Accueil / actualite / Jérôme Micheron : “Il n’y a rien de nouveau, mais…”

Jérôme Micheron : “Il n’y a rien de nouveau, mais…”

Dans cet entretien, Jérôme Micheron, revient sur la stratégie globale du groupe PSA dans le monde, développe la politique de Peugeot en Algérie et s’exprime sur l’usine de Peugeot Algérie qui tarde à voir le jour.

Liberté : Peugeot a développé, depuis mois une nouvelle stratégie, essentiellement basée sur l’offensive sur le segment des SUV et l’internationalisation de son industrie. Peut-on en savoir un peu plus ?
Jérôme Micheron :
Effectivement, depuis le lancement du plan “Push to Pass” par Carlos Tavares (P-DG du groupe PSA-ndlr) et redressement de l’entreprise, le groupe PSA est vite passé à la conquête de nouveaux territoires, et ce, pour ne pas rester un constructeur généraliste de voitures. L’objectif est de devenir un opérateur de mobilité au sens large et de satisfaire les clients qui ne sont pas en possession de leurs voitures. C’est toute une stratégie qui se met en place. Côté marque, Peugeot progresse d’année en année, avec une nouvelle stratégie qui bascule la marque au Lion sur les SUV. Après, on a renouvelé toute la gamme avec des Peugeot 208 et 2008, avec d’excellents scores, mais aussi Peugeot 301 qui a servi à l’internationalisation de la marque. Avec le lancement de Peugeot 3008 et 5008 à Paris, on passe à une vraie offensive dans les SUV dans le monde. Ainsi, on aura présenté 5 SUV durant l’année 2016. En fait, il s’agit d’un choix basé sur la réussite du client qui veut s’afficher avec des véhicules robustes et modernes. Aujourd’hui, le SUV s’est débarrassé des lignes des 4X4. Peugeot 3008 en est un exemple parfait ! C’est une recette de plus en plus séduisante. C’est le cas de Peugeot 2008 également. Ses volumes augmentent à travers le monde tous les ans, y compris sur la finition Mi-vie, dont les prévisions pour 2016 et 2017 sont à la hausse.

Quelle place occupe l’Algérie dans cette nouvelle stratégie, sachant que ce marché est en pleine crise ? Avez-vous une visibilité ? Quels sont vos projets ?
Oui, des projets, il y en a et il y en aura toujours en Algérie. Comme vous le savez, le marché algérien est important pour la marque, que ce soit en termes de volumes ou de produits. Traditionnellement, il s’agit d’un marché historique et les Algériens prisent nos produits depuis la nuit des temps. Après, il y a des évolutions en matière de réglementation auxquelles nous devons nous adapter (cahier des charges, industrie, licences et quotas d’importations-ndlr). De toutes les façons, l’Algérie reste un marché important dans toute la région pour le groupe PSA. Nous sommes optimistes, car nous avons des solutions pour pouvoir continuer à assurer une forte présence sur ce marché et satisfaire le client algérien.

Justement, en parlant d’évolutions en matière de réglementation, comme la nécessité de développer une activité industrielle, peut-on connaître les avancées concernant l’usine Peugeot en Algérie ?
Je ne peux rien vous dire sur ce sujet. Pour le moment, il n’y a rien de nouveau à communiquer, mais l’Algérie figure dans le dispositif de Peugeot dans la région. Une chose est sûre, c’est un plan global du groupe PSA qui intègre la dimension régionale et qui englobe la transformation du constructeur automobile, des métiers et de compétences.

Revenons, si vous le voulez bien à cette stratégie d’internationalisation. Y aurait-il des propositions de SUV bon marché, comme ce fut le cas de Peugeot 301 pour les marchés émergents ?
Pour le moment, on ne peut parler de produits futurs. Dans notre stratégie de produits, on aura, de toute façon, une présence régionale selon les attentes des clients. Quand on voit la tendance du marché mondial, on a des SUV, des berlines, des Hatchback des Sedan etc.. Alors, les Sedan vont encore bouger pour bousculer les codes du classique, avec cet esprit de dynamisme tout comme les SUV qui évoluent vite. Après, et selon la tendance des clients, on verra ce qu’il faudra développer.

Cela signifie-il que Peugeot irait vers un basculement de codes ?
Oui, pour Peugeot c’est très clair. On a regardé le comportement des clients et on a vu qu’ils étaient frustrés de rouler dans des voitures qui n’étaient pas très personnelles, avec cet espèce d’ennui de rouler dans ces voitures monospaces. Parmi les avantages du Peugeot 5008, on a toutes les prestations d’un monospace (trois rangées de sièges, des sièges escamotables, du volume du coffre etc.). En un mot, toute la modularité et l’agrément d’un monospace, mais vous avez un I-Cockpit qui valorise le conducteur, et ce, en plus des changements apportés sur son extérieur.

Quid de la stratégie de Peugeot sur l’hybride ?
Nous avons annoncé que Peugeot aura, à l’horizon 2019, des voitures hybrides rechargeables et nous allons vers une autonomie de 60 à 70 km en mode électrique. En parallèle, on aura des véhicules électriques sur des petites voitures. Là aussi, on va chercher une autonomie plus élevée. Donc Peugeot a dans sa gamme des voitures 100 % électriques et des hybrides. Globalement, on aura des solutions différentes du 100 % essence et du 100 % diesel, soit pour avoir du 100 % électrique, soit avoir de l’électrique couplé avec du thermique avec de l’hybride rechargeable.

Entretien réalisé à Paris-Expo par : Farid Belgacem

Article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

Jérôme Micheron : “Il n’y a rien de nouveau, mais…”

Par philhadj Temps de lecture: 4 min
0