Accueil / actualite / Les cancéreux toujours pénalisés à l’ouest du pays
Ce jeudi, lors d’une journée d’étude au Centre hospitalo-universitaire d’Oran, à l’occasion de la célébration mondiale de la lutte contre le cancer, le premier constat évoqué est que, jusqu’à aujourd’hui, seul un centre de radiothérapie est fonctionnel pour tout l’Ouest. Il se trouve justement au Chuo et doit faire face quotidiennement à 20 malades, comme avoué par une maître de conférence dudit service. “Nous sommes le seul centre de radiothérapie à gérer tous les patients de l’Ouest puisqu’il n’y a pas assez de couverture en accélérateurs de radiothérapie, même si la prise en charge s’est améliorée. “Nous avons pour chaque machine 30 à 40 patients par jour pour les deux cobalts, les RDV ne dépassent pas une semaine, les urgences sont prises immédiatement, mais au centre anti-cancer d’El-Hassi (CAC dédié aux enfants), je crois que les délais sont de 1 à 2 mois.” Ainsi, les déclarations récentes du ministre de la Santé sur “le règlement du problème de la radiothérapie en Algérie” sont malmenées lorsqu’elles sont confrontées à la réalité du terrain et aux déclarations des malades et de leurs proches prêts à tout pour avoir accès à la radiothérapie dans un délai pouvant leur laisser espérer une guérison. Par ailleurs, lors de cette journée d’étude, qui a rassemblé de nombreux internes, l’annonce de l’acquisition prochaine par le Chuo de deux accélérateurs linéaires et d’un scanner simulateur est une promesse d’amélioration de la prise en charge des malades tel que présentée par les intervenants. En termes de chiffre, le registre du cancer d’Oran a dû éliminer les dossiers de 1 520 cas sur un total de 2 500 dossiers parce que ne comportant pas des données suffisamment fiables. En 18 ans, du registre du cancer à Oran, l’un des premiers à avoir été mis en place en Algérie, il ressort que sur 19 180 cas enregistrés, le cancer du poumon chez l’homme représente 16,7% alors que les cancers du sein et du col de l’utérus représentent 50% chez la femme. Des médecins ont encore lancé un cri d’alarme sur l’augmentation des cas de cancer chez des sujets de plus en plus jeunes. Beaucoup de professionnels y voient des causes multiples comme l’alimentation, ainsi que le tabac, le tabac à chiquer, ou encore la drogue. Ainsi, 30% des décès dus à un cancer sont imputés à des facteurs comportementaux, 22% au tabac et 5 à 10% aux conditions professionnelles. D. LOUKIL

Les cancéreux toujours pénalisés à l’ouest du pays

Ce jeudi, lors d’une journée d’étude au Centre hospitalo-universitaire d’Oran, à l’occasion de la célébration mondiale de la lutte contre le cancer, le premier constat évoqué est que, jusqu’à aujourd’hui, seul un centre de radiothérapie est fonctionnel pour tout l’Ouest.
Il se trouve justement au Chuo et doit faire face quotidiennement à 20 malades, comme avoué par une maître de conférence dudit service. “Nous sommes le seul centre de radiothérapie à gérer tous les patients de l’Ouest puisqu’il n’y a pas assez de couverture en accélérateurs de radiothérapie, même si la prise en charge s’est améliorée. “Nous avons pour chaque machine 30 à 40 patients par jour pour les deux cobalts, les RDV ne dépassent pas une semaine, les urgences sont prises immédiatement, mais au centre anti-cancer d’El-Hassi (CAC dédié aux enfants), je crois que les délais sont de 1 à 2 mois.” Ainsi, les déclarations récentes du ministre de la Santé sur “le règlement du problème de la radiothérapie en Algérie” sont malmenées lorsqu’elles sont confrontées à la réalité du terrain et aux déclarations des malades et de leurs proches prêts à tout pour avoir accès à la radiothérapie dans un délai pouvant leur laisser espérer une guérison. Par ailleurs, lors de cette journée d’étude, qui a rassemblé de nombreux internes, l’annonce de l’acquisition prochaine par le Chuo de deux accélérateurs linéaires et d’un scanner simulateur est une promesse d’amélioration de la prise en charge des malades tel que présentée par les intervenants.
En termes de chiffre, le registre du cancer d’Oran a dû éliminer les dossiers de 1 520 cas sur un total de 2 500 dossiers parce que ne comportant pas des données suffisamment fiables. En 18 ans, du registre du cancer à Oran, l’un des premiers à avoir été mis en place en Algérie, il ressort que sur 19 180 cas enregistrés, le cancer du poumon chez l’homme représente 16,7% alors que les cancers du sein et du col de l’utérus représentent 50% chez la femme.
Des médecins ont encore lancé un cri d’alarme sur l’augmentation des cas de cancer chez des sujets de plus en plus jeunes. Beaucoup de professionnels y voient des causes multiples comme l’alimentation, ainsi que le tabac, le tabac à chiquer, ou encore la drogue. Ainsi, 30% des décès dus à un cancer sont imputés à des facteurs comportementaux, 22% au tabac et 5 à 10% aux conditions professionnelles.

D. LOUKIL

Article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

Les cancéreux toujours pénalisés à l’ouest du pays

Par philhadj Temps de lecture: 2 min
0