Accueil / Une / Les chèques ont perturbé la mise au vert
Bien que la désastreuse préparation effectuée “dans le jardin de l’hôtel” Alhambra à Hammamet El-Yasmine, en Tunisie

Les chèques ont perturbé la mise au vert

Bien que la désastreuse préparation effectuée “dans le jardin de l’hôtel” Alhambra à Hammamet El-Yasmine, en Tunisie, soit pour beaucoup dans la défaite du Mouloudia d’Oran à domicile, vendredi après-midi, face à l’Entente de Sétif, ce qui s’est passé la veille lorsque l’équipe était mise au vert y est également pour quelque chose.
Une source interne a, en effet, rapporté à Liberté les détails d’une crise de nerfs quasi collective, au moment où les chèques signés par le président Belhadj Baba avaient été remis aux joueurs, la veille du match. Alors qu’ils s’attendaient à percevoir deux mois de salaire comme promis par leur président, certains éléments ont été surpris de constater que le montant du chèque qui a été remis à chacun d’eux ne contenait, en fait, qu’une seule mensualité. C’était, entre autres, le cas de Nessakh Chamseddine et de Mohamed Benyahia, au moment où Kamel Larbi n’a été destinataire de rien. Fou furieux, les défenseurs Nessakh et Benyahia n’ont pas caché leur mécontentement, exigeant de facto que des explications leur soient données. Les arguments des dirigeants présents ne les ont, toutefois, pas convaincus. À Nessakh, il a ainsi été reproché ses absences liées aux blessures, alors qu’à Benyahia, il lui a été rappelé qu’il avait déjà touché cinq mois de salaire à l’intersaison. Aucunement d’accord avec cette politique des deux poids deux mesures, Nessakh et Benyahia, entre autres, ne se sont alors pas tus, ce qui a grandement perturbé la mise au vert de l’équipe à l’hôtel Liberté, à l’USTO, et altéré la concentration du groupe.

Rachid BELARBI

l’article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

Une

Les chèques ont perturbé la mise au vert

Par philhadj Temps de lecture: 1 min
0