Accueil / Une / “Les opérateurs peuvent investir dans la construction de salles de cinéma”
Lors d’une visite de travail à Boumerdès, Azzedine Mihoubi est revenu sur l’absence de salles de cinéma dans le pays. Dans son intervention, il a encouragé les privés à investir dans ce secteur et a demandé, entre autres(...)

“Les opérateurs peuvent investir dans la construction de salles de cinéma”

Lors d’une visite de travail à Boumerdès, Azzedine Mihoubi est revenu sur l’absence de salles de cinéma dans le pays. Dans son intervention, il a encouragé les privés à investir dans ce secteur et a demandé, entre autres, aux APC de céder les salles fermées au ministère de la Culture.

Le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, a appelé avant-hier, à partir de Boumerdès, les opérateurs privés à investir pour la construction de salles de cinéma pour redorer le blason du cinéma algérien. “Nous ne voyons aucun inconvénient pour que les privés et des opérateurs investissent dans ce créneau”, a affirmé le ministre, tout en précisant qu’il ne sert à rien de construire des salles de cinéma de 120 à
300 places : “Il faut réfléchir à d’autres formules pragmatiques qui consistent à construire des groupements de salles de cinéma pour rentabiliser l’investissement comme cela se fait dans d’autres pays.” M. Mihoubi a annoncé que l'Office national pour le commerce et l'industrie cinématographique (Oncic), en partenariat avec une entreprise étrangère spécialisée a décidé de réhabiliter plus de 100 salles de cinéma dont 20 appartiennent à la Cinémathèque algérienne. “On va entamer cette opération-type de réhabilitation des salles de cinéma dans la capitale avec l’introduction de nouveaux supports de diffusion comme les satellites ou le DCP (Digital Cinema Package), cette mesure sera élargie progressivement à toutes les autres salles”, a-t-il signalé. Le ministre a indiqué que les 380 salles de cinéma recensées après les années 1990 sont en voie de régularisation et le secteur souhaite que ces salles soient versées au ministère de la Culture. “Les communes ne peuvent pas gérer ces salles, elles doivent les concéder au ministère de la Culture conformément à l’arrêté interministériel de 2013.” Cet arrêté a buté, pour rappel, sur de nombreuses difficultés pour son application sur le terrain, à commencer par le refus catégorique de certaines APC de se séparer de ces salles le plus souvent fermées ou encore les litiges qui existent entre les APC et certains privés qui ont bénéficié de la gestion de ces salles durant les années passées. “Nous sommes en contact avec les walis pour assainir la situation des nombreuses salles fermées dont certaines sont en litige avec des personnes privées”, a-t-il expliqué. Le représentant du gouvernement a souligné que son secteur a entamé depuis six mois une opération de projection de films en plein air pour préparer les citoyens à renouer avec le cinéma.
Azzedine Mihoubi a annoncé qu’un festival annuel dédié au cinéma sera organisé dans la wilaya de Boumerdès comme il a exhorté le nouveau directeur de la culture local (l’ex-directeur de la wilaya de Constantine) à éviter l’organisation de festivités budgétivores : “Il est préférable d’organiser une activité culturelle à moindre frais avec une personnalité culturelle que d’organiser un festival très coûteux”. à noter que lors de sa visite, le ministre s’est enquis de l’avancement des travaux de la nouvelle bibliothèque municipale de la commune de Boumerdès et a également visité la maison de la culture Rachid-Mimouni.

M. T.

l’article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

Une

“Les opérateurs peuvent investir dans la construction de salles de cinéma”

Par philhadj Temps de lecture: 2 min
0