Accueil / actualite / “Il est trop tôt pour parler de sécheresse”
Le ministre écarte le recours à un plan d'urgence tout en demandant aux responsables du secteur de gérer comme il se doit les ressources en eau afin de satisfaire les besoins des populations

“Il est trop tôt pour parler de sécheresse”

Le ministre écarte le recours à un plan d'urgence tout en demandant aux responsables du secteur de gérer comme il se doit les ressources en eau afin de satisfaire les besoins des populations et des communes qui enregistrent un déficit en matière d’AEP.

Le ministre des Ressources en eau et de l'Environnement, Abdelouahab Nouri, a appelé, hier, à Bordj Bou-Arréridj, les responsables de son secteur à une gestion rigoureuse des ressources naturelles, financières et humaines. Il garde espoir d’une pluviométrie généreuse dans les prochains jours. “Nous ne sommes qu'au début de l'hiver. Il est encore trop tôt pour parler de sécheresse”, dira-t-il. Par ailleurs, le ministre, qui a inspecté les projets lancés dans la wilaya de Bordj Bou-Arréridj, a rappelé que le taux de remplissage des barrages est de 70%. “La situation est maîtrisée”, a-t-il avancé.
Ce qui l'a poussé à écarter un éventuel plan d'urgence tout en demandant aux responsables du secteur de gérer comme il se doit les ressources en eau afin de satisfaire les besoins des populations et des communes enregistrant un déficit en matière d’AEP.
Il a aussi appelé les consommateurs à éviter le gaspillage de ce produit vital. “Nous devons procéder à une exploitation rationnelle de cette ressource”, a ajouté le ministre qui a insisté sur le changement des comportements qui vont à l'encontre de cette nécessité.
Concernant l’augmentation des prix de l’eau, le ministre a déclaré qu’elle n’est pas d’actualité. Pour ce qui est de l’impact de la chute des prix du pétrole sur les projets du secteur,
M. Nouri a déclaré qu’ils vont l’étudier prochainement. “Les retombées de l'augmentation du prix du carburant doivent être étudiées avant de se prononcer sur leur poids et notamment sur la réalisation des projets du secteur”, dira-t-il sans écarter la possibilité de les réévaluer. Pour ce qui est de la wilaya de Bordj Bou-Arréridj, les deux grands projets de transferts hydrauliques des eaux du barrage de Tilsdit vers les cinq communes de la daïra de Mansourah et huit communes du Nord seront alimentés à partir de celui de Tichy Haf situé dans la wilaya de Béjaïa.
L’alimentation des communes commencera progressivement à partir de mars ainsi que les communes de M’sila qui sont proches de BBA. Sur un autre volet, le ministre a inspecté les projets d'aménagement de l'oued Arréridj dans le cadre de la protection de la ville des inondations, de la station d'épuration d’Aïn Taghrout, la mise en service du projet de renforcement de la ville de Khellil et 16 centres ruraux à partir du barrage d’Aïn Zada. Il s’est ensuite rendu sur le chantier des travaux de réalisation d'une décharge contrôlée dans la commune de Rabta.
Durant cette visite, le ministre a décidé de lever le gel sur quatre projets importants : la construction d'un centre d'enfouissement technique, un centre de déchets inertes à Ras El-Oued, un parc citadin et un centre de tri au CET de Bordj Bou-Arréridj.

Article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

“Il est trop tôt pour parler de sécheresse”

Par philhadj Temps de lecture: 2 min
0