Accueil / actualite / Le siège de l’Exécutif du GPRA classé monument national
Le siège de l’Exécutif du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA), abrité par l’ex-Rocher noir (Boumerdès) du 19 mars 1962 au 3 juillet 1962, a été officiellement classé monument historique national, a-t-on appris auprès du directeur de la culture. La décision de son classement a été promulguée dans le n°28 du Journal officiel (JO) du 8 mai 2016, a indiqué à l’Aps Foughali Djamel-Eddine, soulignant que le dossier a été ficelé en 2012 avant son approbation en décembre 2015 par la Commission nationale de la propriété intellectuelle. Il a ajouté que cette décision, intervenant à la suite de l’introduction d’une demande du ministère de tutelle, assure désormais à ce monument une “protection légale”, faisant part d'une réflexion en cours en vue de la “mise en lumière du rôle joué par cette structure dans l’histoire de l’Algérie”. Pour M. Foughali, cette action vise à conforter “l’importance et le rôle de ce monument dans histoire de l’Algérie”. Les textes fixent les superficies des zones classées et leur délimitation, y compris la délimitation des périmètres de protection au-delà des sites concernés. De ce fait, sont interdits toute “construction ou intervention sur et dans les abords immédiats” des sites, tout “autre type d'aménagement” ou de “nouvelle construction” dans les zones de protection afin de “ne pas gêner la visibilité (des) monument(s)” sauf autorisation, est-il précisé. Un lieu, une grande symbolique pour tout le peuple algérien “Il s’agit d’un lieu qui a abrité un événement historique de haute importance pour tout le peuple algérien”, a-t-il ajouté, expliquant que c’est précisément de ce lieu que l’Exécutif du GPRA, dirigé par le défunt Abderrahmane Farès, a présidé aux destinées de la période s’étalant entre l’annonce du cessez-le feu, le 19 mars 1962, et la proclamation des résultats du référendum d’autodétermination, le 3 juillet 1962. Ce bâtiment a abrité l’Exécutif du GPRA suite aux accords d’Évian, après avoir constitué un siège pour le haut-commissaire de la France en Algérie, Christian Fouché. L’importance historique conférée à ce monument vient, également, du fait qu’il fut le théâtre de la levée, pour la première fois de l’histoire du pays, du drapeau de l’Algérie indépendante et du baisser de l'emblème de la France coloniale. Situé en plein centre-ville de Boumerdès, ce bâtiment historique, qui a gardé, à ce jour, sa constitution originelle, est actuellement exploité par le rectorat de l’université M’hamed-Bouguerra de Boumerdès, qui en a fait son siège.

Le siège de l’Exécutif du GPRA classé monument national

Le siège de l’Exécutif du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA), abrité par l’ex-Rocher noir (Boumerdès) du 19 mars 1962 au 3 juillet 1962, a été officiellement classé monument historique national, a-t-on appris auprès du directeur de la culture.
La décision de son classement a été promulguée dans le n°28 du Journal officiel (JO) du 8 mai 2016, a indiqué à l’Aps Foughali Djamel-Eddine, soulignant que le dossier a été ficelé en 2012 avant son approbation en décembre 2015 par la Commission nationale de la propriété intellectuelle. Il a ajouté que cette décision, intervenant à la suite de l’introduction d’une demande du ministère de tutelle, assure désormais à ce monument une “protection légale”, faisant part d'une réflexion en cours en vue de la “mise en lumière du rôle joué par cette structure dans l’histoire de l’Algérie”. Pour M. Foughali, cette action vise à conforter “l’importance et le rôle de ce monument dans histoire de l’Algérie”. Les textes fixent les superficies des zones classées et leur délimitation, y compris la délimitation des périmètres de protection au-delà des sites concernés.
De ce fait, sont interdits toute “construction ou intervention sur et dans les abords immédiats” des sites, tout “autre type d'aménagement” ou de “nouvelle construction” dans les zones de protection afin de “ne pas gêner la visibilité (des) monument(s)” sauf autorisation, est-il précisé.

Un lieu, une grande symbolique pour tout le peuple algérien
“Il s’agit d’un lieu qui a abrité un événement historique de haute importance pour tout le peuple algérien”, a-t-il ajouté, expliquant que c’est précisément de ce lieu que l’Exécutif du GPRA, dirigé par le défunt Abderrahmane Farès, a présidé aux destinées de la période s’étalant entre l’annonce du cessez-le feu, le 19 mars 1962, et la proclamation des résultats du référendum d’autodétermination, le 3 juillet 1962.
Ce bâtiment a abrité l’Exécutif du GPRA suite aux accords d’Évian, après avoir constitué un siège pour le haut-commissaire de la France en Algérie, Christian Fouché.
L’importance historique conférée à ce monument vient, également, du fait qu’il fut le théâtre de la levée, pour la première fois de l’histoire du pays, du drapeau de l’Algérie indépendante et du baisser de l'emblème de la France coloniale. Situé en plein centre-ville de Boumerdès, ce bâtiment historique, qui a gardé, à ce jour, sa constitution originelle, est actuellement exploité par le rectorat de l’université M’hamed-Bouguerra de Boumerdès, qui en a fait son siège.

Article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

Le siège de l’Exécutif du GPRA classé monument national

Par philhadj Temps de lecture: 2 min
0