Accueil / Une / Encore une histoire de trottoir
Difficile de faire le moindre… faux pas sans que l’El-Biarois ne trébuche dans une crevasse ou un nid-de-poule, notamment sur l’avenue Djilali-Bounâama, où le trottoir attenant au bureau de poste d’El-Biar s’en trouve tout retourné à force d’avoir été “creusé, bêché et fouillé” par l’équipe d’ouvriers qui ne connaît assurément rien à la réparation de trottoirs. Pis, et comme pour “chasser” le piéton de l’espace qui lui est réservé, voilà que le gestionnaire du chantier en rajoute, et ordonne à ce que l’amas de pavés soit stocké sur le bac à fleurs qui enjolivait la place J. F. Kennedy. De la sorte, et en voulant bien faire, le maçon aura réussi la gageure de faire d’une pierre deux coups : l’acte de spolier d’abord les passants de leur trottoir et en esquintant ensuite la propriété beylicale. Et dire que l’on sera probablement là, l’an prochain, à disserter encore et toujours sur l’état d’un trottoir qui n’aurait pas tenu plus une année ! Soit le temps dû à la garantie provisoire, si toutefois il y a garantie. Allez, chiche ! Les paris sont ouverts. L. N.

Encore une histoire de trottoir

Difficile de faire le moindre… faux pas sans que l’El-Biarois ne trébuche dans une crevasse ou un nid-de-poule, notamment sur l’avenue Djilali-Bounâama, où le trottoir attenant au bureau de poste d’El-Biar s’en trouve tout retourné à force d’avoir été “creusé, bêché et fouillé” par l’équipe d’ouvriers qui ne connaît assurément rien à la réparation de trottoirs. Pis, et comme pour “chasser” le piéton de l’espace qui lui est réservé, voilà que le gestionnaire du chantier en rajoute, et ordonne à ce que l’amas de pavés soit stocké sur le bac à fleurs qui enjolivait la place J. F. Kennedy. De la sorte, et en voulant bien faire, le maçon aura réussi la gageure de faire d’une pierre deux coups : l’acte de spolier d’abord les passants de leur trottoir et en esquintant ensuite la propriété beylicale. Et dire que l’on sera probablement là, l’an prochain, à disserter encore et toujours sur l’état d’un trottoir qui n’aurait pas tenu plus une année ! Soit le temps dû à la garantie provisoire, si toutefois il y a garantie. Allez, chiche ! Les paris sont ouverts.

L. N.

l’article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

Une

Encore une histoire de trottoir

Par philhadj Temps de lecture: 1 min
0