujet, je ne m’inquiète pas du tout !”, affirmera, avec l’insouciance de ses vingt-deux ans et sa confiance d’ancien pensionnaire de la Championship anglaise, cet Oranais formé à Nancy. 10 buts en 12 matches avec les Redhawks Dans un autre registre, l’entraîneur des Rouge et Blanc d’El-Hamri Omar Belatoui a testé, avec plus ou moins de réussite, les deux attaquants issus de la diaspora algérienne à l’étranger vendredi après-midi à l’occasion du premier test amical de l’intersaison, remporté (2-1) face au Ghali de Mascara de Abderrahmane Mehdaoui. Mais si Mehdi Kerrouche n’a, sans surprise, convaincu personne, Hamza Haddadi a, de son côté, marqué beaucoup de points, grâce, en partie à son sens du placement, sa belle détente verticale et ses appels en profondeur dont un lui a permis de donner la victoire aux siens en marquant le deuxième but, sur un joli service de Moussi. Ayant fait ses débuts à Emerald City, avant d’intégrer la Crossfire Academy, puis de jouer deux ans au lycée pour les Thunderbits Shorewood, cet Américain natif d’Alger en 1994 est arrivé à El-Bahia tard dans la nuit de jeudi à vendredi pour subir des tests au MCO. “J’ai joué quatre ans aux Seattle Red Hawks dans le championnat universitaire américain, l’antichambre de la Major Soccer League. La saison dernière j’ai marqué 10 buts en 12 matches”, précisera-t-il d’ailleurs dans un arabe approximatif. Pour avoir tapé dans l’œil du staff technique, il devrait accompagner le groupe à Sétif pour le stage avant que son cas ne soit définitivement tranché. Tout comme Mourad Delhoum qui a paraphé hier son contrat de deux saisons en marge de la cérémonie de sa présentation aux médias, à 19h30 au Sheraton Hôtel. Rachid BELARBI

Lire la suite...

La Rasd dénonce le coup de bluff du Maroc

La récente décision du royaume du Maroc d’adhérer à l’Union africaine n’est rien d’autre qu’une “manœuvre nouvelle-ancienne visant à gagner du temps aux niveaux international et intérieur”. C’est ce qu’a déclaré, hier, le ministre sahraoui des Affaires étrangères, Mohamed Salem Ould Salek, tout au début de sa conférence de presse, tenue à l’ambassade de la République sahraouie (Rasd) à Alger. Dans ce cadre, ce dernier citera les nombreuses tentatives de Rabat pour détourner le processus de décolonisation au Sahara occidental de son cours normal, notamment celles où l’occupant s’est rétracté et a “échoué”, telle la remise en cause de la “décision politique” marocaine d’expulser le personnel de la Mission des Nations unies pour un référendum au Sahara occidental (Minurso), le refus du “plan d’autonomie” qui est “complètement dépassé maintenant”, la “confrontation” avec l’ONU après une tentative d’abandon du plan de paix onusien de 1991 et la dénonciation, par les ONG internationales des droits de l’Homme, des “crimes de guerre et crimes contre l’humanité” commis contre le peuple sahraoui, ainsi que la bataille engagée aux niveaux “régional et continental” autour d’accords de coopération contestant l’idée de souveraineté marocaine dans l’ancienne colonie espagnole. Pour le chef de la diplomatie sahraouie, “tous ces échecs et toutes ces défaites” ont poussé, aujourd’hui, l’occupant marocain à recourir aux “anciennes manœuvres”, afin de porter préjudice à la Rasd, comme cela s’est déjà passé en 1998, lors du sommet de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) à Ouagadougou (Burkina Faso), avec la complicité du Gabon et du Sénégal. “Si le Maroc veut adhérer à l’UA, il doit respecter son acte constitutif, ses principes et ses fondements, et respecter les frontières héritées de la colonisation”, a souligné M. Ould Salek, émettant des doutes quant aux véritables intentions du Maroc, avant de constater que ce pays “est rattrapé par le temps”. Autre révélation faite par ce dernier : le tapage fait autour de la “réintégration” du Maroc au sein de l’organisation africaine renferme “des mensonges et des falsifications”, semant ainsi “la confusion sur le nombre de pays qui soutiennent l’initiative de Rabat”. Parmi les pays cités par le Maroc, il faut distinguer 3 groupes : les pays qui n’ont pas signé la motion de “réintégration” du Maroc, “les pays qui ne sont pas défavorables à l’adhésion du Maroc au sein de l’UA et qui tiennent à la présence de la Rasd, et enfin les pays, qui se comptent sur les doigts de la main et qui sont connus, qui soutiennent la vision marocaine, à l’exemple du Sénégal, du Gabon et de la Côte d’Ivoire”. Plus loin, le MAE sahraoui a révélé que “le Maroc est dans de beaux draps”. “C’est la fin de l’occupation (marocaine, ndlr) et c’est la fin des mensonges et des falsifications”, dira-t-il, avant de rappeler que le roi du Maroc, Mohammed VI, censé “venir” au dernier sommet de l'Union africaine, qui s'est tenu du 10 au 18 juillet à Kigali (Rwanda), pour lire son discours, “n’a rien fait”, que ses émissaires “sont restés dans les coulisses” et que “même le Gabon n’a présenté aucune déclaration, comme annoncé par le Maroc”. D’après le conférencier, le Maroc ne veut, ni plus ni moins, que “l’émiettement de l’Afrique et l’éclatement de l’Union africaine”. Lors du débat, le chef de la diplomatie de la Rasd a observé que le voisin de l’Ouest “se comporte comme Israël” sans avoir “le poids d’Israël (ni) le soutien dont dispose ce pays”, en violant le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination et à l’indépendance, en réprimant les populations civiles des territoires sahraouis occupés et en refusant de respecter les frontières de l’ère coloniale. Il assurera enfin qu’“il n’y aura pas de discorde au sein de l’UA”, tout en espérant que les 17 ans de règne de M6 mèneront le roi à “la même conclusion” que son père, Hassan II, lequel avait “fini par opter pour la paix”. Hafida Ameyar

