Accueil / Une / L’art, une histoire de perception…

L’art, une histoire de perception…

Le terme « Art » trouve ses origines étymologiques à travers le mot grec «Tékhnê »(la technique) et le mot latin « ars ». L’art peut se présenter sous différentes formes. Il peut être : poésie, musique, peinture ou sculpture. Comme la science, le sacré ou encore la morale. Cette passion est une manière comme une autre de nous rapporter au monde qui nous entoure et dans lequel nous nous épanouissons : l’art étant un moyen par lequel l’homme réalise son humanité.

Guernica de Pablo Picasso

Préceptes

L’art a toujours fasciné l’homme, considéré comme étant l’expression du génie créatif de l’artiste qui le représente. Cela dit, tous les hommes ne possèdent pas en eux le même degré de créativité. La notion d’art étant ambigüe. Elle peut être différemment perçue par chacun. Une œuvre d’art d’une grande originalité peut donc subjuguer l’homme de par les sentiments qu’elle dégage et les idées qu’elle prône. En effet, chaque œuvre d’art est unique et ne peut être imitée à la perfection car l’artiste crée avec son âme et non avec ses membres.

Evolution

Les Grecs de l’antiquité considéraient la nature comme l’œuvre d’art la plus aboutie. L’art reproduisait la nature car elle était considérée comme la plus belle chose qui soit. L’artiste avait donc pour mission de reproduire avec tout son savoir-faire le modèle qui se trouvait sous ses yeux. Or, si la nature est l’idéal et qu’il a pour but de se rapprocher de cet idéal, alors le beau naturel est absolu et serait donc supérieur au beau artistique.

« Le repos pendant la fuite en Égypte » de Patinir.

L’artiste pourra donc faire tous les efforts qu’il souhaite, il ne pourra jamais en aucun cas ne serait-ce qu’égaler le beau naturel en le reproduisant. En effet, selon Hegel (philosophe Allemand romantique et idéaliste du 17ème/18ème siècle) : « Lorsque l’art ne va pas au-delà de la simple imitation, il est incapable de nous donner l’impression d’une réalité vivante ou d’une vie réelle : tout ce qu’il peut nous offrir c’est une caricature de la vie ».

A partir du 19ème siècle, l’art commença à devenir une représentation de l’esprit de l’artiste. Une activité autonome puisant sa source de l’imagination, de l’originalité et du talent de son auteur. Son travail devenant une forme d’expression et d’exploration. L’art ne se réglant plus sur la nature, il se transforme en création spirituelle.

L’art ne fut qu’imitation, il devint dès lors création : le beau spirituel devint supérieur au beau naturel.

Passion

Pour l’artiste moderne, l’art n’est pas à proprement dit un travail synonyme de labeur, mais plutôt d’une passion. La réalisation d’une œuvre d’art n’a rien de pénible pour lui, bien au contraire elle lui procure du plaisir tout en lui permettant d’exprimer librement ses idéaux et ses envies sans se soucier des conséquences. Si le travail est la production d’un objet par nécessité alors l’œuvre d’art est la production d’un objet par liberté. L’artiste vit pour son art. Il se trouve inspiré d’une sorte de don divin, et son œuvre devient – telle la nature – unique et inimitable. Il crée du réel en animant son œuvre de vie, et en lui insufflant à travers son talent et sa sensibilité, les qualités nécessaires à satisfaire l’esthète.

Satisfaction

L’esthète est celui qui recherche à tout prix le plaisir esthétique procuré par l’œuvre d’art. Il recherche à éprouver une sorte de satisfaction qui fait appel à ses sens. L’œuvre d’art a pour but de procurer à celui qui la perçoit du plaisir.

« Héritage » d’Edvard Munch

Faisant naître en lui de nombreux sentiments l’amenant à un état d’ataraxie. Auparavant, l’œuvre d’art était par définition associée à la beauté. Cependant, à travers l’art moderne, il a pris une nouvelle tournure : l’œuvre d’art peut s’avérer être laide, la laideur pouvant procurer du plaisir par simple dégout. L’idéal du beau a donc changé, le beau se définissant par la satisfaction qu’il procure (à ne pas confondre avec la beauté).

En fait, l’œuvre d’art ne procure du plaisir à l’homme que si elle fait naitre en lui un sentiment, qu’il soit bon ou mauvais. L’objectif étant de ne pas laisser l’esthète indiffèrent.

Réponse

L’art c’est de l’esprit, c’est de la sensibilité qui s’inscrit dans une matière et qui vient s’offrir à la perception d’un public. C’est une forme d’expression, une création spirituelle. L’un des moyens les plus élevés par lesquels l’homme s’arrache à la fois à la nature mais aussi à sa propre nature jusqu’à la transcender.

Finalement l’art, ce n’est pas qu’une simple perception, c’est avant tout un art de vivre.

Youcef TIAIBA

CAP(ENP)/Liberte-algerie.com

Etudiant en 4éme année Génie Mécanique à l’ENP, Youcef est un hipster des temps modernes, un brin philosophe dans l’âme.

l’article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

Une

L’art, une histoire de perception…

Par philhadj Temps de lecture: 4 min
0