Accueil / Une / Maroc : l’opposition crie au scandale
Qualifiant la décision du gouvernement Benkirane de fixer la date des élections législatives d’“unilatérale”, l’opposition marocaine continue à la rejeter, à l’image du Front des forces démocratiques, qui a exprimé lors de la réunion de son secrétariat général son “rejet de cette décision qui reste arbitraire”. Il a également appelé à “un dialogue national autour des prochaines élections législatives”. De son côté, le premier secrétaire de l'Union socialiste Idris Lachker considère que la manière dont le gouvernement a fixé la date de la prochaine échéance électorale “remet en question le projet dans son intégralité”. Il a fait état d'un “plan qui vise à renforcer la position du parti au pouvoir (Parti de la justice et du développement) face aux autres partis, car il est inconcevable que le chef du gouvernement ignore les institutions constitutionnelles et opte pour une réunion interne de son parti” pour annoncer la date des élections. L’opposition est d’autant plus contrariée, car le gouvernement a adopté le décret fixant la date des élections législatives pour le 7 octobre prochain. Les candidatures devant être déposées entre le 14 et le 23 septembre et la campagne électorale organisée du 24 septembre au 6 octobre. M. T./Agences

Maroc : l’opposition crie au scandale

Qualifiant la décision du gouvernement Benkirane de fixer la date des élections législatives d’“unilatérale”, l’opposition marocaine continue à la rejeter, à l’image du Front des forces démocratiques, qui a exprimé lors de la réunion de son secrétariat général son “rejet de cette décision qui reste arbitraire”. Il a également appelé à “un dialogue national autour des prochaines élections législatives”. De son côté, le premier secrétaire de l'Union socialiste Idris Lachker considère que la manière dont le gouvernement a fixé la date de la prochaine échéance électorale “remet en question le projet dans son intégralité”. Il a fait état d'un “plan qui vise à renforcer la position du parti au pouvoir (Parti de la justice et du développement) face aux autres partis, car il est inconcevable que le chef du gouvernement ignore les institutions constitutionnelles et opte pour une réunion interne de son parti” pour annoncer la date des élections. L’opposition est d’autant plus contrariée, car le gouvernement a adopté le décret fixant la date des élections législatives pour le 7 octobre prochain. Les candidatures devant être déposées entre le 14 et le 23 septembre et la campagne électorale organisée du 24 septembre au 6 octobre.

M. T./Agences

l’article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

Une

Maroc : l’opposition crie au scandale

Par philhadj Temps de lecture: 1 min
0