Accueil / actualite / Dix ans de réclusion pour appartenance à un groupe terroriste
La cour criminelle d’Oran a condamné, hier, Bentaleb Mohamed à dix ans de réclusion criminelle pour appartenance à un groupe terroriste. L’homme était initialement poursuivi pour appartenance à groupe terroriste, assassinat, port d’armes et destruction de biens d’autrui. Les faits qui lui étaient reprochés remontent à l’été 2012 lorsqu’un convoi de la Gendarmerie nationale est tombé dans un guet-apens tendu par des terroristes à Beni Boussaïd, dans la wilaya de Tlemcen. Cette embuscade meurtrière a fait quatre morts parmi les forces de sécurité et permis au groupe terroriste de récupérer des uniformes et des armes. “Je n’étais déjà pas dans la région à cette époque-là. On nous avait transférés dans la wilaya de Sidi Bel-Abbès”, s’est défendu Bentaleb à la barre en reconnaissant avoir rejoint le maquis de Tlemcen en 2010 avant de se rendre aux autorités en 2013 pour bénéficier de la loi sur la réconciliation nationale. L’accusé a également nié avoir pris part à un quelconque acte terroriste durant son “séjour” dans les maquis de l’Oranie. Un témoin, ayant fait lui-même partie de la mouvance terroriste (il a été acquitté dans une affaire de terrorisme), viendra soutenir les déclarations de l’accusé. “Nous étions ensemble à Tlemcen puis à Sidi Bel-Abbès. Nous avons rejoint ensemble le maquis et nous nous sommes rendus en même temps aux services de sécurité.” Loin d’être convaincu par les dénégations, le ministère public réclamera la peine maximale en arguant que l’accusé “n’a pas pu prouver sa présence à Sidi Bel-Abbès lorsque les gendarmes ont été assassinés”. Argument que la défense reprendra à son compte en affirmant que c’est à l’accusation d’apporter la preuve de la culpabilité de son client. “Les charges sont extrêmement graves et il convient que l’accusation en fasse la démonstration. Or, rien ne prouve la présence de notre mandant sur les lieux de l’attentat”, a-t-il soutenu en plaidant les circonstances atténuantes pour un jeune qui s’est “fait manipuler”. Après délibérations, la cour déclarera l’accusé coupable d’appartenance à un groupe terroriste et de port d’armes, et le condamnera à 10 années de réclusion criminelle. S. Ould Ali

Dix ans de réclusion pour appartenance à un groupe terroriste

La cour criminelle d’Oran a condamné, hier, Bentaleb Mohamed à dix ans de réclusion criminelle pour appartenance à un groupe terroriste. L’homme était initialement poursuivi pour appartenance à groupe terroriste, assassinat, port d’armes et destruction de biens d’autrui. Les faits qui lui étaient reprochés remontent à l’été 2012 lorsqu’un convoi de la Gendarmerie nationale est tombé dans un guet-apens tendu par des terroristes à Beni Boussaïd, dans la wilaya de Tlemcen. Cette embuscade meurtrière a fait quatre morts parmi les forces de sécurité et permis au groupe terroriste de récupérer des uniformes et des armes. “Je n’étais déjà pas dans la région à cette époque-là. On nous avait transférés dans la wilaya de Sidi Bel-Abbès”, s’est défendu Bentaleb à la barre en reconnaissant avoir rejoint le maquis de Tlemcen en 2010 avant de se rendre aux autorités en 2013 pour bénéficier de la loi sur la réconciliation nationale. L’accusé a également nié avoir pris part à un quelconque acte terroriste durant son “séjour” dans les maquis de l’Oranie. Un témoin, ayant fait lui-même partie de la mouvance terroriste (il a été acquitté dans une affaire de terrorisme), viendra soutenir les déclarations de l’accusé. “Nous étions ensemble à Tlemcen puis à Sidi Bel-Abbès. Nous avons rejoint ensemble le maquis et nous nous sommes rendus en même temps aux services de sécurité.” Loin d’être convaincu par les dénégations, le ministère public réclamera la peine maximale en arguant que l’accusé “n’a pas pu prouver sa présence à Sidi Bel-Abbès lorsque les gendarmes ont été assassinés”. Argument que la défense reprendra à son compte en affirmant que c’est à l’accusation d’apporter la preuve de la culpabilité de son client. “Les charges sont extrêmement graves et il convient que l’accusation en fasse la démonstration. Or, rien ne prouve la présence de notre mandant sur les lieux de l’attentat”, a-t-il soutenu en plaidant les circonstances atténuantes pour un jeune qui s’est “fait manipuler”. Après délibérations, la cour déclarera l’accusé coupable d’appartenance à un groupe terroriste et de port d’armes, et le condamnera à 10 années de réclusion criminelle.

S. Ould Ali

Article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

Dix ans de réclusion pour appartenance à un groupe terroriste

Par philhadj Temps de lecture: 2 min
0