Accueil / Une / “L’Algérie pourrait offrir quelque chose de nouveau au metal”
Après le succès qu’a connu la première édition du festival 213Fest en 2015, il revient cette année encore à Constantine à la rentrée 2016. Un rendez-vous culturel avec la musique rock et metal, proposant une programmation internationale dans un esprit de convivialité et de découverte. Souvent marginalisé ou mal compris, ce style de musique peine à se développer en Algérie, d’où vient l’idée de lancer le 213Fest. “Le festival est surtout une réponse à la demande des fans de notre page facebook Algerian Metal Community”, a indiqué à Liberté Hichem Kikaï directeur technique du festival. D’ailleurs, les organisateurs ambitionnent, à travers ce festival, d’internationaliser le métal algérien, en adoptant le slogan “Reach For a New Horizon” (atteindre un nouvel horizon). Pour le directeur artistique du 213Fest, Harrag Bendamech, l’Algérie pourrait offrir quelque chose de nouveau au métal qui souffre en Europe, et même aux États-Unis. Il a, à ce propos, cité le succès mondial que connaissent les groupes maghrébins. “Pourquoi ne pas offrir aujourd’hui une nouvelle image et un nouveau son, comme le groupe algérien Acyl, ou Myrath (Tunisie) qui ont apporté quelque chose au métal. Dans leur musique, ils ont apporté une touche propre à leur culture”. Et de préciser : “En Europe, le metal avait besoin de ça.” Pour le choix de la ville, les organisateurs ont indiqué que c’était dans le but de décentraliser les évènements culturels, car “la plupart des festivals de rock et metal dans le monde ne se déroulent pas dans la capitale”. Les organisateurs du 213Fest promettent de réitérer l'expérience de la première édition et surtout faire de ce festival un événement récurrent et incontournable de la vie culturelle algérienne. Imène AMOKRANE

“L’Algérie pourrait offrir quelque chose de nouveau au metal”

Après le succès qu’a connu la première édition du festival 213Fest en 2015, il revient cette année encore à Constantine à la rentrée 2016. Un rendez-vous culturel avec la musique rock et metal, proposant une programmation internationale dans un esprit de convivialité et de découverte.
Souvent marginalisé ou mal compris, ce style de musique peine à se développer en Algérie, d’où vient l’idée de lancer le 213Fest. “Le festival est surtout une réponse à la demande des fans de notre page facebook Algerian Metal Community”, a indiqué à Liberté Hichem Kikaï directeur technique du festival.
D’ailleurs, les organisateurs ambitionnent, à travers ce festival, d’internationaliser le métal algérien, en adoptant le slogan “Reach For a New Horizon” (atteindre un nouvel horizon). Pour le directeur artistique du 213Fest, Harrag Bendamech, l’Algérie pourrait offrir quelque chose de nouveau au métal qui souffre en Europe, et même aux États-Unis. Il a, à ce propos, cité le succès mondial que connaissent les groupes maghrébins. “Pourquoi ne pas offrir aujourd’hui une nouvelle image et un nouveau son, comme le groupe algérien Acyl, ou Myrath (Tunisie) qui ont apporté quelque chose au métal. Dans leur musique, ils ont apporté une touche propre à leur culture”. Et de préciser : “En Europe, le metal avait besoin de ça.”
Pour le choix de la ville, les organisateurs ont indiqué que c’était dans le but de décentraliser les évènements culturels, car “la plupart des festivals de rock et metal dans le monde ne se déroulent pas dans la capitale”.
Les organisateurs du 213Fest promettent de réitérer l'expérience de la première édition et surtout faire de ce festival un événement récurrent et incontournable de la vie culturelle algérienne.

Imène AMOKRANE

l’article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

Une

“L’Algérie pourrait offrir quelque chose de nouveau au metal”

Par philhadj Temps de lecture: 1 min
0