Accueil / Une / “Oran, désaltère-moi de la source de ta tendresse”, de Zohra Berriah
L'histoire, le patrimoine et la beauté d'Oran sont abordés dans un nouveau recueil poétique Wahran, arwini min nabaa hananek

“Oran, désaltère-moi de la source de ta tendresse”, de Zohra Berriah

L'histoire, le patrimoine et la beauté d'Oran sont abordés dans un nouveau recueil poétique Wahran, arwini min nabaa hananek (Oran, désaltère-moi de la source de ta tendresse), de l’écrivaine et journaliste Zohra Berriah. Cette publication comporte dix-neuf poèmes chantant Oran, sa splendeur et son hospitalité, inspirant les artistes et hommes de lettres, a souligné la poétesse en marge d'une cérémonie de vente-dédicace organisée dans le cadre du Salon national du livre qui se poursuit jusqu’à dimanche prochain à Oran. Edité par la maison Anwar El Maarifa d’Oran, cet ouvrage de 90 pages présente les sites archéologiques et historiques et les plages pittoresques d’Oran. Un poème, entre autres, décrit les îles Habibas, “ses vagues sans masques” et “ses mouettes”. La journaliste Zohra Berriah, qui anime la rubrique culturelle du quotidien arabophone El Djoumhouria paraissant à Oran, exprime son grand amour et sa passion pour sa ville (Oran) dans des poèmes Djazaïria anti (Algérienne) et Oran, mon amour éternel. Dans la préface, l’universitaire Bachir Bouyedjra assimile cet ouvrage à un album renvoyant dans une touche poétique à la beauté d’Oran. Zohra Berriah a, à son actif, un autre ouvrage intitulé “Douce force de la révolution algérienne” publié par la même maison d’édition, reproduisant 100 témoignages de moudjahidate. “Cet ouvrage constitue un hommage aux chouhada de la guerre de libération nationale et à la femme algérienne”, a souligné la poétesse. La journaliste, qui a remporté plusieurs prix et diplômes à l'échelle nationale et internationale, a également publié chez Dar El-Gharb et Dar El-Qods d’autres ouvrages dont Quais d’un amour froid et Ton nom Palestine.

APS

l’article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

Une

“Oran, désaltère-moi de la source de ta tendresse”, de Zohra Berriah

Par philhadj Temps de lecture: 1 min
0