Accueil / Une / L’inquiétant cas Gourcuff à régler au plus vite
Si ce n’est du mépris, c’est de l’insouciance. Dans le meilleur des cas, ce serait une dérobade inconcevable à ce niveau. Dans le pire, ce serait un manque d’implication passible, sous d’autres cieux plus regardants sur le respect des engagements contractuels, de sanctions pouvant aller jusqu’au licenciement. C’est que, en refusant de répondre aux questions pourtant claires à propos de son avenir, Christian Gourcuff a fait preuve d’hésitations aux conséquences incertaines et réciproquement dommageables. Pour son statut de sélectionneur, tout d’abord, qui s’en trouve fragilisé par une telle sortie de route silencieuse au moment où tous ses joueurs venaient de lui témoigner, à la face de l’Algérie tout entière, leur indéfectible soutien. Au moment où Feghouli formait une chaîne avec ses coéquipiers pour aller l’enlacer après l’ouverture du score et que ses Verts sortaient d’une soirée parfaite avec sept buts passés à l’Éthiopie, le Breton, apparemment têtu comme le veut la légende, s’est refusé à tout commentaire comme si tout ce qui venait de se passer sur l’échelle émotionnelle ne le concernait pas. Cette situation ubuesque installerait, ensuite, un suspense malvenu au sein de l’équipe nationale alors que les toujours exigeantes éliminatoires de la Coupe du monde se profilent déjà à l’horizon. Pendant qu’elle composterait vraisemblablement, ce mardi, son billet pour la CAN gabonaise de l’hiver prochain, la sélection ne saurait, ainsi, même pas si son patron technique réoccupera mercredi son domicile à Alger où ferait définitivement ses bagages pour la France.À la FAF donc de réparer cette bizarrerie institutionnelle qui décrédibilise, pour le moment, le projet à moyen terme tel que vendu aux masses populaires par son président Mohamed Raouraoua. D’autant plus que, outre son obstination à maintenir le flou à propos de son avenir à la tête de la sélection DZ, côté terrain, le même Christian Gourcuff a également rendu une copie, pour le moins que l’on puisse dire, discutable. “Du soutien des joueurs, il ne pourrait en être autrement pour des éléments qui savent qu’ils doivent à certains paramètres extra-sportifs leur titularisation vendredi soir”, commentera, à ce sujet, un ancien international à l’œil avisé qui “ne comprend, du reste, toujours pas pourquoi Sofiane Feghouli et Yacine Brahimi doivent obligatoirement être titulaires en dépit de leur baisse de forme”. Des exemples concrets de manquements à la logique dont s’est rendu coupable le Breton mais qu’il a, lui-même, corrigé en seconde période, se déjugeant gravement aux yeux de l’opinion sportive qui a beaucoup plus apprécié le rythme des Verts avec un intenable Ryad Boudebouz aux commandes du jeu et le précieux Rachid Ghezzal comme détonateur que l’animation au ralenti de Feghouli et le peu d’inspiration de Brahimi. Tuant la concurrence, adoubant un onze inchangé connu de tous une semaine avant le coup d’envoi et foulant aux pieds tout principe de fidélité au poste et respect des engagements à travers une communication aussi perfide que mal formulée, Christian Gourcuff n’a, visiblement, pas la tête de l’emploi pour une responsabilité aussi grande que celle de mener cette EN clés en main grâce à une exceptionnelle génération aux succès espérés. Le point du groupe Algérie - Éthiopie 7-1 Seychelles - Lesotho 2-0 Classement Pts J G N P bp bc dif 1. Algérie 9 3 3 0 0 14 2 +12 2. Éthiopie 4 3 1 1 1 4 9 -5 3. Seychelles 4 3 1 1 1 3 5 -2 4. Lesotho 0 3 0 0 3 2 7 -5 Il reste à jouer 29/03 : Éthiopie - Algérie 30/03 : Lesotho - Seychelles 03/06 : Lesotho - Éthiopie 03/06 : Seychelles - Algérie 02/09 : Éthiopie - Seychelles 02/09 : Algérie - Lesotho

