Accueil / Une / Les explications de Raouraoua
Le président de la FAF, Mohamed Raouraoua, est longuement revenu, hier, dans son point de presse, sur les litiges entre les joueurs et leur club et le rôle de la commission de résolution des litiges de la FAF (CRL).

Les explications de Raouraoua

Le président de la FAF, Mohamed Raouraoua, est longuement revenu, hier, dans son point de presse, sur les litiges entre les joueurs et leur club et le rôle de la commission de résolution des litiges de la FAF (CRL). “Tout d’abord, je tiens à rappeler un principe de base à ce sujet, nous avons dit l’année dernière déjà qu’un joueur qui n’est pas payé pendant trois mois par son club a le droit de saisir la CRL pour débloquer sa situation, c’est son droit le plus absolu, mais l’intéressé ne doit pas attendre une année ou deux pour le faire au gré de ses intérêts. Ce sont trois mois, pas plus, c’est pour cela que la CRL ne prend pas en compte que les dossiers des joueurs impayés depuis le début de la présente saison. Cela, les joueurs le savaient depuis le début. Ils ne doivent pas aller raconter n’importe quoi à la presse qui, justement, ne maîtrise pas en général le fonctionnement de la CRL”, souligne Raouraoua. Et de préciser : “Concernant justement le fonctionnement de la CRL, il faut savoir que c’est là une commission paritaire composée de juristes et de représentants de joueurs. Comme dans chaque commission – c’est le cas, du reste, à la Fifa – elle privilégie la conciliation, c'est-à-dire demander au club de payer le joueur sous huitaine avant de décider de le libérer. Nous avons réglé beaucoup de litiges de cette façon. Puis, si le club refuse de payer, le joueur est libéré, c’est la démarche que nous venons de choisir et c’est la plus juste.” Raouraoua a rappelé, à ce titre, que “la CRL a étudié cette année 130 cas de litiges, ce qui est déjà trop et qu’elle continue d’interdire le paiement des salaires à l’avance pour les joueurs”.
Au sujet du paiement des impôts et des cotisations par les joueurs, Raouraoua retient que l’avant-projet de la Constitution énonce l’obligation de déclarer les joueurs à la Cnas. “Je ne vois pas pourquoi les joueurs ne payeraient pas les impôts et la Cnas au même titre que chaque citoyen algérien. Ce serait injuste, n’est-ce pas ? À partir de ce mois de janvier, ils doivent le faire sur la base d’un salaire forfaitaire de 270 000 DA sous peine d’avoir affaire aux organismes des impôts et de la Cnas. Maintenant pour ce qui est du passif, soit depuis 2010, nous sommes en discussion avec la Cnas pour le paiement d’un forfait (2 milliards par club, ndlr), que la FAF va payer à la place des clubs à charge, ensuite à la fédération de défalquer les montants sur les droits TV.”

S. L.

l’article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

Une

Les explications de Raouraoua

Par philhadj Temps de lecture: 2 min
0