Accueil / actualite / “Il y a eu des pressions intolérables et inhumaines”
Des pressions “insupportables, intolérables et inhumaines” seraient derrière les défections dans le groupe des “19”, selon Khalida Toumi qui persiste et signe que “le noyau dur est toujours là”, et qu’“il ne reculera pas”.

“Il y a eu des pressions intolérables et inhumaines”

Des pressions “insupportables, intolérables et inhumaines” seraient derrière les défections dans le groupe des “19”, selon Khalida Toumi qui persiste et signe que “le noyau dur est toujours là”, et qu’“il ne reculera pas”. Néanmoins, les désormais “19-4” ne fléchissent pas avec le retrait de la comédienne Fettouma Ousliha, ce lundi, de la liste des signataires de la demande d’audience au président Abdelaziz Bouteflika. “Je vous informe par la présente que je retire ma signature du groupe des 19 et donc que je n’ai rien à voir, en aucun cas, avec sa démarche (…)”, a-t-elle indiqué dans un communiqué rendu public. Contactée hier, dans la journée, l’ancienne ministre de la Culture, Khalida Toumi, a considéré cette quatrième défection comme “un non-événement”. Elle estime que “cela ne change rien à la démarche” et affirme que “le noyau dur qui est constitué d’anciens condamnés à mort et moudjahids est toujours là et ne reculera pas”. Khalida Toumi pousse le bouchon un peu plus loin et souligne que l’“initiative ne nous appartient plus, car le peuple s’en est déjà saisi”.
Elle fait savoir que “des citoyens de la wilaya de Djelfa ont lancé une pétition pour demander au président de la République de recevoir le groupe de personnalités”, qui veut porter à sa connaissance “des faits très graves qui menacent le pays, ses institutions et son indépendance”.
Sur un ton plutôt confiant, l’ancienne ministre de Culture lâche : “C’est formidable que notre démarche soit aujourd’hui portée par le peuple. Voyez-vous pourquoi la défection d’une quatrième signature ne change rien à la dynamique.” Mais pourquoi tout de même un quatrième retrait après ceux de Zehira Yahi, Samia Zennadi et Rachid Hadj Naceur qui avaient, pour rappel, soutenu dans un communiqué rendu public le 11 novembre dernier, que “les événements ont vite pris une tournure (joutes verbales, invectives, déclarations intempestives de toutes parts, arguments et revendications partisanes) qui ne nous ressemble pas et à laquelle nous ne voulons pas être associés. C’est pourquoi nous ne pouvons plus appartenir à cette démarche”. Khalida Toumi connaît la réponse : “C’est l’une des trois premières signatures qui ont fait défection qui a convaincu Fettouma Ousliha de se retirer. Il y a eu des pressions insupportables, intolérables et inhumaines.” Et c’est parce que les détracteurs des désormais “15” personnalités “ont peur et n’ont pas d’arguments politiques” que l’ancienne ministre a rappelé qu’“ils ont eu recours aux insultes, aux menaces et à la démesure”. Maintenant, Khalida Toumi regrette que ces mêmes personnes “sont passées carrément à des pressions odieuses”. Mais encore une fois, de quelle nature sont ces pressions ? Khalida Toumi explique que tous les moyens ont été utilisés et cite, en guise d’exemple, la “maladie” et les “enfants”.
Elle n’en dira pas plus sur la nature de ces pressions mais ajoute tout de même que de “tels comportements ne sont pas propres à l’Algérie” et que des “pressions similaires ont été exercées sous d’autres cieux”. Sauf que, conclut-elle : “Ceux qui les exercent aujourd’hui en Algérie sont de mauvais élèves, car ils n’ont pas compris que ce sont les causes justes qui finissent toujours par vaincre.”

M. M.

Article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

“Il y a eu des pressions intolérables et inhumaines”

Par philhadj Temps de lecture: 2 min
0