Accueil / Une / Istanbul ébranlé par un attentat suicide
L’attentat d’Istanbul intervient à moins de deux semaines de l’ouverture du dialogue intersyrien auquel devrait prendre part le régime de Damas, dont le départ avait été réclamé par Ankara.

Istanbul ébranlé par un attentat suicide

L’attentat d’Istanbul intervient à moins de deux semaines de l’ouverture du dialogue intersyrien auquel devrait prendre part le régime de Damas, dont le départ avait été réclamé par Ankara.

Un attentat suicide a fait hier matin une dizaine de morts et plusieurs blessés dans l’un des sites touristiques les plus visités d’Istanbul, ont indiqué les autorités turques. La plupart des victimes sont allemandes. “Il y a au moins 9 Allemands parmi les 10 tués”, a déclaré ce responsable, qui s'exprimait sous le couvert de l'anonymat, a repris l’AFP. Selon un bilan officiel des autorités turques, il y a eu dix morts et quinze blessés, dont deux grièvement touchés lors de l’explosion, attribuée par le président Recep Teyyip Erdogan à un kamikaze syrien, lors d’un discours télévisé.
Alors que l’attentat n’avait pas été encore revendiqué, le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu a déclaré en début d’après-midi que son auteur est membre de l’organisation autoproclamée État islamique (EI/Daech), face à laquelle la Turquie était passive, ont souvent accusé certaines capitales occidentales et des analystes. “Nous avons déterminé que l'auteur de cette attaque terroriste à Sultanahmet est un étranger membre de Daech”, a dit M. Davutoglu lors d'une brève déclaration télévisée à Ankara, précisant à son tour que “toutes les victimes sont de nationalité étrangère”. A l'issue d'une réunion d'urgence autour de M. Davutoglu, le porte-parole du gouvernement, Numan Kurtulmus, a annoncé, plus tôt, que l'auteur de l'attentat avait été identifié comme un Syrien né en 1988, sans toutefois donner son nom. Dans l'après-midi, M. Kurtulmus a indiqué à la presse que cette personne était tout récemment entrée en Turquie depuis la Syrie, a repris l’AFP. Pris de panique, Ankara a interdit toute diffusion d’images ou d’informations liée à l’attentat d’Istanbul. Un communiqué a d’ailleurs été diffusé par le Conseil supérieur de l’audiovisuel turc affirmant qu'“une interdiction provisoire de diffusion a été décidée par le bureau du Premier ministre à propos de l’explosion survenue” à Istanbul, lit-on sur le site d’Anadolu, la version francophone de l’agence officielle Anatolie. Quelques heures après cette sanglante attaque terroriste, les services de renseignement turc ont opéré un coup de filet dans le milieu dit “djihadiste”, en arrêtant seize personnes, dont une d’origine turque, selon toujours l’agence Andaolu.
Les présumés terroristes étaient sur le point de commettre une série d’attaques “de grande ampleur” à Ankara et dans d’autres villes turques, a indiqué la même source. “Des sources auprès des équipes de renseignements d’Ankara, ont indiqué à Anadolu qu’un groupe membre de Daech, faisait des repérages des points accessibles, dans les bâtiments publics, afin d’y commettre des attentats”, a rapporté Anadolu, précisant qu’en dehors du chef du groupe, qui est Turc, “les quinze autres accusés, tous d'origines étrangères, ont été transférés aux services des étrangers pour être expulsés”. Pour rappel, il y a un an, en janvier 2015, une femme kamikaze a tué un policier en faisant détoner sa ceinture d’explosif devant un poste de police dans ce même quartier touristique d’Istanbul. L’auteur de l’attaque était originaire du Daguestan russe et avait rejoint l’EI en Syrie quelques mois auparavant.

Lyès Menacer

l’article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

Une

Istanbul ébranlé par un attentat suicide

Par philhadj Temps de lecture: 2 min
0