Accueil / Une / Chaouchi sauve la tête d’Ighil
Sétifiens et Mouloudéens se sont quittés hier sur un nul vierge au terme d’un match où il n’y a pas eu grand chose à se mettre sous la dent.

Chaouchi sauve la tête d’Ighil

Sétifiens et Mouloudéens se sont quittés hier sur un nul vierge au terme d’un match où il n’y a pas eu grand chose à se mettre sous la dent. C’est le 4e match nul des Ententistes qui font du surplace dans leur antre fétiche du 8-Mai 1945 qui a affiché complet pour une première depuis l’entame de cet exercice. En revanche, les Mouloudéens repartent avec un précieux point du nul grâce notamment à leur gardien de but Chaouchi qui a arrêté un penalty en toute fin de match. Un nul qui permet au MCA de rester sur le podium avec 24 points. Tétanisées par l’enjeu, les deux équipes qui entament la partie avec presque le même dispositif tactique trouvent des difficultés à faire le jeu bien que Chaouchi, à la 2’, faillit commettre l’irréparable devant Amada qui été à deux doigts d’ouvrir la marque. Il faut, d’ailleurs, attendre la 19’ pour assister à la première franche occasion de but à l’actif des Sétifiens. Benlamri exécute une frappe des 35 mètres qui passe légèrement à côté des bois gardés par Chaouchi. Évoluant avec un seul attaquant en pointe, les Sétifiens trouvent d’énormes difficultés à transpercer la défense adverse bien regroupée autour du tandem Bouhenna-Demou. À deux minutes de la fin du premier half, Dagoulou récupère le cuir et d’un tir à ras de terre faillit faire mouche. Continuant à harceler la défense algéroise notamment sur les balles arrêtées, Benyattou, de son côté, tente sa chance sur un coup franc direct qui effleure les cadres mouloudéens (44’). Dans le temps additionnel, Demou touche le cuir de la main mais l’arbitre Benbrahem ne bronche pas. Un penalty évident que seul l’homme en noir n’a pas vu ce qui a, du reste, provoqué le courroux des joueurs du coach Alain Geiger qui ont longuement contesté. À la reprise du jeu, ce sont les visiteurs qui prennent l’initiative. Derrardja, sur une accélération, parvient à décaler idéalement Merzougui mais la reprise de ce dernier va dans les décors (46’). Passé l’heure de jeu, les débats s’animent quelque peu de part et d’autres même si les locaux se montrèrent les plus dangereux. À la 61’, Dagoulou bien servi par Benyattou exécute une frappe terrible qui passe complètement à côté alors qu’il était bien placé devant les bois de Chaouchi. Opérant par des contres rapides, notamment par Derrardja qui conclut un travail individuel d’un tir à ras de terre qui trouve Khedaïria qui capte le cuir sans problème (69’). Peu de temps après, Merzougui fait le plus difficile en se débarrassant de trois défenseurs mais sa frappe effleure la transversale des bois sétifiens. À sept minutes de la fin du match, Demou touche de nouveau le cuir de la main en voulant dégager le danger des pieds de Ziaya. C’est le penalty indiscutable que siffle Benbrahem. Une décision contestée par les joueurs et le coach Ighil ce qui a provoqué l’arrêt momentané de la partie. Benyattou, chargé d’exécuter la sentence, bute sur Chaouchi qui parvient à dégager le ballon et sauver son équipe.

F. R.

Des scènes de violence après le match
Des incidents regrettables ont été enregistrés après la fin du match entre les supporters sétifiens et ceux du MCA aux alentours du stade du 8-Mai-1945. À l’heure où nous mettons sous presse, on signale des blessés du côté des fans des deux camps ainsi que chez les agents des services de sécurité qui ont évité le pire.

F. R.

l’article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

Une

Chaouchi sauve la tête d’Ighil

Par philhadj Temps de lecture: 3 min
0