Accueil / actualite / Système LMD : le constat d’échec
Les travaux de la conférence nationale sur l’évaluation du système LMD (licence-mastère-doctorat) se sont ouverts hier au Palais des nations, Club-des-Pins, à Alger.

Système LMD : le constat d’échec

Les travaux de la conférence nationale sur l’évaluation du système LMD (licence-mastère-doctorat) se sont ouverts hier au Palais des nations, Club-des-Pins, à Alger. L’objectif assigné à cette rencontre est, notamment, la “correction” des dysfonctionnements de ce système qui n’arrive pas à tirer vers le haut l’université algérienne, toujours à la traîne selon les différents classements internationaux. “Le but de cette conférence est de relever les forces et les faiblesses enregistrées sur ce système (LMD), afin d’en renforcer les acquis et corriger les dysfonctionnements”, reconnaît, en effet, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Tahar Hadjar. Dans son allocution prononcée à la cérémonie inaugurale de cette conférence à laquelle participent quelque 800 universitaires, le ministre a, néanmoins, estimé que “le recours constant à l’évaluation n'est pas propre à l’université algérienne, mais est l'apanage de toutes les universités dans le monde qui ont opté pour le système LMD”, en rappelant l’évidence que “tout système est, constamment, sujet à évaluation en vue de son amélioration”. Parmi les carences du système LMD, qui reste encore loin de faire l’unanimité, M. Hadjar avoue que “ce système a montré quelques dysfonctionnements dans son application”. Il citera, notamment, l'exemple de la pléthore de licences qui était à l’origine d’“une mauvaise visibilité de ce titre au niveau des secteurs utilisateurs”. Il a indiqué, toutefois, que “cette carence a amené le secteur à réviser les programmes de formation des 1re et 2e années, ce qui a permis de réduire le nombre de licences, qui était de 5 000, à 176 seulement”. Dans l’optique d’améliorer l’efficacité du système et, par ricochet, de relever le niveau de l’université algérienne, le ministre s’est montré généreux à l’égard des universitaires et des partenaires de l’université qu’il a appelés, à cette occasion, à contribuer à cette tâche. “Cette rencontre est une opportunité de parvenir à des approches de remédiation adéquates. Ce travail nécessite l’apport de l’ensemble des acteurs de l’université algérienne et de ses partenaires afin de permettre à celle-ci de jouer le rôle qui lui sied dans le développement global de la société”, a-t-il souhaité.

Synthèse F. A.

Article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

Système LMD : le constat d’échec

Par philhadj Temps de lecture: 2 min
0