Accueil / Une / La JSK a-t-elle cédé face à la grogne de ses fans ?
Mais enfin, c’est quoi cette affaire Berramla ? Annoncé en grande pompe depuis près d’un mois déjà à la JS Kabylie

La JSK a-t-elle cédé face à la grogne de ses fans ?

Mais enfin, c’est quoi cette affaire Berramla ? Annoncé en grande pompe depuis près d’un mois déjà à la JS Kabylie, club avec lequel il a évolué auparavant durant deux saisons, précisément de 2006 à 2008, avec à la clé un titre de champion d’Algérie sous l’ère Saïb, voilà que l’attaquant oranais, qui s’est empressé de quitter précocement le Rapid de Relizane, a changé carrément de cap depuis deux jours. À défaut de tenter un come-back en Kabylie où les dirigeants de la JSK voulaient à tout prix le remettre sur orbite, le meneur de jeu relizanais a préféré opter pour son ancien club, le Mouloudia d’Oran, qui, selon certaines indiscrétions, aurait mis le paquet pour le rafler à la JSK. Et s’il faut rappeler que, dans un premier temps, les dirigeants de la JSK avaient contacté la direction du Rapid Relizane pour obtenir sa lettre de libération, ils ont même annoncé tout de go que le cas Berramla était pratiquement réglé, puisqu’il ne manquait que la signature du joueur qui était imminente. De son côté, Berramla avait annoncé publiquement qu’il avait récupéré tous ses papiers et que la signature du contrat au profit de la JSK était prévue pour mercredi passé, ce à quoi les dirigeants kabyles, par le biais de leur vice-président Malik Azlef, avaient répliqué, contre toute attente, que la signature devait avoir finalement lieu à… l’ouverture du mercato ! C’est certainement là que se situe le nœud gordien de ce retournement de situation, car comment expliquer finalement la tiédeur étonnante et le manque d’empressement surprenant des dirigeants de la JSK quant au recrutement de Berramla, eux qui étaient pourtant résolument déterminés, dans un premier temps, à faire revenir coûte que coûte le footballeur oranais à Tizi Ouzou, et ce, huit ans après qu’il eut quitté la JSK. Certes, depuis deux jours, les dirigeants de la JSK crient à la trahison, mais il faut savoir que cette volte-face de Berramla aura fait l’affaire des supporters de la JSK qui, au fond d’eux-mêmes, ne voulaient pas de ce joueur qui, primo, n’a pas marqué particulièrement son premier passage sous les couleurs kabyles il y a huit saisons, et, secundo, faut-il rappeler qu’il va plomber ses trente et un ans le mois prochain, ce qui a fait dire à de nombreux fans kabyles que le transfert éventuel de Berramla était un “bis repetita” de l’affaire Boumechra, dans la mesure où l’ex-Harrachi (qui a été formé à l’ASM Oran) n’a pas apporté, jusque-là le plus escompté à l’attaque kabyle depuis son arrivée à Tizi Ouzou, l’été dernier, lui qui frise déjà les trente-trois ans et qui aura perdu de sa verve et de sa fraîcheur sur le terrain. C’est certainement la pression des supporters kabyles qui aurait poussé les dirigeants kabyles à hésiter finalement quant au recrutement de Berramla qui, de son côté, aurait probablement senti tourner le vent en sa défaveur pour sauter aussitôt sur l’offre inattendue du Mouloudia d’Oran. “L’éventuel recrutement de Berramla était une piste comme tant d’autres, et s’il a décidé de partir ailleurs, c’est son problème, mais la JSK est en contact avec de nombreux autres joueurs de valeur qui sont attirés par le challenge et la notoriété du club”, dira après coup le président Hannachi, comme pour atténuer au plus vite ce film de mauvais goût. En attendant, les dirigeants kabyles semblent encore branchés vers l’Hexagone pour tenter de dénicher un ou deux bons joueurs franco-algériens, au moment où l’ex-joueur du club français de Noisy-le-Sec, Mohamed Amine Rahoui, poursuit toujours sa période d’essai au stade du 1er-Novembre.

M.H.

l’article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

Une

La JSK a-t-elle cédé face à la grogne de ses fans ?

Par philhadj Temps de lecture: 3 min
0