Accueil / Une / Cavalli : “Soyons des Hommes, parlons-nous en face !”
Las des dérobades de son président qui, comme annoncé précédemment, a, entre autres mesures prises, nommé Zoubir Ouasti manager de l’équipe professionnelle(...)

Cavalli : “Soyons des Hommes, parlons-nous en face !”

Las des dérobades de son président qui, comme annoncé précédemment, a, entre autres mesures prises, nommé Zoubir Ouasti manager de l’équipe professionnelle, l’entraîneur français du Mouloudia d’Oran a lancé un véritable cri du cœur on ne peut plus sincère et interpellé directement Belhadj Mohamed dit Baba pour que cesse cette mascarade qui n’amuse vraiment plus personne du côté d’El-Hamri.
“Ouasti manager général ? Première nouvelle ! Jusqu’à maintenant, personne ne m’en a parlé ! De fait, je ne peux réellement en tenir compte, dans la mesure où il m’est impossible de faire comme si c’était officiel. Nuance, quand je dis que je n’en tiendrai pas compte, cela ne veut nullement insinuer que je suis contre la personne ou contre la nomination d’untel ou d’un autre à tel ou tel poste. Je n’ai pas cette prétention, loin s’en faut ! Sauf que dans un cadre professionnel, les choses ne se passent pas de cette manière. Car, quand vous me dites que le président insiste pour que Ouasti soit son seul interlocuteur et moi de même, de façon à ce que cette personne serve d’intermédiaire, je comprends qu’il (Baba, ndlr) ne veut plus me parler ! Déjà qu’aucun contact n’existe entre nous deux depuis le match d’El-Harrach et que je n’ai plus d’interlocuteur à qui m’adresser, voilà qu’on veuille maintenant dresser une barrière (humaine) entre nous ! C’est désolant ! Pourtant, je n’ai jamais demandé l’impossible ! Juste que le président me dise les choses en face. Comme on le faisait si fréquemment la saison dernière avec le succès final que l’on sait ! Autour d’une table, d’un café, d’un dîner ou ce que vous voulez, mais bon Dieu, qu’on se regarde dans les yeux et qu’on parle de ce qui ne va pas !”, lancera l’ancien sélectionneur national.
Et de renchérir : “Pourquoi refuse-t-il de me rencontrer ? Allons, soyons sages, soyons des Hommes ! Moi, je n’ai jamais refusé de le rencontrer ! Je suis un homme à principes qui garde la tête haute ! Maintenant s’il pense qu’il est arrivé le temps de se séparer, je dis : aucun problème ! Seulement, voilà, j’ai un contrat ! Et un contrat, ça se respecte ! Allez, comme je leur ai déjà fait cadeau la saison dernière de deux mensualités, je peux cette fois-ci également leur faire une fleur, tant l’argent n’a jamais été ma préoccupation première ! Mais s’ils s’attendent à ce que j’abandonne tout mon contrat, là, ils font fausse route. Cela dit, encore une fois, si le président estime que je dois partir, je réitère ma disponibilité à le faire de suite, à condition de se comporter, enfin, en professionnels et de s’asseoir autour d’une table pour en discuter. S’il ne souhaite pas me rencontrer, cela aussi ne me pose aucun problème. Il y aura mon chargé d’affaires qui s’en occupera. Moi, j’ai toujours respecté le président comme j’ai toujours protégé mon groupe de joueurs et donné le meilleur de moi-même pour ce grand club et cette belle ville. J’exige, dès lors, en contrepartie un minimum de respect !”

R. B.

l’article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

Une

Cavalli : “Soyons des Hommes, parlons-nous en face !”

Par philhadj Temps de lecture: 2 min
0