Accueil / actualite / Vers la restitution des 36 crânes de chouhada
Le Musée de l’Homme de Paris s’est dit hier “prêt” à examiner “favorablement” la demande de restitution des 36 crânes de chouhada, résistants algériens morts au champ d’honneur au début de la colonisation française, conservés depuis plus d’un siècle. “Nous sommes prêts à examiner favorablement la demande de restitution des crânes des Algériens, conservés dans notre musée”, a affirmé dans un entretien à l’APS le directeur des collections au Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) de Paris, Michel Guiraud, qui a souligné qu’il n’y a “aucun obstacle” juridique pour leur restitution. Ces restes sont “nommés” (identifiés), donc “nous considérons forcément qu’ils peuvent sortir du patrimoine et nous attendons seulement des décisions politiques”, a-t-il précisé, avertissant qu’il y a cependant “un chemin à prendre” sur le plan procédural pour que la demande soit prise en considération. “Pour leur restitution, il y a un chemin à prendre. Nous reconnaissons le droit de la famille et celui des descendants relayés par leur État”, a-t-il dit, soulignant que les demandes “doivent passer par le canal diplomatique et non pas par une association qui n’a pas un droit particulier par rapport aux restes humains”. Une pétition a été lancée en ligne, rappelle-t-on, pour la restitution de ces restes, dont l’objectif est de les rapatrier en Algérie pour “y recevoir une digne sépulture”. La pétition, qui avait déjà été lancée en 2011 mais restée sans suite, a collecté, à la date du 7 juin 2016, environ 1 600 signatures. Le directeur des collections du Muséum, qui a indiqué par ailleurs que la grande majorité des restes humains conservés au musée proviennent de France, a démenti l’information faisant état d’une mal conservation des 36 crânes de résistants algériens. “Nous rejetons en bloc l’argument que les restes sont mal conservés. Ils sont conservés dans ces boîtes neutres, qui sont d’ailleurs chères, pour éviter toute détérioration”, a-t-il affirmé, soulignant que tous les restes humains sont conservés “de la même façon” et “selon les normes de conservation”.

Vers la restitution des 36 crânes de chouhada

Le Musée de l’Homme de Paris s’est dit hier “prêt” à examiner “favorablement” la demande de restitution des 36 crânes de chouhada, résistants algériens morts au champ d’honneur au début de la colonisation française, conservés depuis plus d’un siècle.
“Nous sommes prêts à examiner favorablement la demande de restitution des crânes des Algériens, conservés dans notre musée”, a affirmé dans un entretien à l’APS le directeur des collections au Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) de Paris, Michel Guiraud, qui a souligné qu’il n’y a “aucun obstacle” juridique pour leur restitution. Ces restes sont “nommés” (identifiés), donc “nous considérons forcément qu’ils peuvent sortir du patrimoine et nous attendons seulement des décisions politiques”, a-t-il précisé, avertissant qu’il y a cependant “un chemin à prendre” sur le plan procédural pour que la demande soit prise en considération. “Pour leur restitution, il y a un chemin à prendre. Nous reconnaissons le droit de la famille et celui des descendants relayés par leur État”, a-t-il dit, soulignant que les demandes “doivent passer par le canal diplomatique et non pas par une association qui n’a pas un droit particulier par rapport aux restes humains”. Une pétition a été lancée en ligne, rappelle-t-on, pour la restitution de ces restes, dont l’objectif est de les rapatrier en Algérie pour “y recevoir une digne sépulture”. La pétition, qui avait déjà été lancée en 2011 mais restée sans suite, a collecté, à la date du 7 juin 2016, environ 1 600 signatures. Le directeur des collections du Muséum, qui a indiqué par ailleurs que la grande majorité des restes humains conservés au musée proviennent de France, a démenti l’information faisant état d’une mal conservation des 36 crânes de résistants algériens. “Nous rejetons en bloc l’argument que les restes sont mal conservés. Ils sont conservés dans ces boîtes neutres, qui sont d’ailleurs chères, pour éviter toute détérioration”, a-t-il affirmé, soulignant que tous les restes humains sont conservés “de la même façon” et “selon les normes de conservation”.

Article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

Vers la restitution des 36 crânes de chouhada

Par philhadj Temps de lecture: 2 min
0