Accueil / Une / Microsoft renoue avec ses anciennes méthodes
Le CEO de Microsoft, Satya Nadella, est sur les traces de Bill Gates. Il renoue avec des méthodes d’une autre époque qui rappelle la disparition de Netscape Navigator torpillé par la firme de Redmond pour imposer Internet Explorer sur les PC(...)

Microsoft renoue avec ses anciennes méthodes

Le CEO de Microsoft, Satya Nadella, est sur les traces de Bill Gates. Il renoue avec des méthodes d’une autre époque qui rappelle la disparition de Netscape Navigator torpillé par la firme de Redmond pour imposer Internet Explorer sur les PC fonctionnant sous Windows 95. Cette fois c’est son nouveau browser Edge que Microsoft veut imposer contre Firefox ou Chrome.

Chassez le naturel, il revient au galop. L’esprit Microsoft n’a finalement pas changé comme beaucoup pourrait le penser. Le plus grand éditeur de logiciels veut imposer aux utilisateurs du PC sous Windows 10, son récent système d’exploitation pour PC, de naviguer sur Internet avec son nouveau browser Edge, qui remplace Internet Explorer, contre Firefox (l’ancêtre de Netscape) et Chrome de Google.
Microsoft Windows 10 étant tout récemment mis en ligne, il va de soit que cela prendra du temps pour que les utilisateurs PC l’adoptent. Il faudra encore plus de temps pour ceux qui l’ont téléchargé de fonctionner exclusivement avec les offres de logiciels qu’il propose. Cela restera une affaire de “feeling”. Continuer à naviguer sur Internet avec Chrome de Google, et hésiter à passer vers Edge de Microsoft semble tout à fait logique étant donné que cela fait très longtemps déjà que les utilisateurs PC ne naviguent plus via Internet Explorer dont la part de marché continuer de chuter. Selon StatCounter, la part de marché d’Internet Explorer dans l’environnement des Desktop (ordinateurs de bureaux) est passée de 19,96% à 17,83% entre le 2e et le 3e trimestre 2015. Alors que celle de Google Chrome ne cesse d’augmenter passant de 52,7% à 56,13% durant la même période. Même Firefox qui connaît lui aussi des difficultés, sa part de marché est restée stable aux environs de 17,3%. Edge devrait aussi équiper les versions mobiles (smartphones et tablettes) de Windows 10.

Un libre choix refusé aux usagers de Win10
Si les utilisateurs de Windows 10 optent pour Edge ou tout autre logiciel compris dans le nouveau système d’exploitation de Microsoft, cela doit rester un choix librement consenti. Mais voilà que Microsoft préfère forcer ce choix. La méthode passe au harcèlement. Dans la toute dernière version de Windows 10 (Build 10568), Microsoft a ajouté une nouvelle invite qui apparaît chaque fois que vous essayez de passer loin des applications par défaut, y compris le navigateur Microsoft Edge. Si vous êtes déjà sur Windows 10 et que vous avez Edge comme navigateur par défaut, et que vous tentez d’installer un rival, comme Chrome ou Firefox, et le rendre navigateur par défaut, une fenêtre s’ouvre pour vous inviter à “Donner un coup à Edge”, de “Ne pas changer” et d’essayer “Maintenant”. Mozilla a déjà fait savoir qu’il n’est pas heureux de cette méthode qu’il qualifie d’agressive “pour remplacer le choix de l'utilisateur” de son browser par défaut. Et même lorsque l’utilisateur de Windows 10 s’entête à garder son ancien navigateur par défaut, il lui faudra galérer pour confirmer ce choix. C’est ce qu’explique Chris Beard, le PDG de Mozilla, dans une lettre ouverte au PDG de Microsoft, Satya Nadella, dans laquelle il décrit cette galère. “Il faut maintenant plus de deux fois le nombre de clics de souris, de faire défiler le contenu, et une certaine sophistication technique pour les personnes pour réaffirmer les choix qu'ils avaient déjà faites lors de versions antérieures de Windows”, affirme Barbe pour qui cette démarche est “déroutante, difficile à naviguer et facile de s’y perdre”. Mozilla a même créé une vidéo pour montrer la quantité de clics nécessaires pour définir Firefox comme navigateur par défaut.

Objectif : un milliard d’utilisateurs Win10
Entre avril et septembre 2015, la part de marché mondiale de Windows 10 a grimpé à 7,64%. Aux États-Unis, la part de Win10 avoisine les 9%, contre 7% en Chine, 10,33% en Europe, 4,85% en Asie et quasiment 0% en Afrique, selon StatCounter. Cette importante avancée mondiale de Win10 s’explique par le fait que le nouveau système d’exploitation est proposé en mise à jour gratuite de Windows 7 et 8 dont la part de marché a baissé en même temps. Microsoft s’est fixé comme objectif d’atteindre un milliard d’appareils utilisant de déploiement de Windows 10 dans le monde entier. Pour cela, la firme de Redmond met les bouchées doubles. La semaine dernière le géant du logiciel a fait une erreur, ce qui a entraîné l'installation automatique de Windows 10 sur les ordinateurs d’utilisateurs de Windows 7 et Windows 8/8.1, ne donnant aucune option pour les utilisateurs d'annuler ou de refuser cette mise à niveau.
Si Microsoft a les moyens d’imposer Windows 10 aux utilisateurs du PC, il n’est pas certain que cette démarche revisitée puisse faire gagner à la firme des parts de marché pour ses autres logiciels dont son navigateur web, Edge. L’expérience a montré que dès que les utilisateurs ont le choix, ils optent pour d’autres logiciels. La mort programmée de Netscape n’a pas permis à Internet Explorer de dominer le marché qui a vite “switché” vers les offres open source qui s’offraient à lui comme Firefox et Chrome.

A. Z.

l’article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

Une

Microsoft renoue avec ses anciennes méthodes

Par philhadj Temps de lecture: 4 min
0