Accueil / actualite / La Banque d’Algérie s’appuie sur le savoir-faire palestinien
La Banque d’Algérie et l’Autorité monétaire palestinienne ont exprimé, hier, leur souhait de renforcer leur relation, notamment dans le domaine de la formation, en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et de supervision bancaire. Le gouverneur de l’Autorité monétaire palestinienne a présenté, lors d’une conférence organisée au siège de la Banque d’Algérie, l’expérience de son institution concernant la stabilité financière, en présence du gouverneur de la Banque d’Algérie, Mohamed Laksaci. Malgré les restrictions et contraintes découlant de l’occupation israélienne, l’autorité monétaire palestinienne a développé une grande capacité en matière de supervision et lutte contre le blanchiment. Le directeur de l’unité de renseignement financier de l’État de Palestine, l’équivalent de la cellule de traitement du renseignement financier en Algérie, a indiqué que son organisme a, déjà, formé des inspecteurs de la Banque d'Algérie dans la lutte contre le blanchiment d'argent. Selon le directeur général de l'inspection générale de la Banque d'Algérie, Sifodhil Hanafi, l’Autorité monétaire palestinienne a mis en place une formation, dans le domaine du blanchiment d’argent et de supervision bancaire, reconnue internationalement. Les formateurs de l’unité de renseignement financier palestinienne, rattachée à l’Autorité monétaire, sont certifiés par le Fonds monétaire international (FMI). “30 inspecteurs de la Banque d’Algérie ont participé à la formation”, a précisé Sifodhil Hanafi, relevant qu’en matière de supervision bancaire, l’Autorité monétaire palestinienne est à l’avant-garde dans le monde arabe. “Ils ont beaucoup investi sur le plan de la formation et technique” a expliqué M. Hanafi, indiquant que la coopération développée entre 2013 et 2014 a permis de renforcer les capacités des inspecteurs de la banque. “Nous sommes disposés à poursuivre nos actions de formation au profit des cadres algériens activant dans d'autres secteurs à l'instar des douaniers et des juristes”, a proposé le directeur de l’unité de renseignement financier de l’État de Palestine. M. R.

La Banque d’Algérie s’appuie sur le savoir-faire palestinien

La Banque d’Algérie et l’Autorité monétaire palestinienne ont exprimé, hier, leur souhait de renforcer leur relation, notamment dans le domaine de la formation, en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et de supervision bancaire.
Le gouverneur de l’Autorité monétaire palestinienne a présenté, lors d’une conférence organisée au siège de la Banque d’Algérie, l’expérience de son institution concernant la stabilité financière, en présence du gouverneur de la Banque d’Algérie, Mohamed Laksaci.
Malgré les restrictions et contraintes découlant de l’occupation israélienne, l’autorité monétaire palestinienne a développé une grande capacité en matière de supervision et lutte contre le blanchiment.
Le directeur de l’unité de renseignement financier de l’État de Palestine, l’équivalent de la cellule de traitement du renseignement financier en Algérie, a indiqué que son organisme a, déjà, formé des inspecteurs de la Banque d'Algérie dans la lutte contre le blanchiment d'argent.
Selon le directeur général de l'inspection générale de la Banque d'Algérie, Sifodhil Hanafi, l’Autorité monétaire palestinienne a mis en place une formation, dans le domaine du blanchiment d’argent et de supervision bancaire, reconnue internationalement. Les formateurs de l’unité de renseignement financier palestinienne, rattachée à l’Autorité monétaire, sont certifiés par le Fonds monétaire international (FMI). “30 inspecteurs de la Banque d’Algérie ont participé à la formation”, a précisé Sifodhil Hanafi, relevant qu’en matière de supervision bancaire, l’Autorité monétaire palestinienne est à l’avant-garde dans le monde arabe. “Ils ont beaucoup investi sur le plan de la formation et technique” a expliqué M. Hanafi, indiquant que la coopération développée entre 2013 et 2014 a permis de renforcer les capacités des inspecteurs de la banque.
“Nous sommes disposés à poursuivre nos actions de formation au profit des cadres algériens activant dans d'autres secteurs à l'instar des douaniers et des juristes”, a proposé le directeur de l’unité de renseignement financier de l’État de Palestine.

M. R.

Article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

La Banque d’Algérie s’appuie sur le savoir-faire palestinien

Par philhadj Temps de lecture: 1 min
0