Accueil / actualite / L’Algérie ne produit que 4% des besoins du marché national
La société A.I.D.A. Consult organise du 14 au 24 mars prochains “Les journées du textile algérien”. Ces rencontres réuniront des acteurs du secteur du textile, public et privé, les organismes de soutien à l’investissement, des représentants du patronat algérien et des designers algériens et étrangers. C’est ce qu’ont annoncé, hier, les organisateurs lors d’une conférence de presse organisée à la salle Frantz-Fanon du complexe Riadh el-Feth à Alger. “Les journées du textile algérien” débuteront par un forum qui se tiendra le 14 mars prochain à l’hôtel El-Aurassi. À partir du 15 mars, “Les événements autour du textile et de la mode algériennes”, les stands d’exposition et les ateliers pédagogiques se dérouleront à l’office Riadh El-Feth. La Fashion Week, un ensemble de défilés de mode, est prévue du 18 au 24 mars avec des participants locaux et internationaux venus d’Italie, de Jordanie, des USA ou encore du Yémen. Intervenant lors de la conférence de presse, le P-DG du groupe Confection et Habillement (C&H Fashion), M. Benayad Ahmed, a indiqué que l’Algérie ne produit que 4% des besoins du marché national du prêt-à-porter, estimés à 400 milliards de dinars, avec une moyenne de 10 000 dinars par habitant par an. 96% des besoins du marché algérien sont comblés par les importations. Le groupe Getex est pratiquement absent du marché grand public et continue à fonctionner grâce à la commande publique. La part du groupe Getex dans la production globale de la filière textile/habillement représente à peine 10%. M. Benayad Ahmed a évoqué 11 milliards de dinars de chiffre d’affaires, réalisé en 2015 dans le textile et la confection. Exposant les forces du secteur/textile public, le P-DG du groupe Confection & Habillement a cité, entre autres, 9 complexes aux normes ISO, un personnel technique expérimenté. Une grande partie des équipements de production est récente. Le groupe s’est doté de son propre circuit de distribution. Cependant, le secteur est confronté à des faiblesses liées notamment au niveau limité de la qualification du personnel récemment recruté. Le système salarial est très peu attractif. La réactivité du secteur public à la demande du marché est faible. M. Benayad Ahmed a, également, relevé le départ massif du personnel qualifié. “Malheureusement, il n’y a pas de relève. Nous avons des difficultés de recrutement pour certains métiers”, a-t-il regretté. La stratégie du groupe textile public est de maintenir son leadership sur le marché intentionnel et de reconquérir progressivement les parts de marché national grand public. À terme, avec les partenariats, le groupe vise l’insertion dans le marché international. Le P-DG du groupe Confection & Habillement a indiqué que les travaux de réalisation du complexe industriel des textiles, algéro-turc, ont été lancés. “Des capacités de production seront prêtes d’ici à la fin de l’année”, a indiqué M. Benayad Ahmed, appelant le secteur privé à investir dans la confection. M. R.

L’Algérie ne produit que 4% des besoins du marché national

La société A.I.D.A. Consult organise du 14 au 24 mars prochains “Les journées du textile algérien”. Ces rencontres réuniront des acteurs du secteur du textile, public et privé, les organismes de soutien à l’investissement, des représentants du patronat algérien et des designers algériens et étrangers. C’est ce qu’ont annoncé, hier, les organisateurs lors d’une conférence de presse organisée à la salle Frantz-Fanon du complexe Riadh el-Feth à Alger. “Les journées du textile algérien” débuteront par un forum qui se tiendra le 14 mars prochain à l’hôtel El-Aurassi. À partir du 15 mars, “Les événements autour du textile et de la mode algériennes”, les stands d’exposition et les ateliers pédagogiques se dérouleront à l’office Riadh El-Feth. La Fashion Week, un ensemble de défilés de mode, est prévue du 18 au 24 mars avec des participants locaux et internationaux venus d’Italie, de Jordanie, des USA ou encore du Yémen. Intervenant lors de la conférence de presse, le P-DG du groupe Confection et Habillement (C&H Fashion), M. Benayad Ahmed, a indiqué que l’Algérie ne produit que 4% des besoins du marché national du prêt-à-porter, estimés à 400 milliards de dinars, avec une moyenne de 10 000 dinars par habitant par an. 96% des besoins du marché algérien sont comblés par les importations. Le groupe Getex est pratiquement absent du marché grand public et continue à fonctionner grâce à la commande publique.
La part du groupe Getex dans la production globale de la filière textile/habillement représente à peine 10%. M. Benayad Ahmed a évoqué 11 milliards de dinars de chiffre d’affaires, réalisé en 2015 dans le textile et la confection.
Exposant les forces du secteur/textile public, le P-DG du groupe Confection & Habillement a cité, entre autres, 9 complexes aux normes ISO, un personnel technique expérimenté. Une grande partie des équipements de production est récente.
Le groupe s’est doté de son propre circuit de distribution. Cependant, le secteur est confronté à des faiblesses liées notamment au niveau limité de la qualification du personnel récemment recruté. Le système salarial est très peu attractif. La réactivité du secteur public à la demande du marché est faible.
M. Benayad Ahmed a, également, relevé le départ massif du personnel qualifié. “Malheureusement, il n’y a pas de relève. Nous avons des difficultés de recrutement pour certains métiers”, a-t-il regretté. La stratégie du groupe textile public est de maintenir son leadership sur le marché intentionnel et de reconquérir progressivement les parts de marché national grand public. À terme, avec les partenariats, le groupe vise l’insertion dans le marché international.
Le P-DG du groupe Confection & Habillement a indiqué que les travaux de réalisation du complexe industriel des textiles, algéro-turc, ont été lancés. “Des capacités de production seront prêtes d’ici à la fin de l’année”, a indiqué M. Benayad Ahmed, appelant le secteur privé à investir dans la confection.

M. R.

Article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

L’Algérie ne produit que 4% des besoins du marché national

Par philhadj Temps de lecture: 2 min
0