Accueil / actualite / Une activité prometteuse à Médéa
L’activité aquacole est en voie de connaître un grand essor après le lancement en production de l’important projet de réalisation d’une ferme aquacole à Benchicao, sise à 16 km au sud-est du chef-lieu de wilaya. En effet, la Sarl Titteri qui a entrepris les travaux de réfection d’une ancienne cave, produira à terme l’équivalent de 100 tonnes par an d’espèces de poisson destinées à la consommation. Selon Khali Mohamed Kheireddine, chargé de la gestion de l’antenne de la pêche et des ressources halieutiques de la wilaya de Médéa, la Sarl Titteri se spécialisera dans l’élevage de poisson, notamment l’espèce tilapia du Nil et l’espèce poisson-chat. Le projet n’entrera en production qu’en 2018 pour des facteurs liés à l’occupation d’une aile par une construction illicite et au manque d’eau, faute d’obtention d’une autorisation de pompage des eaux d’une retenue collinaire. En outre, des demandes d’investissement sont en cours d’étude pour la réalisation de projets aquacoles dans des plans d’eau alors qu’une opération de recensement et de classification concernant 7 barrages et 5 retenues collinaires est menée afin de déterminer leur adéquation pour l’accueil de l’activité aquacole, est-il indiqué. Concernant le volet relatif à l’intégration de l’aquaculture dans l’agriculture, 11 bassins d’élevage ont été créés et pas moins de 150 bassins d’irrigation sont recensés en vue d’être utilisés pour les besoins de l’ensemencement, dans le cadre du projet de démocratisation de l’aquaculture d’eau douce Prodac 2035. D’ailleurs, il est attendu cette année une production d’environ 1 860 kg composée de carpe qui est une espèce importée et du barbeau qui est une espèce autochtone. Au volet de la pêche continentale, l’activité n’ayant suscité que peu d’attrait pour les pêcheurs, sera relancée grâce aux projets d’investissement réalisés dans le cadre de financements Ansej pour la pêche dans les eaux du barrage de Ghrib à Aïn Defla. À cela, s’ajoute l’attribution dans le cadre de la concession de 2 projets de pêche continentale au niveau du barrage de Ladrat, commune de Sidi-Naâmane, à 45 km à l’est du chef-lieu de wilaya. Cependant, le barrage de Ladrat est, depuis quelque temps, déjà exposé au risque de pollution du fait des rejets déversés par l’importante agglomération d’El-Omaria située en amont, risque auquel aucune solution immédiate n’a été trouvée. M. EL BEY

Une activité prometteuse à Médéa

L’activité aquacole est en voie de connaître un grand essor après le lancement en production de l’important projet de réalisation d’une ferme aquacole à Benchicao, sise à 16 km au sud-est du chef-lieu de wilaya. En effet, la Sarl Titteri qui a entrepris les travaux de réfection d’une ancienne cave, produira à terme l’équivalent de 100 tonnes par an d’espèces de poisson destinées à la consommation.
Selon Khali Mohamed Kheireddine, chargé de la gestion de l’antenne de la pêche et des ressources halieutiques de la wilaya de Médéa, la Sarl Titteri se spécialisera dans l’élevage de poisson, notamment l’espèce tilapia du Nil et l’espèce poisson-chat. Le projet n’entrera en production qu’en 2018 pour des facteurs liés à l’occupation d’une aile par une construction illicite et au manque d’eau, faute d’obtention d’une autorisation de pompage des eaux d’une retenue collinaire.
En outre, des demandes d’investissement sont en cours d’étude pour la réalisation de projets aquacoles dans des plans d’eau alors qu’une opération de recensement et de classification concernant 7 barrages et 5 retenues collinaires est menée afin de déterminer leur adéquation pour l’accueil de l’activité aquacole, est-il indiqué. Concernant le volet relatif à l’intégration de l’aquaculture dans l’agriculture, 11 bassins d’élevage ont été créés et pas moins de 150 bassins d’irrigation sont recensés en vue d’être utilisés pour les besoins de l’ensemencement, dans le cadre du projet de démocratisation de l’aquaculture d’eau douce Prodac 2035.
D’ailleurs, il est attendu cette année une production d’environ 1 860 kg composée de carpe qui est une espèce importée et du barbeau qui est une espèce autochtone. Au volet de la pêche continentale, l’activité n’ayant suscité que peu d’attrait pour les pêcheurs, sera relancée grâce aux projets d’investissement réalisés dans le cadre de financements Ansej pour la pêche dans les eaux du barrage de Ghrib à Aïn Defla. À cela, s’ajoute l’attribution dans le cadre de la concession de 2 projets de pêche continentale au niveau du barrage de Ladrat, commune de Sidi-Naâmane, à 45 km à l’est du chef-lieu de wilaya. Cependant, le barrage de Ladrat est, depuis quelque temps, déjà exposé au risque de pollution du fait des rejets déversés par l’importante agglomération d’El-Omaria située en amont, risque auquel aucune solution immédiate n’a été trouvée.

M. EL BEY

Article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

Une activité prometteuse à Médéa

Par philhadj Temps de lecture: 2 min
0