Accueil / Une / L’histoire occultée de la tyrannie du régime turc en Algérie
Ghezali Lounès est un auteur natif de Tigzirt dans la wilaya de Tizi Ouzou. Il vient de publier un roman intitulé Le rocher de l’hécatombe aux éditions La Pensée. Il s’agit d’un ouvrage qui évoque une expédition punitive menée par l’armée turque en 1825 contre la tribu des Aït Ouagnoune pour ses multiples actes de désobéissance. L’auteur expliquera qu’en 1825, la régence d’Alger avait résolu de punir la tribu des Aït Ouagnoune en Kabylie maritime pour ses multiples actes de désobéissance. “En cette circonstance, une expédition punitive d’une grande ampleur, commandée alors par un certain Yahia Agha, un proche du Dey Hussein, avait été menée contre le village Aït Saïd, le village le plus loin au nord de cette tribu, c'est-à-dire le plus isolé. Ils tuèrent et massacrèrent un grand nombre d’hommes, de femmes et d’enfants. Certains historiens évoquent même le nombre de 300 morts”, écrit Lounès Ghezali. Pour l’auteur du livre, la présence tuque en Algérie a été émaillée de beaucoup de violences estimant que “les trois siècles de leur présence ont été émaillés de beaucoup de violences dues notamment à la réaction des tribus autochtones face à un véritable et systématique régime colonial”. “Le rocher de l’hécatombe est une histoire qui s’est déroulée dans un village et illustre la nature tyrannique du régime turc que l’histoire officielle nie malheureusement”, soulignera l’auteur, tout en relevant le silence frappant observé par les rescapés. “En effet, ceux qui avait survécu à cette époque, à cette horrible tragédie, avaient adopté, sans doute à cause de l’humiliation subie, une sorte d’accord tacite pour ne jamais relater ce drame. L’histoire avait d’ailleurs quasiment disparu. Pourtant, paradoxalement, l’un des endroits où eut lieu ce drame s’appelle toujours ‘’le rocher de l’hécatombe’’. L’endroit où fut dressé le campement du corps expéditionnaire s’appelle, lui, le rocher du caïd”, est-il expliqué dans le livre. “À travers ces personnages qui avaient une existence réelle, et les autres que j’ai imaginés avec toute la liberté que permet la fiction, j’ai tenté de reconstruire cette histoire qui serait le reflet de plusieurs versions racontées par les gens de cette région et qui va au-delà même du jour du massacre mais jusqu’à la reconstruction du village.” Né en 1965 à Tigzirt en Kabylie, Lounès Ghezali est un représentant commercial. Autodidacte, passionné de lecture, il passe aujourd’hui à l’écriture. K. Tighilt Roman Le rocher de l’hécatombe de Ghezali Lounès. Éditions “La Pensée”, 2017.

L’histoire occultée de la tyrannie du régime turc en Algérie

Ghezali Lounès est un auteur natif de Tigzirt dans la wilaya de Tizi Ouzou. Il vient de publier un roman intitulé Le rocher de l’hécatombe aux éditions La Pensée. Il s’agit d’un ouvrage qui évoque une expédition punitive menée par l’armée turque en 1825 contre la tribu des Aït Ouagnoune pour ses multiples actes de désobéissance.
L’auteur expliquera qu’en 1825, la régence d’Alger avait résolu de punir la tribu des Aït Ouagnoune en Kabylie maritime pour ses multiples actes de désobéissance. “En cette circonstance, une expédition punitive d’une grande ampleur, commandée alors par un certain Yahia Agha, un proche du Dey Hussein, avait été menée contre le village Aït Saïd, le village le plus loin au nord de cette tribu, c'est-à-dire le plus isolé. Ils tuèrent et massacrèrent un grand nombre d’hommes, de femmes et d’enfants. Certains historiens évoquent même le nombre de 300 morts”, écrit Lounès Ghezali.
Pour l’auteur du livre, la présence tuque en Algérie a été émaillée de beaucoup de violences estimant que “les trois siècles de leur présence ont été émaillés de beaucoup de violences dues notamment à la réaction des tribus autochtones face à un véritable et systématique régime colonial”. “Le rocher de l’hécatombe est une histoire qui s’est déroulée dans un village et illustre la nature tyrannique du régime turc que l’histoire officielle nie malheureusement”, soulignera l’auteur, tout en relevant le silence frappant observé par les rescapés. “En effet, ceux qui avait survécu à cette époque, à cette horrible tragédie, avaient adopté, sans doute à cause de l’humiliation subie, une sorte d’accord tacite pour ne jamais relater ce drame. L’histoire avait d’ailleurs quasiment disparu. Pourtant, paradoxalement, l’un des endroits où eut lieu ce drame s’appelle toujours ‘’le rocher de l’hécatombe’’. L’endroit où fut dressé le campement du corps expéditionnaire s’appelle, lui, le rocher du caïd”, est-il expliqué dans le livre. “À travers ces personnages qui avaient une existence réelle, et les autres que j’ai imaginés avec toute la liberté que permet la fiction, j’ai tenté de reconstruire cette histoire qui serait le reflet de plusieurs versions racontées par les gens de cette région et qui va au-delà même du jour du massacre mais jusqu’à la reconstruction du village.”
Né en 1965 à Tigzirt en Kabylie, Lounès Ghezali est un représentant commercial. Autodidacte, passionné de lecture, il passe aujourd’hui à l’écriture.

K. Tighilt
Roman Le rocher de l’hécatombe de Ghezali Lounès. Éditions “La Pensée”, 2017.

l’article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

Une

L’histoire occultée de la tyrannie du régime turc en Algérie

Par philhadj Temps de lecture: 2 min
0