Accueil / actualite / L’hypothèse de l’acte criminel écartée
Le procureur de la République de Mila, Abdelaziz Boughaba, confirme la mort accidentelle du petit Anes Berdjam, retrouvé sans vie le 4 octobre dernier dans un ravin de la cité El-Kouf de Mila.

L’hypothèse de l’acte criminel écartée

Le procureur de la République de Mila, Abdelaziz Boughaba, confirme la mort accidentelle du petit Anes Berdjam, retrouvé sans vie le 4 octobre dernier dans un ravin de la cité El-Kouf de Mila. Selon M. Boughaba, le garçonnet n’a pas été tué comme soupçonné, mais il est mort suite à une chute dans un cours d’eau. Rapportant les résultats de l’enquête menée par les services de sécurité et les résultats des analyses scientifiques effectuées par les médecins légistes et le laboratoire de criminologie de la Gendarmerie nationale, le procureur de Mila révèle : “Aucune trace de violence physique ou de sévices sexuels n’ont été décelées sur le cadavre du petit Anes Berdjam.” M. Boughaba précise que le corps sans vie du petit Anes a été retrouvé couvert d’algues qui se sont développées sur ses vêtements, “une végétation qui était d’une certaine hauteur, ce qui consolide l’idée que le cadavre était à cet endroit depuis quelque temps”.
Les analyses de laboratoire réalisées sur les vêtements de l’enfant n’ont, pour leur part, décelé aucune trace ou empreinte de personne étrangère. “L’hypothèse de l’acte criminel est désormais écartée”, conclut-il. Rappelons que le petit Anes Berdjam, âgé de 5 ans, avait disparu le 15 septembre dernier, au quartier El-Kouf à Mila, et il a été retrouvé mort le 4 octobre, dans un ravin à une trentaine de mètres du domicile de ses grands-parents.

Kamel B.

Article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

L’hypothèse de l’acte criminel écartée

Par philhadj Temps de lecture: 1 min
0