Accueil / actualite / Une employée franco-tunisienne du CICR enlevée
Une employée franco-tunisienne du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), enlevée au Yémen, en décembre 2015, “va bien”, a assuré hier un responsable du ministère tunisien des Affaires étrangères. “Le ministère est en train de coordonner avec les parties concernées (...) comme le CICR et la France” pour oeuvrer à la libération de Nourane Houas, a déclaré le responsable, cité par l'AFP. La jeune femme, responsable d'un programme de protection humanitaire au sein de la mission de l'ONG au Yémen, a été enlevée le 1er décembre 2015 à Sanaâ en même temps qu'un employé yéménite du CICR, relâché quelques heures plus tard. Le mois dernier, de nombreux Tunisiens ont appelé sur les réseaux sociaux à ne pas oublier Nourane Houas, après la diffusion d'une nouvelle vidéo de l'otage. Le CICR a indiqué ne pas vouloir “spéculer sur l'identité des ravisseurs ni commenter davantage la vidéo”, “implorant ses ravisseurs à la libérer saine et sauve”. La jeune femme était déjà apparue il y a quelques mois dans une vidéo où elle s'adressait au président français François Hollande, au président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi et aux responsables du CICR. APS

Une employée franco-tunisienne du CICR enlevée

Une employée franco-tunisienne du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), enlevée au Yémen, en décembre 2015, “va bien”, a assuré hier un responsable du ministère tunisien des Affaires étrangères.
“Le ministère est en train de coordonner avec les parties concernées (…) comme le CICR et la France” pour oeuvrer à la libération de Nourane Houas, a déclaré le responsable, cité par l'AFP.
La jeune femme, responsable d'un programme de protection humanitaire au sein de la mission de l'ONG au Yémen, a été enlevée le 1er décembre 2015 à Sanaâ en même temps qu'un employé yéménite du CICR, relâché quelques heures plus tard.
Le mois dernier, de nombreux Tunisiens ont appelé sur les réseaux sociaux à ne pas oublier Nourane Houas, après la diffusion d'une nouvelle vidéo de l'otage.
Le CICR a indiqué ne pas vouloir “spéculer sur l'identité des ravisseurs ni commenter davantage la vidéo”, “implorant ses ravisseurs à la libérer saine et sauve”.
La jeune femme était déjà apparue il y a quelques mois dans une vidéo où elle s'adressait au président français François Hollande, au président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi et aux responsables du CICR.

APS

Article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

Une employée franco-tunisienne du CICR enlevée

Par philhadj Temps de lecture: 1 min
0