Accueil / actualite / Sellal insiste sur l’intégration et l’exportation
Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a procédé, hier, à l’inauguration de la 50e Foire internationale d’Alger. À travers les stands qu’il a visités, le Premier ministre a tenu le même discours, à savoir la production, l’intégration, le partenariat et l’exportation. Sellal a, à chacun de ses passages à un stand national, souligné l’importance de l’intégration et de la productivité. C’est notamment le cas au stand de l’Enie où il a émis des réserves sur la capacité de production de panneaux photovoltaïques, d’autant que, selon lui, l’option des énergies renouvelable est bien ancrée dans la stratégie de l’État. Automobile : 1/6 de la production sera exporté Concernant l’industrie mécanique, le Premier ministre a insisté sur le fait de booster le taux d’intégration, ajoutant que le prochain cahier des charges imposera un taux d’intégration conséquent avec en prime l’obligation d’exporter 1/6 de la production à la quatrième année. Le Premier ministre a également demandé d’accélérer l’aboutissement des investissements, à l’instar de ceux conclus avec les Américains dans l’élevage et l’agroalimentaire. Il a aussi inauguré le musée de la FIA, conçu pour retracer l’historique de cette manifestation économique internationale à travers essentiellement des expositions de photos et d’anciennes affiches de cette manifestation. La 50e FIA, qui se tient jusqu’au 13 mai, est placée sous le thème “50 ans au service de l’économie algérienne”. “À sa demande”, la Russie est l’invitée d’honneur. Elle est représentée par une trentaine d’entreprises. En termes de chiffres, le volume des échanges commerciaux et économiques entre les deux pays est passé, entre 2007 et 2017, de 700 millions à 4 milliards de dollars. La Biélorussie, elle, participe pour la première fois. Cette édition de la Foire internationale d’Alger (FIA) a ouvert ses portes, hier, au Palais des expositions (Pins-Maritimes) avec la participation de 536 entreprises algériennes et 494 étrangères en provenance de 34 pays avec 28 pavillons officiels. La participation étrangère à titre individuel regroupera, pour sa part, 30 sociétés sur une superficie de 245 m2, provenant de 11 pays. Cette édition se positionne en droite ligne de la nouvelle dimension de la FIA adoptée depuis 2010, qui se focalise essentiellement sur l’investissement et le renforcement du partenariat avec les entreprises étrangères, au lieu d’un aspect plutôt commercial auparavant. C’est ainsi que par secteur, l’espace réservé au partenariat arrive en tête avec 93 exposants, suivi du secteur de l’agroalimentaire (70 entreprises), de l’industrie énergétique, chimique et pétrochimique (69 entreprises), de l’électrique et de l’électronique (36 entreprises), des industries manufacturées (28 entreprises), de la mécanique, de la sidérurgie et de la métallurgie (38 entreprises), des services (59 entreprises), des grands travaux du bâtiment (18 entreprises). Saïd Smati

Sellal insiste sur l’intégration et l’exportation

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a procédé, hier, à l’inauguration de la 50e Foire internationale d’Alger. À travers les stands qu’il a visités, le Premier ministre a tenu le même discours, à savoir la production, l’intégration, le partenariat et l’exportation. Sellal a, à chacun de ses passages à un stand national, souligné l’importance de l’intégration et de la productivité. C’est notamment le cas au stand de l’Enie où il a émis des réserves sur la capacité de production de panneaux photovoltaïques, d’autant que, selon lui, l’option des énergies renouvelable est bien ancrée dans la stratégie de l’État.

Automobile : 1/6 de la production sera exporté
Concernant l’industrie mécanique, le Premier ministre a insisté sur le fait de booster le taux d’intégration, ajoutant que le prochain cahier des charges imposera un taux d’intégration conséquent avec en prime l’obligation d’exporter 1/6 de la production à la quatrième année. Le Premier ministre a également demandé d’accélérer l’aboutissement des investissements, à l’instar de ceux conclus avec les Américains dans l’élevage et l’agroalimentaire.
Il a aussi inauguré le musée de la FIA, conçu pour retracer l’historique de cette manifestation économique internationale à travers essentiellement des expositions de photos et d’anciennes affiches de cette manifestation. La 50e FIA, qui se tient jusqu’au 13 mai, est placée sous le thème “50 ans au service de l’économie algérienne”. “À sa demande”, la Russie est l’invitée d’honneur. Elle est représentée par une trentaine d’entreprises. En termes de chiffres, le volume des échanges commerciaux et économiques entre les deux pays est passé, entre 2007 et 2017, de 700 millions à 4 milliards de dollars. La Biélorussie, elle, participe pour la première fois. Cette édition de la Foire internationale d’Alger (FIA) a ouvert ses portes, hier, au Palais des expositions (Pins-Maritimes) avec la participation de 536 entreprises algériennes et 494 étrangères en provenance de 34 pays avec 28 pavillons officiels. La participation étrangère à titre individuel regroupera, pour sa part, 30 sociétés sur une superficie de 245 m2, provenant de 11 pays.
Cette édition se positionne en droite ligne de la nouvelle dimension de la FIA adoptée depuis 2010, qui se focalise essentiellement sur l’investissement et le renforcement du partenariat avec les entreprises étrangères, au lieu d’un aspect plutôt commercial auparavant.
C’est ainsi que par secteur, l’espace réservé au partenariat arrive en tête avec 93 exposants, suivi du secteur de l’agroalimentaire (70 entreprises), de l’industrie énergétique, chimique et pétrochimique (69 entreprises), de l’électrique et de l’électronique (36 entreprises), des industries manufacturées (28 entreprises), de la mécanique, de la sidérurgie et de la métallurgie (38 entreprises), des services (59 entreprises), des grands travaux du bâtiment (18 entreprises).

Saïd Smati

Article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

Sellal insiste sur l’intégration et l’exportation

Par philhadj Temps de lecture: 2 min
0