Accueil / Une / ÉCHOS
Énergies renouvelables : La biomasse est-elle neutre en carbone ?

ÉCHOS

Énergies renouvelables : La biomasse est-elle neutre en carbone ?
La Coalition Mondiale des Forêts (CMF) a rendu public, à la veille de la CoP21, un rapport sur la promotion à grande échelle de la biomasse en remplacement du charbon. Intitulé “Biomyths: The costly carbon scam of bioenergy (globalforestcoalition.org/biomyths/), le document est très critique quant à l’usage massif du bois en remplacement du charbon. En effet dans le modèle de calcul européen, la biomasse est “neutre en carbone” puisque le CO2 libéré par la combustion est à nouveau stocké dans de futures plantations (arbres). C’est cette affirmation que la CMF remet en question et qu’il qualifie d’“arnaque”, c’est aussi la position de l’Agence européenne de l’environnement (AEE).
Le rapport note que brûler des arbres signifie dégager directement dans l’atmosphère du carbone qu’ils ont séquestré durant des décennies. Les forêts ainsi détruites perdent leur capacité de stockage du CO2. La neutralité carbone est basée sur le “fait” que l’équivalent du carbone dégagé par la combustion sera réemprisonné plus tard par les arbres qui repoussent. Le document explique que brûler du bois augmente les émissions à court terme alors qu’on a précisément besoin de les faire baisser maintenant, la repousse des arbres prendra des décennies.
L’Europe et surtout les États-Unis rentrent de plain-pied dans la reconversion des centrales de charbon en centrales alimentées par le bois et les déchets des forêts. La Russie et les pays d’Asie envisagent de s’engager dans la même voie.
La “tendance” des investisseurs est de miser sur des terres en Afrique et en Amérique du Sud pour produire la biomasse destinée à la génération d’énergie. Les risques de déforestation, l’appauvrissement de la biodiversité et la perte de terres pour produire de l’alimentation sont réels. La Commission européenne s’est saisi de cette question de la production des bioénergies pour se pencher sur sa durabilité.

R. S.

Fuites massives de méthane : Un désastre écologique à Los Angeles
Une fuite de méthane délectée il y a trois mois et qui dégage de 30 à 50 tonnes de méthane par jour étouffe la Californie. La société Southern California Gas Company (SoCalGas) qui exploite le puits semble désarmée pour colmater cette fuite malgré plusieurs tentatives d’injection de produits chimiques et de sable. Aux nuisances immédiates sur les habitants, le préjudice sur l’accumulation des gaz à effet de serre (GES) est énorme ; le méthane (CH4) est 80 fois plus polluant que le CO2. Pour prendre la mesure de l’ampleur des dégâts, les spécialistes estiment que cette catastrophe augmente de 25% les émissions habituelles de GES de la Californie. Cette situation force des milliers de résidents, victimes de nausées, de diarrhées et de saignements de nez à abandonner leur maison et fuir la région. Le gouverneur de Californie a déclaré l’État d’urgence pendant que la société gazière estime qu’il lui faut encore deux à trois mois pour colmater la fuite.

R. S.

l’article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

Une

ÉCHOS

Par philhadj Temps de lecture: 2 min
0