Accueil / Une / La JSK redoute l’accumulation de rencontres à partir de février
Alors que le championnat professionnel de Ligue 1 a repris du service depuis le week-end dernier qui a vu donc le “clasico” MCA-JSK reporté à une date ultérieure, à cause des internationaux réquisitionnés par les deux équipes nationales A et militaire en déplacement à l’étranger, voilà que la formation kabyle a encore vu sa rencontre du week-end prochain face au NAHD décalée de nouveau pour les mêmes motifs, ce qui fait que la JSK devra attendre le… 3 février prochain pour reprendre le chemin de la compétition, en déplacement au stade du 1er-Novembre de Mohamadia pour rencontrer l’USM El-Harrach. Et s’il faut rappeler que la JSK a disputé son dernier match de championnat le 24 décembre dernier au stade du 1er-Novembre de Tizi Ouzou face au Chabab de Belouizdad, il faut bien convenir que les Canaris auront été soumis à une véritable période d’hibernation de cinq semaines, d’où les craintes d’un grave manque de compétition qui pourrait bien avoir des conséquences néfastes pour le club kabyle alors que bien des clubs de Ligue 1 auront disputé, entre-temps, deux journées de championnat pour se remettre en jambes. L’autre souci des dirigeants, des joueurs et du staff technique kabyles réside dans le fait que le club sera ensuite soumis à une programmation démentielle à partir de la mi-février alors que les premiers tours éliminatoires de la Coupe de la CAF pointent déjà à l’horizon puisque les camarades d’Ali Rial se préparent d’ores et déjà à effectuer un long périple, par vol régulier, au Liberia, pour y affronter, en tour préliminaire, le Monrovia CB… le 11 février prochain. Cela suppose donc que son match de la 19e journée contre l’Entente de Sétif sera encore renvoyé tout comme le match CAB-JSK de la 20e journée puisque la formation kabyle est appelée à disputer le match retour contre Monrovia, une semaine après le match aller en terre libérienne, autrement dit, le 18 février à Tizi Ouzou. C’est ce qui fait que le coach tunisien de la JSK, Sofiene Hidoussi, appréhende énormément le marathon démentiel qui attend son équipe à compter de la mi-février, ce qui peut mettre la JSK dans une situation fort embarrassante surtout que sa situation actuelle n’est guère reluisante en championnat avec une position peu confortable au classement général. “C’est vrai que la grosse accumulation de matches à venir ne nous arrangera pas dans les semaines qui suivent du fait que nous serons soumis à un rythme infernal qui pourra nous poser bien des problèmes pour la suite de la saison”, dira Hidoussi qui estime, cependant, que “la JSK se prépare du mieux qu’elle peut pour faire face à cette situation complexe même si elle souffre énormément de l’absence de ses quatre joueurs internationaux qui n’ont pu prendre part à cette période de préparation hivernale”. Cela dit, la JSK n’a pas effectué de préparation hivernale à Alger, comme cela était prévu initialement, et la bande à Hidoussi s’est contentée de travailler sereinement dans son jardin habituel du 1er-Novembre tout en ayant disputé deux matches amicaux en déplacement contre l’Olympique de Médéa puis le NARB Réghaïa tout en envisageant éventuellement un troisième match test ce week-end à Tizi Ouzou ne serait-ce que pour huiler davantage la machine kabyle et accentuer la période de rodage des cinq nouvelles recrues du mercato hivernal en l’occurrence Khelili (ex-CRB), les deux ex-Usmistes, Benaldjia et Baïtèche, l’avant-centre blidéen Zerguine et le Franco-Algérien Thomas Izerghouf qui ont encore besoin de quelques jours d’adaptation pour assurer leur insertion progressive dans la camp kabyle. Mohamed HAOUCHINE

La JSK redoute l’accumulation de rencontres à partir de février

Alors que le championnat professionnel de Ligue 1 a repris du service depuis le week-end dernier qui a vu donc le “clasico” MCA-JSK reporté à une date ultérieure, à cause des internationaux réquisitionnés par les deux équipes nationales A et militaire en déplacement à l’étranger, voilà que la formation kabyle a encore vu sa rencontre du week-end prochain face au NAHD décalée de nouveau pour les mêmes motifs, ce qui fait que la JSK devra attendre le… 3 février prochain pour reprendre le chemin de la compétition, en déplacement au stade du 1er-Novembre de Mohamadia pour rencontrer l’USM El-Harrach. Et s’il faut rappeler que la JSK a disputé son dernier match de championnat le 24 décembre dernier au stade du 1er-Novembre de Tizi Ouzou face au Chabab de Belouizdad, il faut bien convenir que les Canaris auront été soumis à une véritable période d’hibernation de cinq semaines, d’où les craintes d’un grave manque de compétition qui pourrait bien avoir des conséquences néfastes pour le club kabyle alors que bien des clubs de Ligue 1 auront disputé, entre-temps, deux journées de championnat pour se remettre en jambes.
L’autre souci des dirigeants, des joueurs et du staff technique kabyles réside dans le fait que le club sera ensuite soumis à une programmation démentielle à partir de la mi-février alors que les premiers tours éliminatoires de la Coupe de la CAF pointent déjà à l’horizon puisque les camarades d’Ali Rial se préparent d’ores et déjà à effectuer un long périple, par vol régulier, au Liberia, pour y affronter, en tour préliminaire, le Monrovia CB… le 11 février prochain.
Cela suppose donc que son match de la 19e journée contre l’Entente de Sétif sera encore renvoyé tout comme le match CAB-JSK de la 20e journée puisque la formation kabyle est appelée à disputer le match retour contre Monrovia, une semaine après le match aller en terre libérienne, autrement dit, le 18 février à Tizi Ouzou.
C’est ce qui fait que le coach tunisien de la JSK, Sofiene Hidoussi, appréhende énormément le marathon démentiel qui attend son équipe à compter de la mi-février, ce qui peut mettre la JSK dans une situation fort embarrassante surtout que sa situation actuelle n’est guère reluisante en championnat avec une position peu confortable au classement général. “C’est vrai que la grosse accumulation de matches à venir ne nous arrangera pas dans les semaines qui suivent du fait que nous serons soumis à un rythme infernal qui pourra nous poser bien des problèmes pour la suite de la saison”, dira Hidoussi qui estime, cependant, que “la JSK se prépare du mieux qu’elle peut pour faire face à cette situation complexe même si elle souffre énormément de l’absence de ses quatre joueurs internationaux qui n’ont pu prendre part à cette période de préparation hivernale”.
Cela dit, la JSK n’a pas effectué de préparation hivernale à Alger, comme cela était prévu initialement, et la bande à Hidoussi s’est contentée de travailler sereinement dans son jardin habituel du 1er-Novembre tout en ayant disputé deux matches amicaux en déplacement contre l’Olympique de Médéa puis le NARB Réghaïa tout en envisageant éventuellement un troisième match test ce week-end à Tizi Ouzou ne serait-ce que pour huiler davantage la machine kabyle et accentuer la période de rodage des cinq nouvelles recrues du mercato hivernal en l’occurrence Khelili (ex-CRB), les deux ex-Usmistes, Benaldjia et Baïtèche, l’avant-centre blidéen Zerguine et le Franco-Algérien Thomas Izerghouf qui ont encore besoin de quelques jours d’adaptation pour assurer leur insertion progressive dans la camp kabyle.

Mohamed HAOUCHINE

l’article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

Une

La JSK redoute l’accumulation de rencontres à partir de février

Par philhadj Temps de lecture: 3 min
0