Accueil / Une / Ce que les joueurs doivent savoir !
En l’absence d’un règlement intérieur des clubs et devant leur incapacité à l’élaborer, une commission de la LFP avec l’apport des clubs ont conçu ce document qui sera appliqué par les clubs professionnels à partir de la saison prochaine. Ce document englobe une série d’articles (24 au total) qui précisent les devoirs et les droits de chaque partie. Il complète le contrat professionnel qui lie le joueur au club employeur. Parmi les articles qui retiennent l’attention celui ayant trait aux activités physiques et sportives non autorisées. En effet, l’article 15 du fameux document mentionne clairement qu’un joueur n’a pas le droit de prendre part aux rencontres autres que celles de son équipe sauf autorisation écrite du club et de l’entraîneur. “Il est formellement interdit au joueur de s’adonner à une pratique physique ou sportive autre que celle prévue par les dispositions contractuelles le liant au club. La participation à des rencontres de football autres que celles prévues par le club est formellement interdite sauf autorisation écrite du club et de l’entraîneur”, précise l’article. Le règlement intérieur de la LFP a prévu un autre article concernant le rendement des joueurs qui sera calculé en fonction de son utilisation pendant les rencontres. “Il est calculé selon la formule : le nombre de minutes disputées par le joueur par rapport au nombre de matchs convertis en minutes (1 match = 90 minutes). Sur la base de cette fourchette des rendements, le club peut se prononcer sur la révision de la rémunération contractuelle du joueur concerné”, indique cet article. En outre, un autre règlement, à savoir 22.2, prévoit un article de non-atteinte des objectifs initiaux. Le club peut se réserver le droit d’amputer la rémunération contractuelle du joueur. La retenue de salaire ne saurait excéder deux à trois mois au maximum. Par ailleurs, l’article 18 prévoit un barème des sanctions. Par exemple une simple absence à l’entraînement peut entraîner d’un simple avertissement à un blâme et une retenue d’un 1/30e de son salaire par absence. Si un joueur ne se présente pas le jour du match, il risque jusqu’à 10% de ponction de salaire. Une agression d’un joueur adverse ou arbitre lors d’une rencontre officielle peut tout simplement conduire son auteur à une résiliation de son contrat alors qu’une contestation de décision infondée est passible d’une sanction financière selon le barème FAF. NAZIM TOLBA

Ce que les joueurs doivent savoir !

En l’absence d’un règlement intérieur des clubs et devant leur incapacité à l’élaborer, une commission de la LFP avec l’apport des clubs ont conçu ce document qui sera appliqué par les clubs professionnels à partir de la saison prochaine. Ce document englobe une série d’articles (24 au total) qui précisent les devoirs et les droits de chaque partie.
Il complète le contrat professionnel qui lie le joueur au club employeur. Parmi les articles qui retiennent l’attention celui ayant trait aux activités physiques et sportives non autorisées. En effet, l’article 15 du fameux document mentionne clairement qu’un joueur n’a pas le droit de prendre part aux rencontres autres que celles de son équipe sauf autorisation écrite du club et de l’entraîneur. “Il est formellement interdit au joueur de s’adonner à une pratique physique ou sportive autre que celle prévue par les dispositions contractuelles le liant au club. La participation à des rencontres de football autres que celles prévues par le club est formellement interdite sauf autorisation écrite du club et de l’entraîneur”, précise l’article. Le règlement intérieur de la LFP a prévu un autre article concernant le rendement des joueurs qui sera calculé en fonction de son utilisation pendant les rencontres. “Il est calculé selon la formule : le nombre de minutes disputées par le joueur par rapport au nombre de matchs convertis en minutes (1 match = 90 minutes). Sur la base de cette fourchette des rendements, le club peut se prononcer sur la révision de la rémunération contractuelle du joueur concerné”, indique cet article. En outre, un autre règlement, à savoir 22.2, prévoit un article de non-atteinte des objectifs initiaux. Le club peut se réserver le droit d’amputer la rémunération contractuelle du joueur. La retenue de salaire ne saurait excéder deux à trois mois au maximum. Par ailleurs, l’article 18 prévoit un barème des sanctions. Par exemple une simple absence à l’entraînement peut entraîner d’un simple avertissement à un blâme et une retenue d’un 1/30e de son salaire par absence. Si un joueur ne se présente pas le jour du match, il risque jusqu’à 10% de ponction de salaire. Une agression d’un joueur adverse ou arbitre lors d’une rencontre officielle peut tout simplement conduire son auteur à une résiliation de son contrat alors qu’une contestation de décision infondée est passible d’une sanction financière selon le barème FAF.

NAZIM TOLBA

l’article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

Une

Ce que les joueurs doivent savoir !

Par philhadj Temps de lecture: 2 min
0