Accueil / Une / Le parc immobilier explose
Un programme de 1700 logements, toutes formules confondues, est déjà lancé sur le territoire de cette ex-commune agricole.

Le parc immobilier explose

Un programme de 1700 logements, toutes formules confondues, est déjà lancé sur le territoire de cette ex-commune agricole.

La commune de Souidania est devenue la réserve foncière de la capitale. Les services de la wilaya ne cessent d’instruire les responsables de l’APC de dégager des assiettes de terrain devant abriter des projets de logements pour résorber l’habitat précaire. Le village de Souidania a “bradé” en effet sa vocation agropastorale contre le béton rampant et larvé qui a enlaidi, voire défriché la verte prairie où prospérait naguère la vigne qui faisait la notoriété des caves de l’ancien Saint-Ferdinand. Situés à 23 km au sud-ouest d’Alger, l’oued El-Aggar ainsi que le cours d’eau des haouch Boukandoura et de l’avoisinant domaine agricole la Consulaire n’irriguent plus les champs maraîchers d’antan.
C’est en tout cas l’image d’inesthétiques lotissements qui s’est substituée aux verts pâturages qui s’esquissaient autrefois du plateau sur lequel est perché le village de Souidania à une altitude de 120 m. Que reste-t-il aujourd’hui de l’emblème de la vigne collé au fronton d’une maison attenante à l’APC ? “C’est si peu de chose, au motif que les six caves des vignobles, d’une surface de 20 ha, servent à l’heure qu’il est d’écuries pour le cheptel et l’élevage de la volaille”, nous dit Djouadi Mouhoub, le maire de Souidania, qui nous a reçu dans sa nouvelle mairie construite en 1998 sur les décombres de l’ancien hôtel de ville qui fut dynamité en 1995. La wilaya d’Alger a ordonné la réservation de parcelles de terrain pour la construction de 500 logements sociaux afin d’accueillir les sans-logis d’Alger, ainsi qu’un chantier en cours de 405 appartements et 800 autres dans la formule LSP. Rognée ainsi de son foncier agricole estimé à 1449 ha, Souidania n’est plus ce garde-manger de la Mitidja qui apportait autrefois sa quote-part d’agrumes et de primeurs au grenier d’Europe.
Et tout bien considéré, Souidania n’est plus qu’une commune tout à fait anodine de la wilaya d’Alger, hiérarchisée à la circonscription administrative de Zéralda. Mais qu’à cela ne tienne, les agriculteurs des domaines agricoles s’échinent vaille que vaille à verdir une vocation qui s’en va avec le temps. Du reste, le parc immobilier s’en est allé crescendo, et l’aspect urbain du village s’est métamorphosé. S’il en est une preuve, celle-ci est à chercher au pied de l’îlot des méga-blockhaus qui ont remplacé les petites maisonnettes à la toiture rouge qui s’ajoutaient autrefois au charme de l’allée centrale de Saferdina des petites gens. Autre signe d’extension, la population n’a pas cessé d’augmenter, passant d’une simple poignée d’agriculteurs à la fin des années 1970 à 18 170 âmes en 2008 pour atteindre le nombre de 20 000 habitants présentement, occasionnant ainsi l’ascension du taux de chômage, a-t-on appris de notre interlocuteur. “L’idéal est de concrétiser l’étude inhérente à l’aménagement d’une zone d’activité afin d’offrir l’idoine cadre d’investissement dans la filière agroalimentaire. Tout bien considéré, l’ébauche serait salutaire pour s’autoriser la résorption du chômage local et de bénéficier de la perception fiscale. Présentement, l’impôt local est quasi inexistant si ce n’est l’insignifiante redevance des petits commerçants”, a tenu à suggérer le maire à l’autorité de la wilaya d’Alger. Et à propos de l’emploi des jeunes artisans, Souidania n’a eu qu’une cinquantaine d’échoppes sur les 100 locaux inscrits au programme du président de la République sous l’intitulé de “100 locaux par commune”, a-t-on su de notre interlocuteur. S’agissant du plan communal de développement, la municipalité s’est astreinte à l’aménagement rural ainsi qu’au revêtement de haouch Nessakh et l’embellissement du périmètre des boutiques en question auxquelles se sont ajoutés une trentaine de locaux à usage professionnel.
Outre cela, il y a eu le revêtement de la chaussée et des trottoirs des cités 40 et 20 logements. Pour ce qui est de la voirie, l’APC a satisfait aux travaux de réhabilitation du chemin vicinal qui relie le CW 133 à l’autre voie 233 sur une longueur de 2 km vers Bouchaoui. Au chapitre de la lutte contre le commerce informel, la Consulaire et la cité Djaâdi ont aujourd’hui leur marché de proximité. C’est dire que Souidania a de quoi s’enorgueillir du fait de l’enrichissement de sa carte scolaire d’une douzaine d’écoles primaires, 4 collèges et un lycée entièrement chauffés. La cerise sur le gâteau reste incontestablement ce potentiel de trois cantines scolaires de 200 rations au lieudit le Palmier, où se restaure l’ensemble des écoliers du village. Bien entendu, la jeunesse n’est pas en reste, puisque, outre le transport scolaire, il y a eu la construction d’une salle omnisports, d’une bibliothèque communale et autant d’aires de jeux. “L’acte majeur reste incontestablement la réalisation du réseau informatique local et l’acquisition d’équipements techniques destinés à la biométrie”, a tenu à ajouter le P/APC. C’est dire que l’on serait là demain à énumérer un bilan qui n’a rien à envier aux municipalités dites huppées de la capitale. Pour conclure, la propreté est au centre des préoccupations du bureau d’hygiène de l’APC, qui a mis à la disposition de l’établissement Extranet une flotte de trois camions à benne tasseuse dont un en engin de 7,5 t et un autre de 12 m3.

L N.

l’article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

Une

Le parc immobilier explose

Par philhadj Temps de lecture: 4 min
0