Accueil / actualite / Une dizaine de blessés dans des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre
Des affrontements ont opposé vendredi les habitants du quartier Sonatra de la ville de Béchar et des migrants subsahariens à la suite d’une tentative d'agression des jeunes ressortissants de différentes nationalités africaines sur une fillette âgée de 9 ans. Les résidents de cette cité ont manifesté dans la rue pour exiger l'expulsion des migrants subsahariens venus de plusieurs pays (Angola, Sénégal, Congo, Côte d’Ivoire) et qui résident depuis plusieurs mois dans des locaux commerciaux abandonnés. Les manifestants ont procédé à la fermeture des routes reliant leur cité au centre-ville. Ces axes ont été barricadés. Les affrontements, qui ont duré plusieurs heures, ont causé des blessures à une dizaine de personnes parmi les habitants. En fin de journée, des échauffourées ont eu lieu entre les manifestants et les forces de l'ordre qui ont tenté de disperser la foule en usant de gaz lacrymogènes. Après ces échauffourées qui ont duré plusieurs heures, un calme précaire régnait la nuit à Béchar. Selon un fonctionnaire qui a requis l'anonymat, les autochtones de cette cité ont adressé plusieurs requêtes à la wilaya pour dénoncer la situation qui prévaut dans ces lieux, qui sont devenus, selon eux, une source de tous les maux sociaux (drogue, alcool, prostitution, vol…), mais malheureusement personne n’a bougé le petit doigt. Lors de notre visite dans ce quartier, nous avons constaté que ces Subsahariens ont été délocalisés par les autorités locales, dans la nuit de vendredi à samedi, en attendant leur probable expulsion vers leurs pays. Cette information a été confirmée par les habitants, qui ont déclaré que cette sage décision a un double objectif : assurer la sécurité de ces ressortissants et rendre à cette cité son lustre d'antan. Sur les lieux, un membre actif de la société civile nous a déclaré que les autorités doivent affecter ces locaux, soit aux jeunes qui veulent travailler pour les encourager et diminuer le taux de chômage, soit aux associations actives pour les regrouper et faciliter le contact avec elles. Ces étrangers, qui travaillent clandestinement chez des privés, ont donné un nouveau souffle au développement de cette wilaya, malheureusement, ils sont devenus la source de plusieurs problèmes sanitaires et sécuritaires dans cette région. Outre le risque de constituer des vecteurs de maladies, parce que n’étant pas contrôlés, ces migrants subsahariens sont difficilement identifiables en cas d'agression ou de vol. R. R.

Une dizaine de blessés dans des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre

Des affrontements ont opposé vendredi les habitants du quartier Sonatra de la ville de Béchar et des migrants subsahariens à la suite d’une tentative d'agression des jeunes ressortissants de différentes nationalités africaines sur une fillette âgée de 9 ans. Les résidents de cette cité ont manifesté dans la rue pour exiger l'expulsion des migrants subsahariens venus de plusieurs pays (Angola, Sénégal, Congo, Côte d’Ivoire) et qui résident depuis plusieurs mois dans des locaux commerciaux abandonnés. Les manifestants ont procédé à la fermeture des routes reliant leur cité au centre-ville. Ces axes ont été barricadés. Les affrontements, qui ont duré plusieurs heures, ont causé des blessures à une dizaine de personnes parmi les habitants.
En fin de journée, des échauffourées ont eu lieu entre les manifestants et les forces de l'ordre qui ont tenté de disperser la foule en usant de gaz lacrymogènes. Après ces échauffourées qui ont duré plusieurs heures, un calme précaire régnait la nuit à Béchar. Selon un fonctionnaire qui a requis l'anonymat, les autochtones de cette cité ont adressé plusieurs requêtes à la wilaya pour dénoncer la situation qui prévaut dans ces lieux, qui sont devenus, selon eux, une source de tous les maux sociaux (drogue, alcool, prostitution, vol…), mais malheureusement personne n’a bougé le petit doigt. Lors de notre visite dans ce quartier, nous avons constaté que ces Subsahariens ont été délocalisés par les autorités locales, dans la nuit de vendredi à samedi, en attendant leur probable expulsion vers leurs pays.
Cette information a été confirmée par les habitants, qui ont déclaré que cette sage décision a un double objectif : assurer la sécurité de ces ressortissants et rendre à cette cité son lustre d'antan. Sur les lieux, un membre actif de la société civile nous a déclaré que les autorités doivent affecter ces locaux, soit aux jeunes qui veulent travailler pour les encourager et diminuer le taux de chômage, soit aux associations actives pour les regrouper et faciliter le contact avec elles. Ces étrangers, qui travaillent clandestinement chez des privés, ont donné un nouveau souffle au développement de cette wilaya, malheureusement, ils sont devenus la source de plusieurs problèmes sanitaires et sécuritaires dans cette région. Outre le risque de constituer des vecteurs de maladies, parce que n’étant pas contrôlés, ces migrants subsahariens sont difficilement identifiables en cas d'agression ou de vol.

R. R.

Article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

Une dizaine de blessés dans des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre

Par philhadj Temps de lecture: 2 min
0