Accueil / actualite / Sénatoriales : la course aux voix ouverte
Si, a priori, rien ne semble être joué d’avance dans cette course aux sièges du Sénat, dont le dépôt des candidatures

Sénatoriales : la course aux voix ouverte

Si, a priori, rien ne semble être joué d’avance dans cette course aux sièges du Sénat, dont le dépôt des candidatures s’est achevé avant-hier soir, avec une profusion de prétendants dans certaines wilayas, dans les grands pôles urbains, on s’achemine plutôt vers des bipolarisations. La course s’annonce très serrée et sera tranchée, dans bien des cas, par les voix déterminantes des indépendants et surtout le travail de coulisses qui a déjà commencé ainsi que le jeu des alliances.

À un peu moins d’une semaine du vote pour le renouvellement partiel du Sénat, le calme et la sérénité prévalent au sein des permanences des partis politiques, notamment ceux dont les sièges se trouvent au centre-ville, à l’instar du FLN et du RND.
À Annaba, à croire que tout est joué et que le nouveau sénateur est tout désigné et qu’il n’y a pas lieu de s’agiter inutilement, comme l’affirment de nombreux observateurs de la scène politique locale. Convaincus de ce qu’ils avancent, ces derniers citent avec insistance le nom du président de l’APW, Laïd Hadji, un élu d’obédience FLN, qui aurait toutes les chances de revêtir le costume de sénateur, au vu de son parcours et de l’estime dont il jouit parmi la population de la wilaya d’Annaba. Ce candidat, qui s’est brillamment illustré lors des primaires de son parti, au début de novembre dernier, serait assuré du soutien de 152 voix d’élus aux APC et à l’APW d’Annaba et de celles des élus PT et du MPA. Un score qui lui permettrait de devancer son principal adversaire, Mohamed Ayad, élu APW du RND. Rappelons que la wilaya d’Annaba compte 250 élus au niveau de l’APW et des 12 communes. À Mila, cinq candidats sont en lice aux sénatoriales du 27 décembre, dont trois indépendants. Le parti majoritaire, le RND, a choisi le maire de la commune d’Oued Talbi Abdelfateh, selon le coordinateur de wilaya du parti, Amar Had Messaoud. Le FLN, lui, table sur Hbila Lamine, un enseignant d’université. Aux côtés de ces trois candidatures, trois autres figures de la scène politique locale se sont présentées à titre d’indépendants malgré leur militantisme au sein de formations politiques depuis de longues années. Il s’agit d’Amar Dakhmouche, P/APC de la commune de Rouached, élu sous la bannière du PT, de Mokhtar Mhazem, avocat et militant invétéré du FLN, et de Mme Benchaoui (MPA), qui occupe actuellement un poste de responsable à l’APC de Mila. À Setif, dès l’annonce des résultats des préliminaires, les deux partis majoritaires dans les assemblées populaires locales de la wilaya, le FLN et le RND, vivent au rythme des tractations visant des accords avec les autres partis détenant une partie des voix. En effet, même si le candidat du FLN, l’actuel président de l’APW, Fateh Kerouani, est donné en pole position. Le FLN veut s’assurer une large victoire contre le candidat du RND, Abdelhakim Rekkeh, un élu de l’APW. Par ailleurs, il est attendu que le positionnement de l’Alliance de l’Algérie verte, du parti Talaie El-Houriyet, de l’ANR et du PT tranche incessamment, certainement en faveur du candidat qui a plus de chance. À Oum El-Bouaghi, les sénatoriales du 29 décembre se feront avec 6 candidats. Il s'agit pour le parti du FLN, d’Abdeslem Remache, actuel P/APW, de Lazhar Chebili, coordinateur du bureau de wilaya du RND et vice-président de l'APW, alors que le candidat du FFS est Nedjaoum Kamel, membre de l'APC d’Aïn Diss. Trois autres candidats indépendants sont en lice, il s’agit de Benbout Abderzak, P/APC d'El-Harmlia — battu lors des primaires du FLN —, Bouafia Boubakeur, élu APW, et enfin Kemache Tayeb, élu de l'APC d’Aïn Kercha. Enfin, à Jijel, c’est encore le flou, sauf pour le candidat du FLN Abdelah Bouzekria, qui a recueilli le suffrage de ses pairs lors des primaires qui l’ont opposé à Yazid Abdellah, président de l’APC de Jijel. Pour ce qui est des autres candidats qui ont affiché leur intention de se lancer dans la course, on apprendra que l’actuel président de l’APW, Ahcen Boufak, figure sur la liste. Élu du Mouvement des nationalistes libres, il aura sur son chemin son vice-président Halim Latrache, qui n’est autre que le représentant du parti RND, choisi par consensus. Il y a lieu de préciser que la wilaya de Jijel possède deux sièges au Sénat.

Correspondants

Article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

Sénatoriales : la course aux voix ouverte

Par philhadj Temps de lecture: 3 min
0