Accueil / actualite / Le projet de loi débattu dans la sérénité au Sénat
Contrairement aux débats houleux qu’il a provoqués lors de son examen à l’Assemblée nationale, en mars dernier

Le projet de loi débattu dans la sérénité au Sénat

Contrairement aux débats houleux qu’il a provoqués lors de son examen à l’Assemblée nationale, en mars dernier, le projet de loi, amendant et complétant la loi numéro 66-156 du 08 juin 1966, portant code pénal, a été débattu, hier, dans la sérénité au Conseil de la nation.
Malgré les quelques “remarques” émises par les sept membres qui ont eu à intervenir lors des débats, en présence du ministre de la Justice et garde des Sceaux, aucune opposition au projet n’a été exprimée. Les intervenants ont mis l’accent sur le nécessaire “rééquilibrage” de quelques notions introduites dans le projet de loi concernant les violences faites aux femmes. “Le projet sera validé par le Sénat”, a assuré un des membres de la Chambre haute. Faisant référence à la composante du Conseil de la nation, il a ajouté que “le FLN, le RND ainsi que les sénateurs du tiers présidentiel ne seront même pas tentés de s’y opposer”. De ce fait, il a assuré que malgré le “tollé” soulevé par les milieux intégristes et islamistes pour lui faire barrage, le projet de loi passera. D’autres membres du Sénat assurent que la mouture présentée par le ministre de la Justice, Tayeb Louh, “corrige une injustice pratiquée envers la moitié de la société”. Ces sénateurs se demandent si les opposants à ce projet de loi “ont mieux à proposer”. Certainement pas puisque même les références religieuses sur lesquelles ils se sont appuyés dans leurs réquisitoires “sont farfelues” et démenties “par de vrais connaisseurs en la matière”. En attendant la séance de vote prévue jeudi, le projet de loi qui a provoqué une montée au créneau des islamistes, sera validé sans grabuge au Sénat. Il consacrera une victoire des défenseurs des droits des femmes contre une pratique rétrograde, qui est la violence. Tayeb Louh, ministre de tutelle, lors de ses réponses, a estimé que les opposants au projet de loi “ont déformé les notions contenues dans le texte”. Il a mis en avant les différentes formes de violence contre les femmes. Il a cité des cas de violence verbale ou physique “inacceptable”, que tout citoyen aurait condamné et dénoncé de toutes ses forces.

M. M

Article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

Le projet de loi débattu dans la sérénité au Sénat

Par philhadj Temps de lecture: 2 min
0