Lire la suite...

L’équipe type se dessine

Après un premier match amical face au Club Africain mardi dernier (2-2), l’Entente de Sétif a livré, avant-hier, son second test amical depuis le début de la préparation d’intersaison, cette fois en affrontant le Stade Gabésien. La partie, qui a eu pour cadre le stade du complexe sportif de Hammam Bourguiba, s’est soldée par un succès par la plus petite des marges des partenaires de Sofiane Bouchar. But de l’œuvre de l’avant-centre Hamza Boulemdaïs peu de temps avant l’heure de jeu. Reconduisant pratiquement le même onze qui avait débuté contre le club de Bab Jedid, mis à part Khedaïria et Amada, les nouveautés de l’équipe type face au Stade Gabsien, les Sétifiens ont mis beaucoup de temps avant de concrétiser leur domination durant la majeure partie de cette rencontre. Il a fallu, en effet, attendre la seconde mi-temps et l’entrée en jeu de l’ancien attaquant du CSC en remplacement de Nadji pour voir les Ententistes trouver le chemin des filets et prendre l’avantage. Cela dit, au delà de la physionomie et le résultat technique, ce second test fut une occasion pour le coach Abdelkader Amrani de faire tourner son effectif en alignant durant cette joute 18 joueurs, soit deux de plus par rapport au premier match, tout en tirant beaucoup d’enseignement. En effet, on a noté qu’à l’occasion de ce match, le technicien du club champion d’Afrique 2014 a déjà ou presque formé le onze qui débutera peut-être la compétition officielle le 20 août prochain, jour du lever de rideau du championnat de l’exercice 2016-2017 avec un déplacement au stade Hamlaoui de Constantine pour affronter le CSC. “Sincèrement, on a constaté un progrès dans le rendement de l’équipe par rapport au premier match que nous avons livré face au Club Africain. Les joueurs se sont, cette fois, mieux exprimés. C’est de bon augure. Nous avons également retenu une bonne réaction de notre défense. De toutes les manières, l’équipe va encore progresser au fil des matchs amicaux que nous allons jouer avant le début de la compétition officielle”, a déclaré à l’issue du match le coach Amrani qui venait à l’occasion réussir sa première victoire depuis qu’il dirige le onze sétifien, c'est-à-dire après trois matches. Concernant la composante de l’équipe qu’il avait alignée au cours de ce match, on retiendra que 9 joueurs ont été maintenus à leur poste par rapport au premier match face aux Clubistes, à savoir Ziti, Hachi, Bouchar, Bedrane, Aït Ouameur, Djahnit, Djabou, Bakir et Nadji. Seuls Khaïri et Lamri ont cédé leur place à Khedaïria et Amada qui n’a pas participé au premier match. Une ossature sur laquelle va sûrement compter l’ancien driver du MOB lors des prochaines joutes amicales programmées avant le coup d’envoi des choses sérieuses, et ce, afin d’améliorer un peu plus la cohésion entre ses joueurs. Farès Rouibah

Lire la suite...