L’inquiétant cas Gourcuff à régler au plus vite

Si ce n’est du mépris, c’est de l’insouciance. Dans le meilleur des cas, ce serait une dérobade inconcevable à ce niveau. Dans le pire, ce serait un manque d’implication passible, sous d’autres cieux plus regardants sur le respect des engagements contractuels, de sanctions pouvant aller jusqu’au licenciement.
C’est que, en refusant de répondre aux questions pourtant claires à propos de son avenir, Christian Gourcuff a fait preuve d’hésitations aux conséquences incertaines et réciproquement dommageables.
Pour son statut de sélectionneur, tout d’abord, qui s’en trouve fragilisé par une telle sortie de route silencieuse au moment où tous ses joueurs venaient de lui témoigner, à la face de l’Algérie tout entière, leur indéfectible soutien.
Au moment où Feghouli formait une chaîne avec ses coéquipiers pour aller l’enlacer après l’ouverture du score et que ses Verts sortaient d’une soirée parfaite avec sept buts passés à l’Éthiopie, le Breton, apparemment têtu comme le veut la légende, s’est refusé à tout commentaire comme si tout ce qui venait de se passer sur l’échelle émotionnelle ne le concernait pas. Cette situation ubuesque installerait, ensuite, un suspense malvenu au sein de l’équipe nationale alors que les toujours exigeantes éliminatoires de la Coupe du monde se profilent déjà à l’horizon.
Pendant qu’elle composterait vraisemblablement, ce mardi, son billet pour la CAN gabonaise de l’hiver prochain, la sélection ne saurait, ainsi, même pas si son patron technique réoccupera mercredi son domicile à Alger où ferait définitivement ses bagages pour la France.À la FAF donc de réparer cette bizarrerie
institutionnelle qui décrédibilise, pour le moment, le projet à moyen terme tel que vendu aux masses populaires par son président Mohamed Raouraoua.
D’autant plus que, outre son obstination à maintenir le flou à propos de son avenir à la tête de la sélection DZ, côté terrain, le même Christian Gourcuff a également rendu une copie, pour le moins que l’on puisse dire, discutable. “Du soutien des joueurs, il ne pourrait en être autrement pour des éléments qui savent qu’ils doivent à certains paramètres extra-sportifs leur titularisation vendredi soir”, commentera, à ce sujet, un ancien international à l’œil avisé qui “ne comprend, du reste, toujours pas pourquoi Sofiane Feghouli et Yacine Brahimi doivent obligatoirement être titulaires en dépit de leur baisse de forme”. Des exemples concrets de manquements à la logique dont s’est rendu coupable le Breton mais qu’il a, lui-même, corrigé en seconde période, se déjugeant gravement aux yeux de l’opinion sportive qui a beaucoup plus apprécié le rythme des Verts avec un intenable Ryad Boudebouz aux commandes du jeu et le précieux Rachid Ghezzal comme détonateur que l’animation au ralenti de Feghouli et le peu d’inspiration de Brahimi.
Tuant la concurrence, adoubant un onze inchangé connu de tous une semaine avant le coup d’envoi et foulant aux pieds tout principe de fidélité au poste et respect des engagements à travers une communication aussi perfide que mal formulée, Christian Gourcuff n’a, visiblement, pas la tête de l’emploi pour une responsabilité aussi grande que celle de mener cette EN clés en main grâce à une exceptionnelle génération aux succès espérés.

Le point du groupe
Algérie – Éthiopie 7-1
Seychelles – Lesotho 2-0
Classement Pts J G N P bp bc dif
1. Algérie 9 3 3 0 0 14 2 +12
2. Éthiopie 4 3 1 1 1 4 9 -5
3. Seychelles 4 3 1 1 1 3 5 -2
4. Lesotho 0 3 0 0 3 2 7 -5
Il reste à jouer
29/03 : Éthiopie – Algérie
30/03 : Lesotho – Seychelles
03/06 : Lesotho – Éthiopie
03/06 : Seychelles – Algérie
02/09 : Éthiopie – Seychelles
02/09 : Algérie – Lesotho

l’article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

Une

L’inquiétant cas Gourcuff à régler au plus vite

Par philhadj Temps de lecture: 3 min
0