Accueil / Une / Washington annonce l’envoi de 50 soldats en Syrie
La réunion internationale sur la Syrie, à laquelle avait assisté pour la première fois l’Iran, s’est achevée à Vienne, après huit heures de discussions(...)

Washington annonce l’envoi de 50 soldats en Syrie

La réunion internationale sur la Syrie, à laquelle avait assisté pour la première fois l’Iran, s’est achevée à Vienne, après huit heures de discussions, mais sans réelles avancées, semblerait-il, puisqu’une autre rencontre est programmée dans deux semaines et ses résultats seront déterminés par l’évolution de la situation sur le terrain. Mais surprise de la journée, alors que les participants débattaient sur la sortie de crise en Syrie, Washington a annoncé l’envoi de 50 soldats au moins, des membres de ses forces spéciales, dans le nord frontalier avec la Turquie. “Le président (Barack Obama) a autorisé le déploiement d'un petit effectif — moins de 50 soldats — de forces d'opérations spéciales américaines dans le nord de la Syrie”, a indiqué à Washington un responsable américain, afin “d'aider à coordonner les troupes locales sur le terrain et les efforts de la coalition pour contrecarrer l'EI (organisation terroriste autoproclamée État islamique, ndlr)”, a rapporté l’AFP. Les États-Unis avaient déjà fait part de leur intention d’envoyer des troupes au sol en Syrie, ce qui a été dénoncé par la Russie qui mène depuis un mois des frappes aériennes contre Daech. Ces frappes ont permis à l’armée syrienne de reprendre du terrain, ce qui n’est pas pour plaire aux rivaux occidentaux, farouchement opposés au régime de Damas. De son côté, l’Iran continue de soutenir l’option diplomatique et politique pour mettre fin à la crise que vit la Syrie depuis mars 2011 et qui a coûté la vie à plus de 260 000 personnes et provoqué la plus grave crise de réfugiés qu’a connue l’Europe depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Pour Téhéran, seule la participation de Bachar al-Assad au processus de transition est à même de régler définitivement cette crise et de lutter efficacement contre l’État islamique, présent en Syrie et en Irak depuis juin 2014. Cette idée est également soutenue par Moscou mais elle est fermement rejetée par Riyad, l’allié des puissances occidentales au Proche-Orient.

L. M./Agences

l’article complet

Votre Publicité ici

À propos philhadj

Laisser une réponse

Une

Washington annonce l’envoi de 50 soldats en Syrie

Par philhadj Temps de lecture: 1 min
0